Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Attentats de Paris: une nuit meurtrière à l'effroyable bilan


Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 14 Novembre 2015 || 99 Partages

Au moins sept attaques terroristes, les pires commises en France, ont secoué la capitale vendredi 13 novembre au soir. 128 personnes ont été tuées, 237 blessées, dont beaucoup traitées en "urgence absolue".

Paris s'est réveillée en sang   et en larmes ce samedi matin. Au moins sept attaques terroristes   sans précédent ont secoué la capitale vendredi soir  : 128 personnes ont été tuées et 237 blessées.Parmi elles, beaucoup se trouvent dans un état grave et sont traitées en "urgence absolue" (état grave dont le pronostic vital peut être engagé). Ce nombre élevé de blessés rend pour le moment difficile tout bilan définitif. Par ailleurs, huit terroristes seraient morts, dont sept en se faisant exploser. 

>> Evolution de la situation, pistes, déclarations: suivez notre direct sur les attentats de Paris      

 
 

"Boucherie" au Bataclan: au moins 82 morts

La salle de spectacle parisienne située, boulevard Voltaire, dans le XIe arrondissement, a été la cible de l'attaque la plus meurtrière. 82 personnes ont été tuées au cours d'un concert de rock, selon un bilan provisoire. Quatre hommes armés, à visage découvert, ont pris en otage les spectateurs durant près de trois heures. Selon un témoin, ils ont ont ouvert le feu aux cris de "Allah Akbar". 

>> TEMOIGNAGE: Au Bataclan, "ils tiraient au hasard"   

 
 
 
 
 
 

"Je les ai clairement entendus dire aux otages 'C'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie'. Ils ont aussi parlé de l'Irak", a raconté Pierre Janaszak, 35 ans, animateur radio et TV qui se trouvait dans la salle. L'assaut a été lancé par la police peu avant 0h30   et s'est terminé vers 1h. Les assaillants sont morts, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs. 

"C'était sale dedans, une boucherie, des gens avec des balles dans la tête, des gens qui se sont fait tirer dessus alors qu'ils étaient à terre" raconte un policier qui explique avoir participé à l'intervention dans la nuit. "J'étais au fond de la salle, c'est ce qui m'a sauvé", témoigne Anthony auprès de l'AFP. Le trentenaire a distingué l'un des assaillants, "pas cagoulé", qui s'est approché "à quelques centimètres" de lui. "J'attendais la balle fatale, j'étais à découvert, avec un mec au-dessus de ma tête", se remémore-t-il. Puis il "rampe, patauge dans le sang et sort à l'air libre", indemne. 

>> Lire aussi: Ce que l'on sait du carnage du Bataclan   

Rue de Charonne, "plein d'impacts de balles": 19 morts

A l'est du XIe arrondissement, rue de Charonne, 19 personnes ont péri dans une scène de guerre. Un homme dit avoir entendu des tirs pendant "deux, trois minutes", "des rafales". "J'ai vu plusieurs corps à terre, ensanglantés. Je ne sais pas s'ils étaient morts", lâche-t-il. Selon lui, un café et un restaurant japonais ont été la cible des tirs, juste en face du foyer Palais de la femme. 

>> Lire aussi: Fusillade à Charonne: "Mes copains sont morts, mes copains sont morts!"   

Les pompes funèbres ont quitté les lieux avec les derniers corps avant 10h, suivies par les camions de police. "Ils ont rafalé sans chercher à comprendre", explique un peu plus tôt un policier. "On a retrouvé des impacts de l'autre côté de la rue. Plein." 

La police scientifique au café La Belle équipe, rue de Charonne, où a eu lieu un des attentats.

La police scientifique au café La Belle équipe, rue de Charonne, où a eu lieu un des attentats.

afp.com/JACQUES DEMARTHON

Rues Bichat/Alibert, "personne ne bougeait": entre 12 et 14 morts

Dans le Xe arrondissement voisin, une fusillade a éclaté à l'angle des rues Bichat et Alibert, sur la terrasse du restaurant Le Petit Cambodge. Bilan: entre douze et quatorze morts, selon différentes sources. "C'était surréaliste, tout le monde était à terre, personne ne bougeait", a relaté une femme qui se trouvait sur place au moment des faits. "C'était très calme, les gens ne comprenaient pas ce qu'il se passait. Une fille était portée par un jeune homme dans ses bras. Elle avait l'air morte." 

>> Lire aussi: Attaques à Paris: après des kamikazes français, des kamikazes en France   

Une victime étendue par terre, rue Bichat, après les attaques à Paris, le 14 novembre 2015

Une victime étendue par terre, rue Bichat, après les attaques à Paris, le 14 novembre 2015

afp.com/FRANCK FIFE

Le maire du Xe arrondissement, Rémi Féraud: témoigne surLeMonde.fr  : "Les morts étaient allongés sur le trottoir devant le Petit Cambodge et le Carillon. Ce sont des établissements très fréquentés, très populaires, il y a toujours beaucoup de jeunes. C'était le choc et la stupeur, le contraste était extrême entre ce silence de mort et ce qu'est d'habitude ce quartier où je vis, très jeune et vivant". 

Rue de la Fontaine au roi, "du sang partout": 5 morts

A quelques centaines de mètres, rue de la Fontaine au roi (XIe arrondissement), à proximité de la place de la République, la terrasse d'une pizzeria, "La Casa Nostra", est visée. Cinq personnes ont été abattues par plusieurs rafales d'une "mitrailleuse automatique", selon Mathieu, 35 ans. "Il y a avait au moins cinq morts autour de moi, d'autres dans la rue, du sang partout. J'ai eu beaucoup de chance." Un autre témoin raconte qu'il "a vu une Ford Focus noire qui tirait, puis plusieurs douilles par terre". 

Stade de France: 1 mort

L'attaque s'est produite vers 21h20 au Stade de France, au nord de Paris, où trois explosions ont retenti autour de l'enceinte sportive pendant le match amical France-Allemagne, devant 80 000 spectateurs. Une personne est morte. Trois assaillants ont été tués. 

Près du Stade de France, trois explosions en une demi-heure : 21h20, 21h30 et 21h53, dans une brasserie et un restaurant McDonald's.  

La pelouse du Stade de France envahie par les spectateurs après les attaques terroristes, le 13 novembre 2015 à Saint-Denis.

La pelouse du Stade de France envahie par les spectateurs après les attaques terroristes, le 13 novembre 2015 à Saint-Denis.

afp.com/MIGUEL MEDINA

François Hollande, sur place, a été immédiatement évacué, alors que les entrées et sorties du stade ont été aussitôt bouclées. Le match s'est poursuivi jusqu'au bout, et le public a finalement été évacué dans un calme relatif. 

Lire aussi >> Le témoignage de Jean-Paul Huchon: A cet instant, Hollande "apprend que le cauchemar recommence"   


 


DakarFlash1




1.Posté par layla la senegalaise le 14/11/2015 22:16
VENEZ PASSER TON WEEKEND AUX PAYS DES MERVEILLES.
POUR OUBLIER UN PEU LE TRAIN DE LA VIE.
ET AVOIR UNE BONNE MINE A TOUT MOMENT.
UNE SEULE DESTINATION CHEZ LAYLA.
COUREZ, COUREZ,
772696125/773882184

Nouveau commentaire :