Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Caricature de Cheikh Ahmadou Bamba par Jeune Afrique: Le Président Macky Sall brise le silence


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 2 Février 2016 || 316 Partages

Caricature de Cheikh Ahmadou Bamba par Jeune Afrique: Le Président Macky Sall brise le silence
Le Sénégal exige que la croyance de ces citoyens soit respectée a déclaré, mardi soir à Dakar, le président de la République, Macky Sall en réaction à la caricature du fondateur du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba par l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique.
 
"Le Sénégal est un pays extrêmement tolérant, pays où la cohabitation entre religions se fait de façon harmonieuse dans le respect de la diversité. Nous exigeons que nos croyances soient respectées", a-t-il souligné.

Le président Sall s’exprimait lors d’un point de presse avec le président du Conseil des ministres Italien, Matteo Renzi.
 
Evoquant la polémique provoquée par le port d’un de sac de femme par l’artiste-chanteur Waly Seck, Jeune Afrique avait posté sur son site Internet une image caricaturale de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur de la confrérie des mourides. L’image retirée finalement du site Internet du journal était accompagnée d’un commentaire jugé désobligeant. 
 
"Je voudrais de la façon la plus solennelle condamner très fermement cette façon de caricaturer la religion des autres ou la foi des autres. La liberté de presse ne doit pas être un prétexte pour agresser d’autres citoyens", a indiqué Macky Sall

Pour le Chef de l’Etat, "il n’est pas acceptable qu’une telle caricature après ce qu’on a connu sur l’affaire Charlie Hebdo puisse venir d’un journal aussi important que Jeune Afrique sur le continent en sachant ce que représente le mouridisme au Sénégal et la figure de Cheikh Ahmadou Bamba"
 
"Faire une telle caricature a été une erreur très grave du journal. J’accepte les excuses qu’ils ont faites (…) Il faut respecter le choix des autres, la croyance des autres. C’est comme ça que nous pouvons bâtir une coexistence pacifique. Le monde a déjà suffisamment de problèmes pour qu’on en rajoute par des attitudes irresponsables", a ajouté le chef de l’Etat. 
 
Des milliers de personnes, essentiellement des fidèles mourides, ont participé, samedi à Dakar et un peu partout à travers le pays, des "marches pacifiques" pour protester contre cette caricature.
 
Les protestataires de Dakar étaient partis de la mosquée Massalikoul Djinane, pour la place de l’Obélisque, point de ralliement de ce rassemblement organisé sous l’égide de Mbackiou Faye, représentant du Khalife général des mourides Serigne Sidy Makhtar Mbacké à Dakar.
 
Scandant des slogans à la gloire de leur guide, Cheikh Ahmadou Bamba, représentants toutes les sensibilités du mouridisme, l’une des principales confréries musulmanes sénégalaises, ont fait part de leur indignation, relative à cette caricature. 
 
Une manifestation similaire a eu lieu à Touba (centre), la capitale du mouridisme, vendredi, à la fin de la prière du vendredi. Des fidèles y avaient spontanément pris d’assaut les principales artères de la cité religieuse, pour marquer leur courroux à l’endroit du magazine. 
 
La foule scandait des slogans hostiles au magazine, appelant à l’interdiction de sa vente et de sa diffusion au Sénégal.
 
"Soufi, poète, théologien, résistant anticolonial, Cheikh Ahmadou Bamba incarnait un islam de paix, de dialogue et de modération. En appelant au calme et en acceptant nos regrets, les responsables de la confrérie des mourides, son khalife général en tête, se sont placés dans le sillage de ses enseignements", fait valoir François Soudan. 
 
Il conforme cette position en citant une recommandation de la tradition musulmane. "+Lorsque l’un de vous se met en colère, qu’il se taise !+ a dit le Prophète. Car +Allah est doux et il aime la douceur en toute affaire+

Dakarflash2



Nouveau commentaire :