Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Barça, Atletico et Real gagnent, les nerfs à vif


Trois courts succès et tout reste en suspens: le FC Barcelone, l'Atletico et le Real Madrid ont survécu à la guerre des nerfs samedi pour la 36e journée du Championnat d'Espagne, poursuivant leur haletante course au titre à deux matches de la fin.

Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 1 Mai 2016 || 26 Partages

Sur la pelouse du Betis Séville, le Barça s'est imposé 2-0 en supériorité numérique grâce à deux passes décisives de Lionel Messi pour Ivan Rakitic (50e) et Luis Suarez (81e). Ce dernier reste plus que jamais meilleur buteur de Liga avec 35 buts, devant Cristiano Ronaldo (31).

Vermaelen et Carrasco blessés
Thomas Vermaelen blessé au mollet, ne figurait pas parmi la sélection du Barça tandis qu'au Betis, Charly Musonda est sorti du banc pour doubler Joaquín à la 55e minute. 

Pour l'Atletico, privé de Yannick Carrasco, blessé, c'est Antoine Griezmann qui, d'une demi-volée splendide, a assommé le Rayo Vallecano (55e). Et du côté du Real Madrid, Gareth Bale a surgi de la tête (80e) pour battre la Real Sociedad.

Statu quo au classement: brièvement dépassé par ses deux poursuivants au cours de l'après-midi, Barcelone conserve la première place (85 pts) en vertu d'une différence de buts particulière favorable vis-à-vis de l'"Atleti" (2e, 85 pts). Et le Real de l'entraîneur français Zinédine Zidane reste 3e avec 84 pts.

Le Barça en position de force
Bref, rien n'est joué et on peut s'attendre à un dénouement palpitant dans cette Liga, une des plus accrochée des dernières années. En l'état, le Barça reste en position de force: son ascendant dans les confrontations directes avec ses deux poursuivants peut lui permettre d'être sacré dès dimanche prochain s'il gagne, que l'Atletico perd et que le Real ne gagne pas.

"Je ne crois pas qu'une des trois (équipes) va trébucher, donc, nous devons remplir notre contrat. C'est nous qui sommes dans une situation privilégiée", a rappelé l'entraîneur barcelonais Luis Enrique.

Samedi soir à Séville, l'arbitre a dû multiplier les avertissements dans une ambiance électrique. Messi a été parmi les premiers visés mais cette pluie de cartons a mal tourné pour le défenseur allemand du Betis Heiko Westermann, exclu pour un second jaune dès la 35e minute de jeu.

En supériorité numérique, le Barça a marqué sur un ballon lobé de Messi que Rakitic, profitant d'une sortie ratée du gardien Adán, a propulsé dans le but vide (50e). La suite du match a été à sens unique et Luis Suarez, d'abord maladroit (47e, 74e), a fini par convertir une nouvelle passe en profondeur de Messi (81e). Seul point noir pour Barcelone, le gardien Claudio Bravo a dû sortir sur blessure (87e).

Le Real sans Ronaldo et Benzema
Côté Real, il y avait aussi des blessés samedi: le Portugais Cristiano Ronaldo et le Français Karim Benzema, touchés à une cuisse, étaient absents. Avec un onze très remanié, la "Maison blanche" a dû attendre les dix dernières minutes pour décrocher sa 10e victoire consécutive en Liga grâce à Gareth Bale.

Le Gallois est l'homme providentiel du Real Madrid ces dernières semaines: déjà auteur d'un doublé décisif contre le Rayo Vallecano le week-end dernier (3-2), il a donné samedi la victoire au club merengue d'une jolie tête (80e), à la grande joie de Zidane.

"Il ne faut pas lâcher, parce que tout peut arriver. On va y croire jusqu'au bout", a lancé l'entraîneur français du Real, désormais tourné vers la demi-finale retour de Ligue des champions mercredi contre Manchester City (0-0 à l'aller).

L'Atletico, lui, affrontera mardi le Bayern Munich en C1 (victoire 1-0 à l'aller) et le club "colchonero" a fait tourner contre le Rayo Vallecano. 

Mais avec cette équipe bis, le gardien madrilène Jan Oblak a sauvé l'"Atleti" à plusieurs reprises, jusqu'à l'entrée d'Antoine Griezmann (54e).

Sur son tout premier ballon, après seulement une quarantaine de secondes de jeu, "Grizi" a inscrit son 30e but de la saison toutes compétitions confondues (55e), libérant le stade Vicente-Calderon.

"Nous décrochons une victoire importante, à un moment où les points comptent plus que le scénario", s'est réjoui l'entraîneur Diego Simeone, qui était suspendu et a dû suivre ce match en tribune. Avec les nerfs bien accrochés, comme ses homologues du trio de tête.

7sur7

Dakarflash4



Nouveau commentaire :