Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


A Monsieur le ministre secrétaire d’État à la communication (Par Lass BADIANE)


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 5 Avril 2017 || 35 partages || 0 commentaires

A Monsieur le ministre secrétaire d’État à la communication (Par Lass BADIANE)
Nous, citoyens modèles, sommes toujours prêts à donner notre contribution pour l’intérêt de la communauté mais aussi se doter d’instruments et d’outils nous permettant de participer à la gestion de notre terroir tout en ayant une bonne visibilité sur les hommes et les femmes qui vont concourir à nous représenter aux sphères de décisions d’où notre avenir est intrinsèquement lié aux choix des personnes qui sont choisies.
 

Dans un gouvernement, il faut savoir que le degré de liberté est fonction de votre taille politique. Quand un ministre fait une déclaration, il y a toujours l’interprétation, ou il a voulu dire ce qu’il a dit ou il s’est fait piéger. Le président est entouré de certains collaborateurs dont l’expérience est inversement proportionnelle à l’ego. C’est pourquoi nous assistons à beaucoup de couacs!

Être secrétaire d’État à la communication et ne pas pouvoir établir un bon plan de communication, cela pose un gros souci dans la chaîne gouvernementale. Il y va de notre intérêt de servir le peuple d’être plus professionnel. Si on se plante, aucun de nous ne pourra réussir! Un ministre qui s’adresse à des énergumènes, s’affranchissant avec délectation de la réserve ministérielle, nécessite un recadrage présidentiel.

Il ne faut pas donner l’impression aux sénégalais qu’on ne consacre pas entièrement à eux malgré les nombreux efforts consentis par le gouvernement. Les sorties au vitriol de ces valets converties à la fois en cancres déclarés et en rats de terre sur fond d’ethnocentrisme pitoyable avec sa litanie indigne aux contres vérités fumantes sur le président Macky Sall, ne devraient en aucun cas bénéficier de votre temps précieux à accorder à l’action gouvernementale.

Nous jeunes de la mouvance présidentielle, nous n’avons jamais bénéficié de l’argent de la corruption pour gagner la bataille de Dakar, nous n’avons jamais été financé par des fonds publics détournés pour couvrir les charges de nos activités, en passant par la maison des cultures urbaines de Dakar… Qu’on laisse ces mythos prendre des mythopranes pour se soulager! Notre combat est plus que jamais de faire admettre notre spécificité. C’est légitime de la défendre, c’est honnête de la reconnaître.

Lass Badiane, président mouvement Dieum kanam/Secrétaire élu commune de Grand Yoff.



DakarFlash3



Nouveau commentaire :