Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


[CHRONIQUE] ENTRE AMITIÉ ET AMOUR: Trente-cinquième partie


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 7 Avril 2017 || 631 partages || 0 commentaires

[CHRONIQUE] ENTRE AMITIÉ ET AMOUR: Trente-cinquième partie

Latifah me regarda et je lui fis signe pour qu’elle se taise, mais en la voyant, je savais qu’elle était déterminée et voulait en finir.

Latifah: Tu te souviens de la dernière fois quand j’ai reçu un appel la nuit 

Mohamed: Oui… tu m’avais dit que c’était ta mère non ? 

Latifah: Exact… Il se trouve qu’elle voulait me dire qu’elle avait aperçu Assane quand elle allait en ville 

Mohamed: Et? Donc tu connais bien Assane ? 

Latifah tremblait comme une feuille? Mohamed se leva, il avait déjà l’air en colère. 

- Reponds moi Latifah tu connais le gars la alors ? 

Latifah: Attends je t’explique bb 

- Ne m’appelle même pas bb, iow loma wahati doumako geum 

Latifah: Je t’avais déjà dit que j’ai toujours connu des déceptions, mais je ne voulais pas en aller loin ; c’est vrai, j’aurais pu tout te dire, mais c’est vraiment difficile pour moi et j’avais besoin de temps. C’est vrai que j’ai connu Assane, mais il m’est arrivé que des malheurs depuis notre rencontre… 

- Elle etait sur le point de pleurer, je le sentais, je me suis approchee a cote d’elle, lui fit un calin et l’encouragea a parler puisqu’elle y tenait temps. 

Mohamed: Latifah, tu m’avais parlé de tes relations passes, et même plus, mais là, je ne sais même plus, si c’est vraiment avec Latifah que je parles puisque Assane t’avait appeler 

Aicha.; je ne comprends plus rien. Oh mon Dieu, si je savais que j’allais me marier avec une menteuse ; j’allais même pas me marier 

Moi: Euy Mohamed arrête de parler comme sa, en plus resto nagne nekeu, sognou gniber ngen lidieuntiko, gneup ngi gnouy xol 

Mohamed: Et tu penses que mane beug na tok fi di wah sama vie privee, c’est bon, je me casse 

Karim: Non man, fais pas ca, on est venu ici ensemble, et puis tu ne connais pas la ville, nagne gnibendo mo geuna rafet 

Mohamed: Non c’est bon, puis j’ai même pas faim, je vais prendre de l’air, si vous finissez, vous pouvez rentrer …et il s’en alla Latifah ne pouvait plus se retenir et éclata en sanglot. Elle était inconsolable, Karim et moi d’un cote voulaient tout savoir sur l’histoire avec Assane mais d’un autre, on avait pitié d’elle et on ne voulait pas trop l’emmerder avec des questions. Je me rendis compte qu’on devait même commander et attendre a l’hôtel, c’était mieux pour tout le monde…. Le serveur était revenu pour nous demander si on préférait rester et manger ou partir avec la commande ; on a préféré la 2 e option, deja que toutes les personnes qui étaient au resto nous regarder. Karim appela Abdoulaye pour venir nous déposer a l’hôtel, pendant ce temps j’essayais de joindre Mohamed mais en vain; ca m’inquiétait vraiment par ce que je connaissais mon frère. Abdoulaye était finalement venu pour nous ramener chez nous ; il demandait après Mohamed, mais on ne savait même pas quoi lui dire. Tout le monde était inquiet, mais on se disait qu’il allait rentrer plutard. Nous, de notre côté, on essayait de calmer Latifah, on allait s’asseoir au salon de l’hôtel et prendre du the tout en mangeant; Abdoulaye nous avait déjà quitter puisqu’il avait des choses a faire. 

Latifah nous regardait tous les deux et finit par parler : 

- C’est vrai, je connais bel et bien Assane… C’est mon ex mari, il m’a epousé, au début j’eéais heureuse avec lui, il me comblait, je ne manquais de rien, mais depuis qu’on l’a affecter au mali, il a changer de comportement envers moi, il me battait tous les jours. En découvrant que j’étais enceinte, je pensais qu’il allait être plus prudent et s’occuper de moi. Mais il est devenu comme un méchant loup, il faisait encore pire. Un beau jour, j’ai décidé de fuir de la maison, il etait aller au travail, j’en ai profiter pour ranger tous mes affaires et partir. J’avais de la famille au mali, j’étais aller rester 3 mois chez une tante, le temps que j’accouche et prennes soin de mon bb; mon petit garçon que je portais est décédé à une semaine de ma date d’accouchement. Ça a été vraiment dur pour moi, j’étais inconsolable, Assane m’a tout pris et a gâché ma vie, il a tuer notre enfant. 

