Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Bombardement de Bouaké: 3 ex-ministres français visés par la justice


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 25 Février 2016 || 14 Partages

Du neuf dans l'enquête sur le bombardement de Bouaké en Côte d'Ivoire en 2004. Après 11 ans d'instruction, la justice française sollicite le renvoi de trois anciens ministres français devant la Cour de justice de la République. Dominique de Villepin, Michèle Alliot-Marie, Michel Barnier sont mis en cause pour avoir entravé l'enquête sur ce bombardement qui avait coûté la vie à 9 soldats français et un civil américain.
 

La juge reproche aux trois anciens ministres (de l'Intérieur, des Affaires étrangères, et de la Défense) d'avoir tout fait pour empêcher l'arrestation des deux pilotes biélorusses, auteurs du bombardement du lycée Descartes le 6 novembre 2004. « Tout a été orchestré afin qu'il ne soit pas possible d'arrêter, d'interroger ou de juger » les pilotes, écrit la juge Sabine Kheris dans l'ordonnance que RFI a pu consulter. Pourtant, ces pilotes « avaient été repérés, filmés, identifiés, surveillés dès la descente de l'avion ». 

Dix jours après le bombardement, ils sont arrêtés au Togo. Le ministre de l'Intérieur togolais François Boko « les retenaient pour permettre leur éventuelle arrestation » par Paris. A ce moment-là, la France a l'occasion de mettre la main sur les auteurs d'assassinats contre ses ressortissants, mais elle ne fait rien. Les pilotes sont remis en liberté et ne sont jamais réapparus depuis, en dépit des mandats d'arrêt dont ils font l'objet. Pour la juge : « la décision ne rien faire [...] a été prise à l'identique par le ministère de l'Intérieur, de la Défense, et des Affaires étrangères ce qui permet de penser à l'existence d'une concertation à un haut niveau de l'Etat. » 

rfi 


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >