Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Affaire Bibo Bourgi : Brouille entre le Sénégal et la France ?


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 6 Mai 2016 || 68 Partages

Affaire Bibo Bourgi : Brouille entre le Sénégal et la France ?

Considéré par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) comme le prête-nom de Karim Wade, Bibo Bourgi est en danger de mort, clament ses avocats. Fin avril, le professeur Jacques Monségu, cardiologue à l’hôpital du Val-de-Grâce puis au Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble [qui suit notamment le président algérien Abdelaziz Bouteflika], exprimait sa « vive inquiétude sur la dégradation de l’état de santé » de Bibo Bourgi, rapporte « Jeune Afrique ».

Face au « danger pour la vie de cet homme », il « alertait les autorités françaises et sénégalaises, redoutant que son pronostic vital puisse être engagé ». La même semaine, ajoute la même source, le président du Parlement européen, Martin Schulz, exposait quant à lui à Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale sénégalaise, ses « préoccupations » quant à « l’état de santé alarmant » de Bourgi.

Me Corinne Dreyfus-Schmidt, avocate de Bibo Bourgi, pense que « les autorités sénégalaises n’auront d’autre choix que de se mettre en conformité avec les engagements internationaux auxquels elles ont souscrit », en l’occurrence l’accord entre la France et le Sénégal « sur la promotion et la protection réciproques des investissements », signé à Dakar en 2007, en vertu duquel le Tribunal arbitral des Nations Unies est aujourd’hui saisi.

Le 15 avril dernier, le ministère de la Justice du Sénégal jugeait scandaleuse la décision du Tribunal arbitral de la Cnudci qui a ordonné à l’État du Sénégal de prendre les dispositions afin de permettre à Ibrahima Abou Khalil Bourgi de quitter dans les 21 jours le territoire national pour se rendre en France afin de se soigne.

Les avocats de Bibo Bourgi soutiennent que si le Sénégal persiste à ignorer les injonctions de cette instance arbitrale, le contentieux entre l’investisseur français et l’État sénégalais prendrait une tout autre ampleur, comme le Me Corinne Dreyfus-Schmidt : « Il se transformerait alors en un litige entre les États français et sénégalais », rapporte « Jeune Afrique ».

 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:01 Yaya Jammeh : Seul contre tous