Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Bassirou Diawara : «Si Karim Wade n’est pas candidat, il y aura pas d’élection…»


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 18 Juillet 2016 || 59 Partages

 

Le débat relatif à la légitimité de la candidature refait surface. Cette fois-ci, c’est son ancien directeur de Cabinet qui apporte des précisions. Bassirou Diawara est formel : «C’est une candidature qui en souffre d’aucune contestation. C’est une candidature légale. On ne négocie pas la candidature de Karim Wade. On veut Karim Wade comme candidat ou rien. Et puis, vous avez entendu ce que les jeunes Mbacké ont dit. Si Karim Wade n’est pas candidat, il n’y aura pas d’élection présidentielle au Sénégal».

En attendant, conseille-t-il : «Il faut que nous soyons déterminés et engagés pour faire respecter la candidature de Karim Wade. Il est investi par des sénégalais qui se respectent. Il est investi par des patriotes. Aujourd’hui, le combat de la candidature de Karim Wade dépasse les frontières du Pds et des mouvements de soutien. Aujourd’hui, c’est un combat qui est porté par le peuple tout entier qui le porte dans son cœur. Karim Wade est à cet effet, le candidat du peuple».

Depuis, Thiaroye-Gare, un quartier de la banlieue dakaroise où, il prenait par au lancement du Mouvement And ak Sénégal Taxawou Président Karim Wade, il prévient les uns et les autres : «Il ne faut pas se leurrer, Karim Wade est bel et bien le candidat du Pds à la prochaine élection présidentielle. Et à partir d’aujourd’hui que chaque responsable de mouvement de soutien, responsables du Pds, militant et militante en fasse son cheval de bataille. Chacun a une responsabilité historique à jouer dans ce combat pour l’élection de Karim Wade à la tête du Sénégal».

Elire Karim Wade à la tête du Sénégal, pour Bassirou Diawara, «C’est créer une alternative conformément aux transformations sociales souhaitées par le peuple en 2012 et qui n’ont jamais été faites par le président de la République Macky Sall. Il a trompé les sénégalais et les a trahis. Il a également trahi, la confiance des jeunes qui espéraient avoir un emplois des 500.000 annoncés».

Par ailleurs, il a demandé aux magistrats de mener le combat pour le retrait du chef de l’Etat et du ministre de la Justice du Conseil supérieur de la magistrature. «Nous encourageons les magistrats à engager ce combat pour la restauration de l’autonomie de notre justice. Parce que si le président de la République et le ministre de la Justice ne siègent plus au sein dudit conseil, cela nous permettra d’avoir une justice indépendante et autonome», a-t-il terminé son propos.


DakarFlash3




1.Posté par tekcibrik le 18/07/2016 18:47
Mensonges. Avec ou sans lui les elections se tiendront

Nouveau commentaire :