Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Affaire Nafi Ngom Keita : Rewmi démonte le décret de Macky SALL


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 8 Août 2016 || 64 Partages

Le parti Rewmi a joint sa voix au concert de réprobation concernant le limogeage de Nafi NGOM KEITA à la tête de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC). Et, c’est le porte-parole du parti qui est monté au créneau pour démonter pièce par pièce le décret du président Macky SALL mettant fin aux fonctions de l’ex-patronne de l’Inspection générale d’Etat (IGE) à la tête de l’OFNAC. Pour Thierno BOCOUM, il n’existe «nulle part » dans la loi 2012/30 du 28 décembre 2012 portant création de l’OFNAC. Et le président de l’organe de contrôle ne peut être remplacé sans ces conditions suivantes : démission, décès, faute lourde ou empêchement de l’intéressé dûment constaté par la majorité des membres sur le rapport du vice-président (article 6). Sous ce rapporte, le partisan d’Idrissa SECK estime que l’article 6 n’est intervenu dans aucun de ces cas précités. Ce qui lui fait dire que les arguments avancés par le chef de l’Etat sont nuls et non avenus. «La fin du mandat évoquée ne peut nullement entraîner le remplacement solitaire du président de l’OFNAC», déclare M. BOCOUM. Poursuivant son analyse, le rewmiste ajoute : «La loi 2012/30 est très claire sur ce point. L’article 5 évoque le renouvellement (une fois) qui se ‘fait par moitié tous les trois ans’. Autrement dit, c’est une moitié qui est renouvelée et l’autre moitié reste. Le remplacement solitaire d’un membre ne répond à aucune disposition légale. Le remplacement de la présidente tel qu’il a été effectué est donc une violation flagrante de la loi». Contrairement à ce que soutient le porte-parole du Gouvernement, Seydou GUEYE, le camarade de l’ancien Premier ministre soutient que le mandat des membres de l’OFNAC ne prend effet à compter de la date de leur prestation de serment. «L’article 10 de la loi 2012/30 dispose: « Avant leur entrée en fonction, ils prêtent serment, devant la cour d’appel de Dakar, siégeant en audience solennelle. Autrement dit, aucun membre de l’Ofnac ne peut exercer sa mission sans au préalable entrer en fonction et pour ce faire, il faut nécessairement qu’il prête serment devant la cour d’appel», relève le responsable du parti Rewmi, par la même occasion souligne que le mandat des agents de l’OFNAC commence au lendemain de leur prestation de serment, c’est-à-dire le 26 mars 2014 et devrait arriver à terme le 26 mars 2017. Ainsi indique-t-il, la perception d’un salaire ne justifie pas la prise de fonction et c’est plutôt la prestation de serment qui inaugure le mandat. 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :