Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Aida Mbodj dément Clédor Séne : «On connait sa réputation, son père était…Je m’inscris en faux contre ses allégations»


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 27 Juillet 2017 || 1626 partages || 0 commentaires

 

La coalition « Saxal Liguey » d’Aida Mbodj, ancienne Présidente du conseil départemental de Bambey a été citée au rang de celles financées par Macky Sall. Une révélation supposée faite par Pape Samba Mboup dans une conversation téléphonique avec Clédor Sène de l’Alternative Citoyenne. Le premier cité a nié les faits ce matin sur notre site, indiquant que la conversation était en fait un « montage grotesque ». Aida Mbodj, a indiqué qu’elle n’était mêlée ni de près ni de loin à cette pratique.
« Je voudrais m’inscrire en faux contre ces allégations. Je déclare solennellement que je ne suis mêlée ni de près ni de loin à ces listes financées par Macky Sall » a-t-elle dit.
Et pour cause, ajoute t-elle, « je pense que l’opinion est témoin de l’agression exercée par le Président Sall sur moi. Je parle de ma destitution du Conseil Départemental de Bambey, mais aussi de la lutte qu’on a menée au niveau du groupe parlementaire des libéraux et démocrates qui était lié à ma personne. Parce qu’à un moment donné, le Président Sall a demandé à ses amis du PDS de choisir un autre candidat. Tout récemment, vous pouvez retenir que si Macky Sall avait Aida Mbodj dans son sac, il n’aurait pas besoin de déboulonner le maire de Bambey. Un acte ignoble que Bambey ne lui pardonnera pas », s’est elle défendu.
L’autre problème ajoute t-elle, est qu’elle vit un drame familial.
« Mon grand frère de 10 ans plus âgé que moi avait jeté l’éponge pour ne plus revenir à la vie politique. Sur pression du Président Sall il est revenu, ce qui a crée un choc terrible pour ma mère. Je pense que quelqu’un qui dispose de toutes ces opportunités n’a pas besoin de recourir à ces bassesses pour gagner Bambey, parce que tout le monde sait que le challenge c’est de récupérer Bambey ».

Quid de Clédor Séne ? L’ancien ministre de la femme de convoquer sa réputation.
« On connait Clédor et sa réputation. En me citant, il a oublié que j’étais un exécutant de ses exigences parce que j’étais ministre de Wade. Son père était mon conseiller technique numéro 3. Je m’en arrête là. Je ne voudrais pas dévoiler des secrets d’Etat, mais on le connait. Leurs propos ne m’ébranlent guère, mais l’exploitation qu’ils veulent en faire oui. Parce que c’est la personne d’Aida Mbodj qui les intéresse ». Et tout cela, conclut elle c’est parce qu’on note une percée notoire de sa coalition « Saxal Liguey ».





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 19:12 L’ancien Premier ministre Tony Blair reçu au Palais