Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



A la Une: Le président de l’université du Missouri démissionne


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 10 Novembre 2015 || 54 Partages

Le président de l’université du Missouri démissionne

L’annonce, le week-end dernier, de la grève de l’équipe de football américain de cette université, une grève soutenue par leur entraineur, avait fait grand bruit. Et c’est certainement cette médiatisation, combinée à la grève de la faim d’un élève qui a conduit Tim Wolfe, le directeur de l’université, à remettre sa démission, estime le New York Times. Une démission réclamée par les étudiants depuis plusieurs mois qui lui reprochaient son laxisme suite à plusieurs incidents à caractère raciste.

Pour le quotidien, ce mouvement de protestation est né après les incidents de Ferguson, une région d’où proviendraient beaucoup d’étudiants de ce campus et s’il a atteint un tel niveau, c’est tout simplement parce qu’il a été nourri par des incidents à caractère raciste ces derniers mois. Le Washington Post, dans un de ses articles, a d’ailleurs établi une liste exhaustive de ces dérapages parmi lesquels des insultes proférées contre des étudiants noirs en pleine représentation d’un spectacle ou encore une croix gammée dessinée avec des excréments humains sur le mur d’une résidence universitaire.
 
Cette démission met-elle fin aux problèmes ? Il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions, mais ce qui est sur, selon Jay Nixon, le gouverneur démocrate de l’Etat, c’est que cette démission, « était un pas nécessaire pour permettre la guérison et la réconciliation sur le campus de cette université ». Des propos rapportés par le New York Times. Le démissionnaire Tim Wolfe a quant à lui affirmer qu’il « endossait la pleine responsabilité pour l’inaction » de sa direction face à ces incidents.
 
Seul l’avenir nous dira si cette démission réglera ces problèmes. Mais pour le New York Times, ce mouvement étudiant ne dénonce pas seulement ce qu’il s’est passé sur son campus, mais plus généralement les violences et le racisme à l’égard de la communauté noire aux Etats-Unis. Il pourrait donc persister, mais sous une forme différente.
 
Le président Barack Obama a créé sa page personnelle sur Facebook.
 
C’est à lire notamment dans les pages du New York Post. « J’espère que vous trouverez ici un espace où l’on peut avoir de vraies discussions sur des sujets importants auxquels fait face notre pays, un espace où vous pourrez m’entendre directement et vous pourrez partager vos doutes et vos histoires », peut-on notamment lire sur le compte du président américain.
 
Des photos de la Maison Blanche et de son mariage avec Michelle ont été publiées. Et une première vidéo a également été mise en ligne dans laquelle Barack Obama invite ses concitoyens à se mobiliser pour l’avenir de la planète. Une manière de préparer ses compatriotes à la COP21 qui se tiendra à Paris à la fin du mois de novembre.
 
Le président mexicain souhaite un débat national sur la légalisation du cannabis
 
Une annonce qui fait suite au feu vert donné par la Cour Suprême la semaine dernière à quatre plaignants qui ont désormais le droit de planter, récolter, transporter et fumer du cannabis. Bien qu’Enrique Peña Nieto soit contre et qu’il ne s’en cache pas comme le rapporte ce matin le quotidien La Jornada, le président mexicain est prêt à changer d’avis si à l’issue de ce débat on lui prouve que la consommation de cannabis ne conduit pas forcément à la consommation de drogues dites dures. Ce débat national que souhaite Enrique Peña Nieto doit se conclure avant le prochain sommet de l’ONU sur la drogue qui se tiendra en avril prochain, précise le journal Excelsior. Le directeur au Mexique de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime a tenu hier a salué cette annonce. Il faut un débat démocratique sur ces questions, insiste-t-il dans les pages d’Excelsior, un débat auquel doivent participer tous les acteurs de la société, même les consommateurs, précise-t-il.
 
La corruption et la violence, les deux facteurs qui freinent le développement économique du Mexique
 
L’IMCO, l’Institut mexicain sur la compétitivité, établit tout les deux ans un classement de la compétitivité sur la scène internationale. Le Mexique, bien qu’il ait progressé, reste très mal classé. Au trente-sixième rang sur les quarante-trois pays étudiés selon le site 24 horas. En cause, la violence et surtout la corruption qui freinent le développement du pays, baissent la productivité et dissuadent les investisseurs. Selon la Banque Mondiale, citée dans un article du site d’information Revolucion tres punto cero, la corruption représente une perte de dix pour cent du PIB au Mexique, ce qui est considérable. Une corruption perçue comme quelque chose de normal par près de soixante pour cent des entrepreneurs mexicains.

rfi


DakarFlash1




1.Posté par layla la senegalaise le 10/11/2015 18:19
chers adeptes du massage.
je vous convie a venir decouvrir mes mains de fees.
je vous transporterai dans l univers secret du massage.
satisfaction assuree.
je comblerai vos attentes les plus folles.
DISCRETION TOTALE
TEL .338279824/772696125/773882184

Nouveau commentaire :