Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Amina Badiane, présidente comité d’organisation de miss Sénégal :«Comment Moïse Ambroise Gomis m’a vendu les droits d’organisation»


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 7 Janvier 2016 || 225 Partages

Amina Badiane, présidente comité d’organisation de miss Sénégal :«Comment Moïse Ambroise Gomis m’a vendu les droits d’organisation»
Elle passe inaperçue au Sénégal et pourtant, elle aspire à relooker le monde des reines de beauté. Elle, c’est Amina Badiane, actuelle présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal, ancien mannequin en Italie et successeur de l’emblématique Moïse Ambroise Gomis. Avec 18 ans d’expérience dans le milieu, la jeune dame de 36 ans compte apporter une touche féminine et plus intellectuelle au plus grand concours de beauté du Sénégal. Beau programme ! Pour l’heure, relax dans sa combinaison fleurie, elle décline sa feuille de route. Découverte.
On vous présente comme celle qui succède à Ambroise Gomis à la tête du comité d’organisation de Miss Sénégal, qui êtes-vous pour prétendre redorer le blason de ce concours de beauté ?
Je suis un ancien mannequin international. J’ai 36 ans. J’ai démarré ma carrière de mannequin à Paris, avant d’aller en Italie. J’ai collaboré avec de grandes marques internationales comme Diesel, Valentino, Dolce & Gabbana et Misonni. Je me suis aussi essayée au métier d’animatrice, pendant 5 ans, sur différentes chaînes de télévision italiennes, comme Antenna 3, la 7 et la télévision Padova.
En quelle année vous êtes-vous établie en Italie ?
Je suis partie en Italie en 1998, après avoir bouclé mes études à Thiès. Au début, j’étais basée en France où j’ai démarré ma carrière de mannequin, en travaillant avec plusieurs agences. C’est par le biais d’un contrat de 6 ans avec Valentino que j’ai migré en Italie. Parallèlement, j’ai participé à de nombreux concours de beauté et j’ai remporté plus d’une trentaine de trophées. Après mon mariage, je me suis installée à Dallas et j’ai créé mon propre label, le «Beggel Suit». J’habillais les joueurs de l’équipe de football de Dallas et ceux de la Nba en basket. Cela m’a permis de côtoyer les grands noms du basket comme Kobe Bryant, Mutombo Dikembe, Dwyane Wade etc.
Comment en êtes-vous arrivée à être l’habilleuse de ces grands noms du sport américain ?
J’ai obtenu ce marché par l’entremise de mon ex-mari qui est Sénégalais d’origine. Nous étions basés à Dallas et il était le vice-président de la Nba. Par la suite, après 20 ans en Italie, j’ai décidé de rentrer au bercail pour investir et devenir entrepreneur.
Après 20 ans en Italie, un retour au pays ne devait pas être évident ?
Non, pas du tout. Mais, j’ai jugé nécessaire de le faire pour retrouver les miens. Et puis, il y a beaucoup de choses à faire ici. On peut investir et même convaincre les autres, restés en Europe, d’en faire autant. C’est dans ce cadre que j’ai fondé, une fois au pays, un magazine dénommé «Africa Industrie Magazine» qui vient juste de boucler sa première année. C’est un magazine qui aide et guide les investisseurs. Grâce à ce magazine, j’ai pu nouer des liens avec des investisseurs italiens qui aspirent à venir investir au Sénégal. J’ai aussi mis sur pied une structure d‘évènementiel et de communication dénommée Secoba et je suis la représentante de Gps packaging, leader dans l’emballage en Italie.
Comment êtes-vous tombée dans la soupe du mannequinat ?
Depuis toute petite, je nourrissais une passion pour le mannequinat. A la maison, je m‘amusais à imiter la démarche en zigzag des mannequins. J’ai fait mon premier défilé alors que j’avais 19 ans.
Vos parents ont-ils bien accueilli ce choix de carrière, si l’on sait que le mannequinat est un milieu pollué par les tentations ?
Mes parents m’ont toujours beaucoup soutenue. Ils me connaissent et me savent très responsable, respectueuse des valeurs et de l’éthique qu’ils m’ont inculquées. D’ailleurs, ils ont été très heureux, quand ils ont su que j’étais devenue présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal.
Justement, à propos de ce nouveau challenge, comment en êtes-vous arrivée là. On a l’impression que tout a été passé sous silence…