Moi: (mes yeux remplis de larmes) euy Latifah, tu as vraiment souffert, chui désolée ma chérie et je l’ai pris dans mes bras en se rappelant des mauvais souvenirs, beaucoup de choses te passent par la tête, et tu penses alors que si c’était toi, qu’allais être ta réaction? Je ne voulais même plus qu’elle continue, je ne voulais même pas connaitre la suite, comment un homme peut frapper sa femme ? Sa moitié et a l’idée que cet homme est le cousin de mon mari me fit peur. 

Karim: Putain je n'arrive pas à le croire, noooooooooooon Assane qui ne peut même pas tuer un moustique. Dites-moi que je rêve, non, je vais l’appeler tout de suite ce crétin.

Moi: Hey bb ne fais pas ca, tu ne vois pas qu’elle a déjà mal, boulfi indi yenen probleme, si on rentre, on va régler sa, déjà Mohamed, on ne sait même pas foumou dem 

Latifah: Bref ca c’est juste une partie de ma vie, je n’ai même pas durer chez ma tante, le mari de ma tante me regardait à chaque fois bizarrement, ca me faisait peur, mais je ne disais rien a ma tante de peur qu’elle le prenne autrement. Jusqu’au jour ou son propre mari a failli me violer, il n’y avait personne a la maison, ses enfants étaient à l’ecole, tata au travail, mais son mari etait descendu plutot que prevu; comme d’habitude, je lui ai servi a manger, mais il voulait que je l’apporte dans sa chambre. J’ai carrément refuser et je suis partie dans ma chambre faire ma sieste, quand j’ai entendu des pas venant vers moi, je ne sais même pas ce qui m’a reveillé, il me disait juste : “Stp je ne vais pas durer, j’ai juste envie de toi” J’étais choquée, je n’arrivais pas à le croire, je lui ai demandé de sortir de ma chambre, déjà que j’étais malade, il a refusé, et s’est mis sur moi, j’ai hurlé, j’ai crié de toutes mes forces; heureusement, il n’a rien pu faire, en entendant la porte du garage s’ouvrir , il s’est enfui sachant que c’est sa femme qui revenait du boulot… Je pensais que c’était fini, mais il m’a mis en mal avec ma tante. Il lui disait que je portais des habits sexy et provocants et comme djiguene djiguene leu rek, elle a cru son mari et m’a demander de quitter sa maison et qu’elle me donnait juste une semaine. Je ne me le suis pas faite dire deux fois ; j’ai quitté même avant ; je suis retournée au Sénégal. Ma mère était choquée de me revoir, je lui ai tout expliqué, on a longtemps pleuré ensemble, papa voulait qu’on porte plainte contre Assane, mais j’avais peur, mon père ne pouvait même pas me regarder en face, par ce qu’il avait pitié de moi ; ca l’a vraiment affecter et quelques mois après, il est décédé. Maman m’avait demander de refaire ma vie et c’est là que j’ai connu Papis. Il était doux et s'occupait bien de moi, mais il me trompait aussi ; je l’ai laissé à cause de ça. Là, je me suis mariée avec ton frère et voila mon passe me ratrappe, quand est ce que je vais connaitre le Bonheur dites-moi? 

Moi: Je… Je ne comprends vraiment pas pourquoi tu ne nous en as pas parlé avant. Metina torop, et saches que je suis de tout Coeur avec toi, mon frère doit connaitre toute la vérité 

Latifah: J’avais peur et honte, je me sentais coupable d’un cote et j’avais peur de le dire a voix haute ;seuls mes parents connaissaient mon histoire. Ma mère m’a supporter et m’a demander de refaire ma vie et c’est là que Mohamed est apparu dans ma vie et m’a redonner espoir. Je l’aime plus que tout, mais je sais qu’il doit vraiment être dégoûter, je ne veux pas le perdre pour rien au monde. 

Karim: Calmes toi Latifah , on va régler tout ça, tkt mm pas, sois tranquille, Mohamed, c’est un homme bien et yereumna djiguene, c’est juste le coup de choc, mane Assane mom beteunama torop, je ne sais même plus quoi te dire Euhum…On avait même pas remarquer que Mohamed était derrière nous puisqu’on était de dos, on se demandait depuis quand il était là, est-ce qu’il n’a pas tout entendu ? À ma grande surprise, il s’avança vers Latifah et l’enlaça avec ses gros bras tout en pleurant… Je n’avais jamais vu mon frère aussi abattu et triste…


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >