Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



[CHRONIQUE] ENTRE AMITIÉ ET AMOUR: Vingt-setptième partie


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 29 Février 2016 || 1417 Partages

Karim avait déjà tout prévu. Nous devions aller à Dubaï dans une dizaine de jours, pour notre nuit de noces et y rester pendant quelques semaines. Mohamed aussi devait venir avec Latifah. Ils avaient tout prévu sans que l’on ne le sache. C'était vraiment super, on s’est marié un jeudi et la fête fut belle. Latifah et moi étions tellement fatiguées, à prendre des photos par ci, sourire sans cesse, et parler aux invités. Mais on était aussi contentes d’avoir retrouvé nos amis de longue date et les gens de la famille qui se sont déplacés pour venir assister à notre fête. On a reçu trop de cadeaux. Une semaine après notre mariage, nous avons aussi eu droit à une petite fête ; “le mbaxal”, la fête où la famille du mari était présente afin d'honorer la mariée parce qu'elle a su garder sa virginité et la couvrir de cadeaux. La maman de Latifah voulait qu’elle consomme son mariage au Sénégal ; mais Mohamed avait déjà décidé de le faire à Dubaï. Elle n'était pas trop daccord avec ça, en disant qu’on avait nos coutumes et nos traditions. J'étais la seule à avoir consommé le mien. Nous sommes encore allées au salon pour nous faire belle, Latifah et moi. On a porté des habits traditionnels, refait des coiffures et puis place aux maquillages. On était vraiment magnifiques. Les deux familles étaient vraiment proches. La maman de Karim était aussi au salon avec nous ; c’est une femme vraiment ouverte, gentille et compréhensive. On a porté des habits traditionnels, refait des coiffures et puis place aux maquillages. elle était avec nous pour se faire belle. Maman n’aimait pas trop les maquillages, mais je l’avais un peu maquillé avant d’aller au salon ; je la trouvais même superbe sans maquillage. On a fini vers 14h30 ; j’avais déjà appelé le chauffeur pour qu’il vienne nous prendre et il était déjà dehors. On sortit du salon, on remercia tout le monde et on s’en alla. On a fait le mbaxal chez nous puisque c'était plus vaste et on savait qu’il y aurait du monde. Nos maris doivent faire l’objet de prestations, c’est ainsi qu’aura lieu la cérémonie d’ouverture des valises. On est arrivé à la maison et on s’est installé. Il y avait déjà des valises qu’on avait posées devant nous. Il y avait déjà des valises qu’on avait posées devant nous. sa maman était déjà installée avec une valise devant elle. Je me disais que j’allais être gâtée aujourd’hui. Karim me présenta à sa petite soeur, qui devait venir pour le mariage mais avait raté son vol . Elle est donc arrivée la veille du Mbaxal. On avait eu à parler au téléphone, elle s’appelle Nafissa et habite aux USA. Tout le monde les accueillit en criant et en chantant, il y avait des griots qui chantaient les louanges de sa famille. Elle m’a fait la bise, et m’a fait des compliments. Mohamed a suivi Karim, accompagnée de nos tantes et quelques cousins. Les griots firent pareil en chantant et en témoignant leur reconnaissance. Karim m’a remis la valise et on m’avait demandé de l’ouvrir en présence de ma mère. La valise était remplie d’habits, d’effets divers, des objets de toilette… J’ouvris la seconde qui contenait des parures en or, des chemises de nuit, des basins.J'étais émue, ma mère et ses amies étaient vraiment satisfaites du contenu et se mettaient à chanter ; j'étais surprise, ça m’a vraiment fait rire. La maman de Karim s’est aussi levée pour me donner la valise qu’elle tenait dans ses mains et la tout le monde cria “Richmondjiz, waw, richmondjiz, sa beuss bi yako travailler, I don’t care”, mdrr je ne savais pas ce que ça signifiait mais Latifa et moi, éclations de rire. La maman de Karim m’avait offert, des lingeries, des accessoires, des ensembles, de même qu’à ma maman. A mon père, elle offrit un ensemble basin bien cousu (blanc, doré). Tout le monde s’empressa de prendre des photos et faire des éloges. Je me suis levée ; je lui ai fait la bise, et elle m’a serrée dans ses bras. Maman aussi est venue pour la saluer et la remercier. Mohamed fit place avec ses valises ; et Latifah a eu pratiquement la même chose que moi. Sauf que Mohamed a honoré toute la famille de Latifah, ses cousins et tantes, sa maman. Maman aussi fit pareille, elle remit à Latifah une valise ; elle était vraiment joyeuse et souriait à chaque fois. Mohamed et Karim sortirent des liasses de billets qu’ils distribuaient aux familles de la mariée et aux griots. Tout le monde était content ; mais je me disais juste qu’ils dépensaient trop pour rien. Ils enchaînaient avec des “Beugougnou ken mer, dinagne len teral bangen contane”. Nos deux maris annoncèrent notre voyage aux invités et aux familles. Certains étaient contents et d’autres étaient jaloux et voulaient qu’on reste par ce que nos maris avaient beaucoup dépensé. On nous annonça que le repas était prêt, c’est à ce moment que Leila apparut avec ses parents.

Tonton Sow avait l’air beaucoup mieux et regardable ; il souriait à tout le monde. Ils sont venus vers nous et nous saluer. Leila avait juste croisé la main et me dévisageait de son intense regard.
Tonton Sow: Leila, c’est quoi ces manières ?
Leila: quelles manières, j’ai dit salut non ? Pourquoi je vais parler à une traîtresse, qui a volé mon homme. Mais elle va me le payer très cher même. Karim était venu à mon secours.

Karim: si tu es venue ici pour gâcher la fête, c’est mieux que tu repartes et laisses ma femme tranquille, ne t’avises même pas de te comparer à elle. On sait bien qui est la traîtresse ici.

La maman de Leila ne disait rien. Elle demanda à sa fille de se calmer, et d’aller s’asseoir. Elle m’a souhaité bonne chance et m’a remis un cadeau. Le repas était prêt et les dames ont commencé à le servir. J'étais allée dans ma chambre et j’ai demandé à ma mère de me servir à manger avec Latifah. Elle savait que je n'allais pas bien. Karim me trouva dans la chambre ; il voulait me parler.

Karim: mon Coeur qu’est-ce que t’as ?

Moi: rien juste des maux de tête.

Karim: (en s’approchant de moi) c’est vrai ce mensonge ? Allez viens dans mes bras.

J'avançais vers lui, il me tena dans ses bras et m’embrassa.

Moi: Karim, tu ne dois pas être ici.

Karim: Okay tu as raison, je voulais juste savoir si tout va bien, je ne veux pas te voir avec cette mine là.

Moi: désolée, ani Nafissa meuneu gneuw agne ah gnoune.

Karim: Okay je vais l’appeler…Karim trouva Leila en train de parler avec Nafissa et demanda à sa sœur de venir manger avec moi.

Karim trouva Leila en train de parler avec Nafissa et demanda à sa sœur de venir manger avec moi. Ce qui l’énerva Leïla.

Leila: maintenant c’est comme ça ? Tu m’ignores, tu fais comme si je n'existais pas.

Karim: Nafissa demal si negou sama diabar, mingui ley har.

Leila: Ok on a compris que c’est ta femme. Je ne peux pas croire que tu m’aimes plus. Dis-le-moi que tu m’aime-moi. 

Karim: Leila Sow, je ne t’aime plus, j’aime ma femme et laisse nous tranquille.

Nafissa: donc c’est elle Leila; si je savais, je n'allais même pas la calculer quand elle me parlait, avec tout ce que tu as fait à mon frère et tu n’as jamais voulu me connaitre. Tu ne mérites même pas d'être ici. Rentres, c’est mieux.

Karim: tu vois personne ne te connaît ici. Mais s’ils connaissent ton vrai visage, ils vont te fuir, donc reste tranquille. Nafissa entra dans ma chambre avec un air énervé. Latifah et moi étions surprises, mais on s’empressa de manger sans dire un mot. L’ambiance était un peu tendue...

 

Dakarflash2




1.Posté par mignonne le 04/03/2016 11:45
nous sommes une équipe de 3 jeunes filles très sensuelles et pleines de feeling
nous vous proposons des séances de massage discret , sensuel et inoubliable.
seules dans notre cabinet de massage, nous vous faisons voyagés au paradis du plaisir
1-BIJOU notre drianke 24 ans
2-SONIA 20 ans metisse cap- verdienne
3-KIA belle et sexy taille fine19 ans
eh wi, vous avez l’embarras du choix, des filles de jeunes et belles et surtout professionnelles.
satisfaction assurée ou rembourser
tel: 77 181 19 99 / 77 561 52 04
ou visitez notre site web : www.badzcool.wix.com/maindubonheur

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >