Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Casamance: Plus d’une centaine de familles déplacées rentrent au bercail


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 19 Juin 2016 || 325 Partages

Casamance: Plus d’une centaine de familles déplacées rentrent au bercail
 
La baisse des attaques, le silence relatif  de la musique assourdissante des armes et l’oubli de leur chagrin pendant plus d’une dizaine année, ont poussé les populations des villages de Tilaye, de Kalire et de Diépou situés le long de la frontière qui sépare le Sénégal et la Gambie et plus précisément dans la commune d’Oulampane, dans le département de Bignona à être animées d’un désir farouche de rentrer chez elles pour retrouver définitivement leurs terres natales. Un rêve devenu depuis hier une réalité grâce au concours des autorités municipales d’Oulampane avec à le maire, Lansana Sané. Ces populations déplacées victimes du conflit armé sur la terre naguère paisible de Casamance entendent dans les prochaines semaines organisé des journées dites de paix, de pardon et de réconciliation.
 
Mais en attendant, «je dois vous avouer que nos populations ont accepté le plus dur. C’est-à-dire, nous avons oublié les brimades et les tueries», explique Malick Sané, un habitant du village de Tilaye. Des populations refugiées qui avaient effectué le déplacement à Oulampane pour recevoir lors d’une cérémonie sobre et empreinte d’émotion du riz, du sucre et des taules pour la reconstruction de leurs maisons abandonnées. «Toutes ces familles avaient subi les affres de la guerre en Casamance avant qu’elles n’aillent se réfugier en Gambie. Aujourd’hui qu’elles ont retrouvé leur «sénégalité», à savoir leurs terres d’origines, nous avons décidé de les apporter soutien et réconfort en leur offrant 157 tonnes de riz, 20 tonnes de sucres et 1.000 taules afin de pouvoir les permettre de reconstruction leurs habitats», explique l’édile de la commune d’Oulampane, Lansana Sané. Et de poursuivre, «ce geste, nous entendons le perpétuer de le but d’accompagner le Chef de l’Etat, Macky Sall dans sa volonté de reconstruire la Casamance et de ramener la paix définitivement dans notre contré.»
 
Pour le Sous préfet de Sindian, Moussa Ba qui a tenu à magnifier la présence des chefs religieux et coutumiers, des guides religieux et imams d’Oulampane, «ces populations qui viennent de retrouver leurs cieux d’antan seront accompagné l’Etat du Sénégal. Nous ne pouvons cependant, ne pas magnifier cet acte de solidarité des autorités municipales d’Oulampane», a dit le représentant de l’Etat dans la zone.Leurs blessures et plaies béantes cicatrisées petit à petit, «les esprits se sont véritablement apaisées. La seule envie pour ces populations, est de reprendre goût à la vie chez soi», lance la «Badiénou Gokh» d’Oulampane, Fatou Diatta. Elle révèle par ailleurs que, «ces populations sont très éprouvées. Leurs morts sont acheminés à bord de motos «Jakarta» pour être enterrés dans leurs villages. Elles n’ont pas de réseau téléphonique sénégalais pire, leurs enfants sont dans des écoles gambiennes.
 
C’est pourquoi, je demande à l’Etat du Sénégal d’avoir un œil très regardant sur ces populations qui sont nos compatriotes.» Un appel qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. «Le Président Macky Sall et son gouvernement ont fait de la Casamance une priorité. Je suis sûr qu’avec le programme PUMA, les villages frontaliers de la Casamance ne seront pas oubliés. C’est la raison pour laquelle j’invite imams et guides religieux de prier pour un succès de ce nouveau programme de l’Etat du Sénégal qui pourra prendre en compte la question de l’électrification de ces villages frontaliers », a indiqué le Sous préfet, Moussa Ba. Rayés ainsi de la carte du fait de la gravité des combats dans la zone pendant le conflit armé, les villages de Tilaye, de Kalire et de Diépou renaissent ainsi de leur cendre. Des villages qui ont payé un lourd tribut à ce conflit.

igfm

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 13:32 La déclaration de Yaya Jammeh en Français (vidéo)