Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Agressés et désabusés, des Syriens songent à quitter l'Allemagne


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 7 Octobre 2016 || 16 Partages

Agressés et désabusés, des Syriens songent à quitter l'Allemagne

L'un s'est pris une bouteille de bière dans un train. Un autre a été réveillé en pleine nuit par trois hommes armés de lattes de bois. Une troisième a vu son voile arraché par un inconnu dans la rue. Un an après avoir fui leur pays en pleine guerre civile pour une Allemagne rêvée accueillante, certains réfugiés syriens ont été la cible de tant d'animosité qu'ils envisagent de repartir.

"C'est trop effrayant ici", témoigne Fares Kassas. "L'homme m'a jeté la bouteille juste au moment où les portes se fermaient. Je n'ai rien pu faire", se désole ce Syrien qui a obtenu l'asile en Allemagne mais voudrait maintenant rejoindre ses parents en Turquie. "Je suis tellement stressé que j'ai développé un problème à l'estomac", assure de son côté Mohammad Alkhodari. 

Depuis qu'il a vu une voiture pleine d'hommes prêts à en découdre s'arrêter à sa hauteur, cet hygiéniste dentaire ne veut plus sortir de chez lui après 18h. Ces deux Syriens ont atterri en Saxe, un État-région de l'ex-RDA communiste où le nombre d'actes de violence commis par des militants d'extrême droite a triplé l'année dernière, à 784 contre 235 en 2014.

La chancelière Angela Merkel vient de s'y faire conspuer par des opposants à sa politique d'ouverture aux migrants lors de la fête nationale le 3 octobre, et son gouvernement s'inquiète d'une montée du racisme dans l'ex-RDA qui gagne "le coeur de la société" et "menace la paix sociale". "Les régions de l'Est ne sont pas bonnes pour les réfugiés. Il est difficile d'y trouver un logement, il n'y a pas de travail ni de contact avec les habitants", juge M. Alkhodari, qui cherche désespérément à déménager dans l'ouest de l'Allemagne.

"Laissez nous en paix"
"Ils devraient tous disparaître", tonne un homme d'une cinquantaine d'années interrogé sur ce qu'il pense des réfugiés en Saxe. Le "racisme et l'extrême droite latents" ont toujours été présents dans la société allemande, pointe Enrico Schwarz, qui chapeaute une association d'aide aux réfugiés, "mais ils sont devenus plus visibles".


DakarFlash3



Nouveau commentaire :