Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Aliou Cissé : « L’économie est down, le tourisme tombé en Casamance »


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 6 Décembre 2015 || 80 Partages

Aliou Cissé : « L’économie est down, le tourisme tombé en Casamance »

Invité de l’émission « Grand Jury » de RFM qui soufflait ses 12 bougies ce dimanche 06 novembre, Aliou Cissé, sélectionneur national des Lions du football qui a dépeint le tableau Casamance a dit qu’il ferait tout « son possible » si on le lui « demande », pour que la paix revienne dans sa région.

« 32 ans de guerre, une économie down, un tourisme qui est tombé », c’est difficile pour la région de Casamance a relevé le sélectionneur, soutenant qu’il ferait « tout ce qu’il faut faire », si on le lui demandait, des deux côtés pour « ramener la paix en Casamance ».

Aliou Cissé de révéler que Me Abdoulaye Wade alors président de la République, lui avait demandé en 2002 de faire ce qu’il pouvait pour favoriser le retour de la paix dans cette région naturelle du Sud.

Selon toujours le sélectionneur, il s’attelle déjà à cet effort en étant le manageur général du Casa Sport. » Pour le moment, je fais la seule chose que je peux faire et c’est dans le cadre du sport avec le Casa Sport. Parce que le sport peut fédérer et faire avancer la paix.

 

Se prononçant sur le Plan Sénégal Emergeant, il est d’avis qu’il y a des possibilités.

Aliou Cissé a reconnu une pauvreté de fait au Sénégal. « La pauvreté est une réalité au Sénégal, elle me surprend, mais elle existe aussi partout dans le monde ».

L’ancien ambassadeur de bonne volonté du PNUD cherchait des fonds pour faire construire des puits afin d’épargner aux femmes des heures de marche.

Aliou Cissé qui croit que le Sénégal se « développera dans 50 ans », s’est dit touché par les attentats du 13 novembre dernier à Paris.

« J’étais dans la crainte et la peur quand j’ai entendu parler des attentats. J’ai ma famille à Paris, ma mère y est, des frères et aussi aussi. Quand j’ai su que le Bataclan qui est fréquenté par des Africains était visé, j’ai eu peur ».

Le Sélectionneur national, « fils d’émigré » reconnaissant la difficulté pour l’émigré de « faire deux fois plus pour prouver » la francité a évoqué une « double difficulté » finalement pour celui-ci qui « n’est ni français » « ni sénégalais » quand il arrive dans son pays d’origine. « C’est difficile pour le fils d’émigré. J’ai grandi en France, j’y suis arrivé à l’âge de 15 ans, je sais ce qu’est la question d’intégration ».

Aussi pense-t-il que si la déchéance de la nationalité française peut se comprendre, il ne se pose pas moins une question de fond. « Je comprends cette décision, mais que va-t-on faire pour celui qui est né en France, qu’est-ce qu’on va faire du naturalisé français ? Va-t-on amener un supposé terroriste au Sénégal ? »
iGgfm


Dakarflash2




1.Posté par amina le 06/12/2015 16:35
Du nouveau!!! Du nouveau!!! Bess takk chez AMINA dans un endroit calme paradisiaque et surtout l’essentielle qui est la discretion avec de belles masseuses DIPLOMEES et PROFESSIONNELLES a votre disposition alors n’hesitez pas a nous appeler aux 00221 78 136 10 63

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 18:27 Mame Biram Diouf reconverti à un poste surprenant

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:42 Blessure: Diao K. Baldé au régime spécial