Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Aida Mbodj: « Il y a du tout à l’Assemblée sauf des travaux de commission »


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 4 Novembre 2015 || 119 Partages

Aida Mbodj: « Il y a du tout à l’Assemblée sauf des travaux de commission »
Les députés de l’opposition ont fait face à la presse hier, pour décrier, une fois de plus, la situation qui prévaut à l’Assemblée nationale. Aïda Mbodji, Me El Hadj Diouf, Thierno Bocoum et Cie ont voué aux gémonies le régime en place et la présidence de l’Assemblée.
Les députés de l’opposition continuent de dénoncer la situation actuelle à l’Assemblée nationale, qu’ils qualifient de forfaiture. Entourée de ses collègues Thierno Bocoum, Me El Hadj Diouf, Omar Sarr, Mamadou Diop Decroix, Khady Diedhiou (Bokk Guiss Guiss), Woré Sarr…, Aïda Mbodji, désignée présidente du Groupe parlementaire des Libéraux et démocrates, par Me Abdoulaye Wade, a encore exprimé son courroux et son indignation.
« Nous menons un combat contre la forfaiture, l’inacceptable, l’unicité qu’on veut faire prévaloir à l’Assemblée nationale, une voix unique qui doit caresser dans le sens du poil l’actuel régime, avec ses dérives et son incompétence, un régime de slogans». Pour la présidente du Conseil départemental de Bambey, actuellement, il y a du tout à l’Assemblée sauf des travaux de commission. «On a mis l’Assemblée en état de siège et c’est parce qu’il y a quelque chose qui se passe, des groupes armés sont venus nous agresser, mais nous avons tenu, fait-elle savoir. Les commissions fonctionnent de manière irrégulière, parce qu’elles n’ont pas été installées conformément au règlement intérieur de l’Assemblée. Actuellement, il y a du tout à l’Assemblée sauf des travaux de commission.»
Aïda Mbodji affirme que les ministres ne viennent que pour la forme, et qu’il n’y a pas de commissions régulières, ni de débats encore moins de contenu. La responsable libérale précise toutefois qu’il ne s’agit pas d’un problème interne du Pds, mais c’est un problème qui concerne tout le Sénégal. «Cette forfaiture peut constituer un précédent dangereux, non seulement pour le Sénégal, mais pour toute l’Afrique.» Et selon elle, les députés apprennent ce qui se passe à l’Assemblée, grâce à la presse, faisant référence aux différents communiqués du service de communication de Moustapha Niasse publiés dans la presse.
Des communiqués qui, pour le député non-inscrit, Me El Hadj Diouf, ne reflètent pas la vérité. Dans le dernier en date paru dans les journaux d’hier, la cellule de communication de l’Assemblée explique que les troubles causés par les députés de l’opposition ont amené le président de l’Assemblée à décider de faire ramener l’ordre par les services de sécurité. Ce qui est totalement faux, d’après Me Diouf.
« Aucune force de sécurité n’est venue pour ramener l’ordre, aucun député n’a été sorti de force par la police ou la gendarmerie, nous avons interrompu pour nous occuper de notre collègue Woré Sarr qui avait piqué une crise, c’est un communiqué mensonger», tonne-t-il. Très virulent comme à son habitude contre Moustapha Niasse, Me El Hadj Diouf déverse sa bile sur lui et le traite de «président ‘’hold-upeur’’, voleur, et menteur».
« Nous avions promis de bloquer et de perturber les travaux, nous l’avons fait, malgré leur supériorité numérique, et nous continuerons pour que l’Assemblée revienne au vote et installe le groupe parlementaire de Aïda Mbodji. Prenant fait et cause pour le Pds, Me Diouf estime que Modou Diagne Fada doit faire preuve de grandeur et démissionner du groupe parlementaire.
Pour sa part, Thierno Bocoum est d’avis que les députés de l’opposition sont victimes d’une injustice commanditée par le Président Macky Sall, et ne comptent pas l’accepter. «On constate que l’on ignore le règlement intérieur de l’Assemblée et qu’on reste connectés à l’Exécutif et à l’état-major de Benno Bokk Yaakar pour nous imposer une conduite à tenir, et nous n’allons pas l’accepter.»
Le député de Rewmi qui explique qu’ils ont été agressés par leurs camarades, ajoute que la communication de l’Hémicycle est révélatrice de leur gêne, car ils ont honte de raconter ce qui s’est réellement passé.
Le coordonateur du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) soutient qu’ils continueront le combat, quoi qu’il puisse leur en coûter. Mamadou Diop Decroix renseigne qu’ils vont informer un certain nombre d’autorités de ce qui se passe. «Nous avons décidé d’aller rendre visite à certains représentants de pays qui mettent leur argent dans le système électoral du Sénégal, nous irons aussi voir les autorités religieuses, et nous allons organiser un séminaire sur le budget, et nous demanderons également la mise en place de commissions d’enquête parlementaire. Nous voulons révolutionner le fonctionnement de l’Assemblée nationale.»
iGfm
 

Dakarflash2



Nouveau commentaire :