J’ai eu la chance de rencontrer Ambroise Gomis, je me suis présentée et lui ai demandé la raison de la pause observée dans l’organisation de Miss Sénégal. Je lui ai fait part de mon désir de relancer l’évènement. Je suis dans le milieu et je m’y connais. C’est ainsi que je lui ai proposé de racheter les droits de l’organisation, vu qu’il en était le propriétaire. Nous sommes tombés d’accord.
A combien s’élèvent ses droits ?
Je préfère ne pas donner le montant.
Vous avez acquis ces droits sur fonds propres ou vous avez bénéficié de l’appui de partenaires ?
Je me suis débrouillée toute seule.
Le métier de Miss paie aussi bien ?
Oui. Tout dépend de la structure pour laquelle on défile. Parce que si on défile pour Missoni ou Valentino ou encore Dolce & Gabbana, je répondrai que oui, on peut gagner quelque chose.
Pensez-vous qu’il sera facile de succéder à Moïse Ambroise Gomis ?
Cela peut sembler difficile, vu le succès et la réussite qu’il a engrangés tout au long de sa carrière. Il a beaucoup investi au Sénégal. Je vais essayer de faire mieux. Je vais essayer de relancer l’image de Miss Sénégal et aider les jeunes filles, en leur offrant une carrière et un travail. C’est mon principal objectif et le potentiel est là.
«Avec mon label, les Miss ne seront plus considérées comme des «belles sans cervelle»
Le concours de Miss Sénégal a toujours été escorté de problèmes et de polémiques. N’avez-vous pas d’appréhensions quant à l’ampleur de la tâche qui vous attend ? On sait que vous êtes restée longtemps en Europe.
C‘est pour cela que j’ai dit que je vais essayer de le faire, en respectant nos valeurs. Il est vrai que ce n’est pas pareil. En Europe, ils ont d’autres normes et valeurs. Ce sera certainement différent, avec une femme à la tête du comité, mais je vais essayer de m’adapter.
Pensez-vous que votre statut de femme vous facilitera les choses ou va-t-il les compliquer ?
Cela dépendra de comment je vais mener mon projet et mon produit.
Vous comptez imposer votre empreinte ?
Effectivement. Je vais refaire la marque, innover. Je compte dispenser des formations aux Miss, afin qu’elles ne soient plus juste considérées comme des «belles sans cervelle». Je veux promouvoir le label «Belle avec une tête bien faite». Pour moi, la beauté ne doit pas qu’être physique.
Amina aspire à être une Geneviève de Fontenay à la sénégalaise ?
Pourquoi pas ? Je n’ai pas eu la chance de connaître Geneviève de Fontenay (ancienne présidente du Comité), personnellement, mais j’ai beaucoup entendu parler d’elle, de sa rigueur et de son professionnalisme.
Vous avez travaillé avec de grands noms de la mode. Comment avez-vous fait pour rester dans l’anonymat ?
C’était mon choix. J’ai toujours voulu rester et travailler dans l’ombre. Car, comme dit l’adage : «Pour vivre heureux, vivons cachés.»
Connaissez-vous le milieu du mannequinat au Sénégal ?
Non, je ne connais pas tellement le milieu. Je ne connais pas les mannequins sénégalais et je ne les fréquente pas.
Vous ne connaissez pas le milieu et vous aspirez à être à la tête du comité d’organisation de Miss Sénégal. Une contradiction ?
Ce sera facile, car je compte travailler avec les filles qui ne sont pas connues. Mon objectif est de travailler avec les filles «anonymes». Je pense me rendre dans les villages pour dénicher de nouvelles pépites de la mode.
Comptez-vous sur l’expertise de Moïse Ambroise Gomis pour mener à bien votre mission ?
C’est mon souhait. Je compte bien m’appuyer sur son expertise et j’aimerai bien qu’il m’accompagne.

iGfm

Dakarflash2




1.Posté par bijoux ET LAYLA le 07/01/2016 16:39
Vous qui etes trop fatigues.
Trop stressé par les soucis quotidiens .
Ne vous le faites pas raconter venez découvrir les filles aux doigts magiques.
Lle duo de choc le duo magique la malienne et la sénégalaise.
Qui s'occuperont de vous comme si vous venez de naitre.
Jjoignez nous o 770617842 ou o772696125

2.Posté par la main du bonheur le 07/01/2016 16:44
MAIN DU BONHEUR Masseuse sensuelle propose une évasion charnelle (je suis très sélective dans le choix de mes clients). Sous mes douces mains expertes laissez-vous aller pour ce massage sensuel. Je suis une vraie bombe, je suis bien faite, je suis aussi diongue et , Je te rejoins volontiers chez toi ou à l'hôtel. Cette activité est pour moi accessoire, je suis donc assez exigeante. Faites le 78 433 89 49 ou 76 739 37 29

Nouveau commentaire :