Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Attentats de Paris: un lycéen de 18 ans condamné à 2 ans de prison ferme pour apologie du terrorisme


La famille du jeune homme ne s'explique pas ces menaces et cette apologie du terrorisme diffusées, par de nombreux messages, sur Twitter. Le lycéen dit avoir été "accro" au réseau social et a présenté ses "excuses" et ses "regrets".

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 10 Décembre 2015 || 26 Partages

Un lycéen de 18 ans a été condamné jeudi en correctionnelle à Caen à trois ans de prison, dont deux ferme. Il avait posté, en six mois, d'innombrables tweets dans lesquels il exprimait son soutien au groupe Etat islamique depuis six mois et, plus récemment, aux attentats du 13 novembre.

Le jeune homme est aussi condamné pour avoir menacé de mort en mai 2015 l'imam de Drancy, considéré comme modéré, sur le même réseau social.

"Mort de rire" après la tuerie au Bataclan

"Mon plus beau souvenir du Bataclan, pété de rire", a écrit le jeune homme incarcéré depuis le 18 novembre, dans un post accompagné d'une photo. "Fusillade à Paname, mort de rire", "Paris mobilisé contre Daesh, lol, ils peuvent rien faire" a-t-il aussi posté. Il dit encore "avoir un bac + 5 préparateur de guerre civile" et invite à "faire craquer la France comme ils ont fait craquer nos pays".

Le jeune homme qui, indiquait Ouest France, est originaire d'Hérouville. Juge en comparution immédiate le jeudi 19 novembre, il avait exprimé le souhait de disposer d'un "délai pour préparer (sa) défense", comme le lui permet la loi. Au tribunal des proches ont exprimé leur incompréhension, décrivant "dans la vraie vie, quelqu'un de très gentil". Cette famille musulmane affirme pratiquer "un islam normal" et condamne les attentats perpétrés à Paris.

"Accro à Twitter", il exprime ses "regrets"

Durant l'audience, le jeune homme a multiplié les "regrets", les "excuses", y compris à l'égard de l'imam. "C'était un délire, je le pensais pas du tout", a dit le jeune homme. "Je me suis créé un personnage. En réalité, je suis pas du tout comme ça (...) J'étais accro" à Twitter, a-t-il ajouté. Pour son avocat, "c'est un gamin normal". "En dehors de Twitter, y a rien", a plaidé Me Jean-Charles Jobin. Entre mai et novembre, la justice n'a pas bougé parce qu'il n'"y a pas de danger", a-t-il poursuivi.

"Si c'est un délire, c'est un long délire", a lancé la procureure de la République de Caen, Carole Étienne, faisant allusion à la longue série de tweets postés depuis mai 2015 et après les attentats du 13 novembre. Le tribunal a suivi ses réquisitions.
BFMTV


Dakarflash2




1.Posté par amina le 10/12/2015 21:12
Du nouveau!!! Du nouveau!!! Bess takk chez AMINA dans un endroit calme paradisiaque et surtout l’essentielle qui est la discretion avec de belles masseuses DIPLOMEES et PROFESSIONNELLES a votre disposition alors n’hesitez pas a nous appeler aux 00221 78 136 10 63

Nouveau commentaire :