Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

ACCÉS A L’EAU: Le financement de Keur Momar Sarr 3 enfin bouclé


Le gouvernement du Sénégal et la Banque africaine de Développement (BAD) ont signé hier une convention de financement d’un montant de plus de 42,600 milliards de francs CFA, pour la mise en œuvre du projet Keur Momar Sarr 3, afin de renforcer l’alimentation en eau multi-usages sur l’axe Louga-Thiès-Dakar.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 14 Décembre 2016 || 709 partages || 0 commentaires

La nouvelle convention de financement conclue hier,  entre le gouvernement et le groupe de la BAD est la 275ème  du genre, signée avec les partenaires techniques et financiers, pour un montant cumulé de 5 222 milliards 360 millions de F CFA sous Macky Sall. Cela constitue, selon le ministre de l’Economie des Finances et du Plan, Amadou Ba, un record en matière de mobilisation de financements extérieurs. La convention de financement pour le projet de Keur Momar Sarr 3 permettra, dit-il, de couvrir, à l’horizon 2025, les besoins en eau potable et industrielle des régions de Louga-Thiès-Dakar et ‘’de renforcer l’alimentation en eau multi-usages des zones ciblées et d’assurer l’équilibre financier du sous-secteur de l’hydraulique urbaine”.

Le ministre de l’Economie s’est ainsi engagé à veiller avec son collègue de l’Hydraulique et de l’Assainissement, à ce que toutes les dispositions nécessaires soient prises, pour la mobilisation à temps des financements ainsi que la mise en œuvre du projet, conformément à la planification arrêtée de ses différentes activités. “L’eau joue un rôle stratégique d’incubateur du développement durable à travers la satisfaction des besoins vitaux. Cette denrée essentielle impacte tous les secteurs de la vie économique et sociale. C’est pourquoi je me réjouis que ce nouveau projet cadre parfaitement avec l’objectif que s’est fixé le gouvernement, sur la période 2015-2025, d’accéder à un service universel d’eau potable répondant aux normes de qualité et accessible aux couches les plus défavorisées, dans un environnement institutionnel adapté”, a ajouté Amadou Ba.

Le volet financé par la BAD concerne notamment, selon le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement Mansour Faye, la pose d’une conduite de transport, la réalisation de réseaux d’adduction et de distribution, la construction de trois réservoirs de distribution, la réalisation de branchements sociaux ainsi que le développement d’un programme de sensibilisation et de renforcement des capacités. Ce projet, qui permettra de mobiliser 200 000 m3 par jour à terme, est une réponse stratégique à la forte demande en eau de Dakar et des nouveaux pôles urbains de Diamniadio et Lac Rose.

610 000 personnes de plus raccordées au réseau d’eau potable

“La mise en service de KMS3 en 2021 permettra de raccorder environ 610 000 personnes supplémentaires au réseau d’eau potable, de réduire les prélèvements des nappes souterraines en privilégiant l’exploitation des eaux de surface et de toucher 20 000 producteurs dont 48% de femmes. Outre la dimension genre, KMS3 consacre également un accès plus équitable à l’eau grâce à la connexion des localités situées le long de la conduite”, a précisé le ministre de l’Hydraulique.

Dans le cadre de la Responsabilité sociétale d’entreprise, Mansour Faye s’est réjoui de l’accent mis sur l’appui aux communautés dans la zone d’influence du projet à travers la formule “eau multi-usages”. Cette formule vise à développer des activités agricoles et maraîchères, notamment le goutte-à-goutte, les kits scolaires et les cantines de commercialisation des fruits et légumes. Les bénéficiaires directs du projet sont estimés à 3 millions de personnes, selon le représentant résident régional de la Banque Africaine de développement Adalbert Nshimyumuremyi. De manière spécifique, le projet permettra, d’après lui, d’appuyer environ 20 000 producteurs et productrices de la zone, dont 48% de femmes, pour assurer le développement de leurs activités avec un accroissement de leurs revenus.

Mansour Faye a par ailleurs informé pour KMS3 que toutes les études techniques sont terminées. La phase de préqualification des entreprises de travaux est bouclée pour les canalisations et les premiers marchés seront attribués d’ici la fin du premier trimestre de 2017. La mise en œuvre du plan d’actions de réinstallation des personnes affectées par le projet démarrera incessamment et un dédommagement est prévu pour ces dernières, de même qu’un accompagnement spécifique pour les couches les plus vulnérables.


Enquête


Dakarflash2



Nouveau commentaire :