Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Accident à Diamaguène Sicap Mbao: entre manque de civisme et le non suivi des mesures prises par l’Etat


Au Sénégal, malgré les nombreuses mesures prises par les autorités étatiques pour la prévention des accidents sur nos routes, il ne se passe pas un jour, sans que l’on enregistre des cas d’accidents mortels de la circulation. Ce mardi 31 octobre, un camion malien qui transportait des motos Jakarta a percuté un fil électrique au niveau de Diamaguène Sicap Mbao avant de prendre feu.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 1 Novembre 2017 || 26 partages || 0 commentaires

Accident à Diamaguène Sicap Mbao: entre manque de civisme et le non suivi des mesures prises par l’Etat

Les accidents sont devenus une banalité. Et le dernier qui s’est produit hier au niveau de Diamaguène Sicap Mbao en est une parfaite illustration. Un camion gros porteur qui a même dépassé la longueur limite a percuté un fil électrique. Les sapeurs-pompiers avaient du mal à éteindre cet incendie. Dès que le feu a commencé, le chauffeur a eu le réflexe de démonter la tête du camion.

Si des pertes en vies  humaines n’ont pas été enregistrées, la benne du camion a quant à elle brûlé entièrement en consumant la cargaison de motos  et autres engins à deux roues qui s’y trouvaient.

Sur les périmètres de l’incendie, il y’avait quelques gendarmes qui avaient sécurisé le passants  et des sapeurs pour éteindre le feu. Mais, c’était très difficile vu que les flammes avaient déjà pris de l’ampleur.

Si l’on se rappelle bien, les mesures retenues par le

En octobre dernier le gouvernement  avait pris  quelques mesure pour lutter contre les accidents. Il s’agit  de la formation des conducteurs, l’instauration du permis à point, le renouvellement des parcs automobiles ainsi que le renforcement des contrôles. Mais, la question que nombre de Sénégalais se demandent si ces mesures ont eu un suivi et  si l’autorité sanctionne les fautifs ?

Les accidents de la circulation constituent une problématique sociale et une hémorragie économique qui  entrave le développement du pays. C’est une guerre sur les routes qui fait des milliers de morts et de blessés par an, et que rien ne semble arrêter. Même avec les multiples compagnes de sensibilisation ; d’où la nécessité absolue de trouver une solution efficace pour arrêter cette hécatombe.

Pourtant, certains de ces accidents auraient pu être évités  si les conducteurs changeaient de  comportement sur les routes. En effet, le manque de civisme, l’indiscipline de certains chauffeurs, la méconnaissance notoire du code de la route par bon nombre de conducteurs, la somnolence au volant, le défaut de maîtrise des branchements anarchiques des fils électriques, sont autant de facteurs qui favorisent la survenue des accidents.

Sur cette question chauffeurs et autorités étatiques se renvoient la balle. Les transporteurs, pour se déculpabiliser, indexent l’étroitesse et l’état cahoteux des routes. Du côté de l’Etat, l’on se demande bien à quoi servent les règlements et les campagnes de sensibilisation si les mesures prises par les autorités ne sont pas appliquées.

Cet accident qui s’était produit hier aux environs de 21 heures sur la nationale 1 a causé jusqu’aujourd’hui un embouteillage sans précédent, touchant même l’autoroute à péage. Malgré  la relation par la presse  de cet accident  mortel,  qui a causé un embouteillage sans précèdent, les autorités n’ont rien fait pour décanter la situation.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :