Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Afrique du Sud: Zuma échappe à des poursuites pour corruption


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 23 Mai 2016 || 22 Partages

Afrique du Sud: Zuma échappe à des poursuites pour corruption
Le parquet sud-africain s’est déclaré lundi défavorable au rétablissement de 783 chefs d’inculpation de corruption contre le président Jacob Zuma, une décision «destinée à gagner du temps», selon l’opposition, pour protéger un président embourbé dans d’autres scandales.
Les 783 charges avaient été abandonnées en 2009, quelques semaines seulement avant l’élection de Jacob Zuma à la présidence. 
Mais fin avril, la Haute Cour de Pretoria a estimé à l’unanimité que le parquet avait agi de façon «irrationnelle» en les abandonnant pour vice de forme. Cette décision «doit être revue» et le président «devrait être poursuivi pour ces chefs d’inculpation», a ajouté le tribunal, renvoyant la balle au parquet. 
  
Lundi, le procureur général Shaun Abrahams a choisi de faire appel de ce jugement, se déclarant de fait défavorable au rétablissement des charges. 
  
La décision de la Haute Cour est susceptible de faire jurisprudence et «remet en cause les pouvoirs discrétionnaires du procureur», a déclaré Shaun Abrahams pour justifier sa décision. 
  
«C’est tellement important que j’estime nécessaire une décision de la Cour suprême d’appel» sur le sujet, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Pretoria. 
  
«S’il y a des suggestions que j’ai pu succomber à des pressions pour prendre ma décision, je peux assurer le public aujourd’hui que ces allégations sont absolument ridicules et complètement infondées», a-t-il affirmé, anticipant des critiques qui n’ont pas tardé. 
  
L’appel du parquet est une «tactique évidente pour gagner du temps et protéger Jacob Zuma», a réagi de son côté le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), qui avait saisi la Haute Cour. 
  
Les raisons avancées par le procureur général pour faire appel relèvent de la «farce», a affirmé la DA, accusant Shaun Abrahams d’être avant tout « préoccupé par protéger à tout prix le président ». 
  
Jacob Zuma «sera jugé un jour et la justice l’emportera, quelque soient les tours de passe-passe» de l’Etat, a estimé la DA. 
  
«Le président est tranquille» 
  
Les 783 chefs d’inculpation de corruption en question sont liés à une énorme commande d’armement public de 4,8 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) conclue à la fin des années 90 par le gouvernement sud-africain avec plusieurs entreprises, dont le Français Thomson-CSF (devenu Thales), le Suédois Saab et le Britannique BAE Systems. 
  
En décembre 2007, Jacob Zuma, alors chef du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), avait été inculpé de corruption, fraude fiscale et racket. Il était accusé d’avoir accepté des pots-de-vin de la part de fabricants d’armes internationaux, avant que les charges ne soient finalement abandonnées in extremis. 
  
La décision lundi du parquet intervient alors que le président Zuma, dont le mandat expire en 2019, est embourbé dans plusieurs scandales qui le fragilisent. 
  
«La seule personne à qui profite cette décision est le président», a relevé Gareth Newham, analyste à l’Institut des études sécuritaires (ISS) à Pretoria. 
  
«Il est très improbable que le ministère public l’emporte devant la Cour suprême d’appel parce que la décision de la Haute Cour avait été prise à l’unanimité», a-t-il estimé auprès de l’AFP. «Mais cela prendra environ une année avant que l’affaire soit entendue», donc pour l’instant «le président est tranquille», a-t-il conclu. 
  
Cette décision arrive à point nommé pour le chef de l’Etat et l’ANC, à trois mois d’élections municipales cruciales où l’opposition espère gagner des points dans un climat politique et économique plombé. 
  
Fin mars, la Cour constitutionnelle a reconnu le président coupable de violation de la Loi suprême et lui a ordonné de rembourser une partie des 20 millions d’euros d’argent public utilisé pour sa résidence privée en pays zoulou (est). 
  
L’opposition, qui demande sa démission, l’accuse également de miner l’économie sud-africaine, qui a été récemment rétrogradée à la troisième place en Afrique par le cabinet KPMG. 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 12:07 Fillon lance l'offensive contre Valls