Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Attentats de Paris : L'un des trois frères remis en liberté, un autre en fuite


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 15 Novembre 2015 || 38 Partages

Attentats de Paris : L'un des trois frères remis en liberté, un autre en fuite

Un des trois frères suspectés d'être impliqués dans les attentats de Paris a été remis en liberté après avoir été interrogé par la police. Un deuxième fait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par la Belgique. Le troisième est mort dans les attaques. Par ailleurs, le corps d'un deuxième assaillant français a été identifié par les experts médico-légaux français. 

Trois frères soupçonnés 

Trois frères, dont l'un est mort en kamikaze à Paris, et dont un autre pourrait être en fuite ou lui aussi mort en kamikaze, sont impliqués dans l'enquête sur les attentats de Paris. Ils vivaient à Bruxelles, a indiqué une de ces sources, sans être formelle sur leur nationalité. 

Ils sont Français, selon une source proche de l'enquête, belges selon une autre. L'un a été identifié comme étant l'un des kamikazes du Bataclan. Le deuxième a été placé en garde à vue en Belgique, avant d'être remis en liberté peu de temps après. Les services antiterroristes sont sans nouvelles du troisième. Il pourrait être l'un des kamikazes ou être en fuite. 

Mandat d'arrêt international 

La Belgique a émis un mandat d'arrêt international à son encontre. Les papiers de l'un d'entre eux --celui dont les enquêteurs sont sans nouvelles - ont été présentés samedi matin lors d'un contrôle routier à la frontière franco-belge. Les enquêteurs cherchent à déterminer si c'est bien leur authentique détenteur qui les a présentés ou un de ses frères, celui qui a été arrêté à Bruxelles. C'est le détenteur des papiers dont les enquêteurs sont sans nouvelles. A ce stade, deux des sept kamikazes qui ont endeuillé Paris ont été identifiés, dont Omar Ismaïl Mostefaï, Français de 29 ans.  

Nouvelles perquisitions 

Par ailleurs, de nouvelles perquisitions ont eu lieu dimanche après-midi sur le territoire de la Ville de Bruxelles. Samedi, sept personnes ont été interpellées dans le cadre de l'instruction belge liée aux attentats perpétrés vendredi soir à Paris. Des perquisitions ont été menées samedi à Molenbeek-Saint-Jean. 
  

 
 
Attentats de Paris : L'un des trois frères remis en liberté, un autre en fuite
Sept personnes ont été interpellées dans le cadre de l'instruction belge menée à la suite des attentats perpétrés vendredi soir à Paris, rapporte dimanche le parquet fédéral. Des vérifications sont toujours en cours concernant leur éventuelle implication dans les faits et certaines d'entre elles pourraient être déférées devant le juge d'instruction dans les prochaines heures, précise-t-il. Des enquêteurs français sont actuellement à Bruxelles. 

Deux kamikazes domiciliés à Bruxelles 

Par ailleurs, deux des huit assaillants qui ont perpétré les attaques à Paris sont domiciliés à Bruxelles et Molenbeek-Saint-Jean, selon le journal flamand De Standaard. L'information a été confirmée par le parquet fédéral belge. Les deux terroristes, de nationalité française, ont été identifiés par les experts médico-légaux français. 

Dès la première heure, les autorités judiciaires belges et françaises ont collaboré activement, souligne le parquet fédéral. Pour accélérer l'échange d'informations, elles ont décidé de constituer une équipe commune d'enquête. 

Sept interpellations 

Deux voitures, immatriculées en Belgique, ont été retrouvées à Paris, l'une à proximité du Bataclan et l'autre près du cimetière du Père Lachaise, a également confirmé le parquet fédéral. L'enquête démontre que ces deux véhicules ont été loués en début de semaine dans la région bruxelloise. Une personne ayant loué un de ces véhicules a fait l'objet d'un contrôle à Cambrai, samedi à 9h10 sur l'autoroute A2 en direction de la Belgique. La voiture contrôlée a ensuite été interceptée à Molenbeek-Saint-Jean samedi en fin d'après-midi. 

Au total, sept personnes ont donc été interpellées. Des vérifications sont toujours en cours concernant leur éventuelle implication dans les faits. Les pièces saisies lors des perquisitions opérées samedi, sont actuellement en cours d'examen. Dans l'intérêt de l'instruction et des devoirs d'enquête en cours, il ne sera provisoirement pas donné d'informations relativement aux personnes arrêtées ou décédées, précise le parquet.

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >