Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Cheikh Béthio Thioune, guide religieux des «Thiantacones» – «J’étais un dandy, je mettais ma veste et je me dirigeais vers Ziguinchor pour danser et faire la fête…»


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 30 Novembre 2015 || 80 Partages

Cheikh Béthio Thioune, guide religieux des «Thiantacones» – «J’étais un dandy, je mettais ma veste et je me dirigeais vers Ziguinchor pour danser et faire la fête…»

Cheikh Béthio a effectué une sortie samedi, dans son fief à Janatoul Mahwa. Le guide des «Thiantacônes», fidèle à sa réputation, a servi de succulentes anecdotes à ses disciples avec beaucoup d’entrain.

 

C’est un Cheikh Béthio des grands jours qui s’est adressé à ses disciples. Très en verve, le guide des «Thantacônes» a offert un spectacle haut en couleurs, entouré de ses épouses, de ses fils et de ses fidèles lieutenants, mais aussi du patron de D-Medias, Bougane Guèye Dani, dont il a loué la disponibilité, avant de faire la pub de sa télé à l’endroit de ses disciples. Drapé dans un boubou d’un bleu éclatant, une paire de lunettes sobre, le marabout a tenu le public en haleine pendant près de trois quarts d’heure, au cours desquels il a ravi l’assistance par ses talents d’orateur, leur servant beaucoup d’anecdotes sur l’importance de rendre grâce, sa relation particulière avec le vénéré Serigne Saliou Mbacké ou encore sa complicité avec ses talibés (disciples). Pour égayer l’atmosphère, le Cheikh raconte une anecdote qui fit tordre de rire l’assistance : «Je ne suis pas un marabout comme les autres. Je n’ai pas la prétention d’avoir appris le Coran. Je suis un produit de l’enseignement français. J’ai été un administrateur civil de classe exceptionnelle, sanctionné d’une mention «Très bien» à l’Enam (Ecole nationale d’administration, Ndlr) dont je fais partie de la toute première promotion. Je portais des cravates haut de gamme, puis je mettais ma veste et je me dirigeais vers Ziguinchor pour danser et faire la fête. J’étais un dandy. C’est Serigne Saliou qui m’a sorti de ces mondanités que j’ai connues bien avant vous.» Le discours est prononcé sous une salve d’approbations d’un public conquis.

«Si Serigne Saliou avait fait en eux ce qu’il a fait en moi…»

Fier des centaines de tête de bœufs, de la dizaine de chameaux attachés sur les poteaux tout autour, ou encore des bœufs d’un nombre et de taille impressionnant, produits d’insémination artificielle, Cheikh Béthio décerne un satisfecit à ses disciples, sans jamais manquer de souligner que «tout ceci est l’œuvre de Serigne Saliou». Et le Cheikh de s’engager dans une vague pleine d’émotions en l’honneur de son guide. «Qu’aurais-je été sans Serigne Saliou Mbacké ? C’est lui qui emplit mon cœur, c’est lui qui coule dans mes veines. Les gens disent parfois que je parle trop. Si Serigne Saliou avait fait en eux ce qu’il a fait en moi, ils allaient parler trop, comme moi. Serigne Saliou m’a dit que je dois parler. Ce qu’il a fait en moi, même moi, je ne le sais pas. Je respecte tous les marabouts, tous les Cheikh. Mais c’est un niveau qui dépasse l’entendement et pour que la compréhension soit facile, il a dit qu’il faisait de moi un Cheikh. Quiconque aurait été à ma place, en recevant ce que Serigne Saliou m’a donné, aurait fait comme moi. Je ne peux que rendre grâce et qui veut rendre grâce, doit le faire au vu et au su de tous, afin que nul n’en ignore.» De quoi justifier amplement pourquoi il dit tenir tant aux séances de «Thiants» (actions de grâces) dont il réclame la paternité. Pour confirmer ses dires, une de ses épouses lui glisse qu’auparavant, la mode était plutôt aux «dahiras». Ce que Cheikh Béthio appréciera à sa juste valeur, avec un large sourire : «Voilà. Moi j’ai choisi de rendre grâce.» Voici résumée en une phrase, tout le sens de son engagement.


DakarFlash1



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 19:08 Beyoncé, déjà nominée 62 fois aux Grammy Awards

Mercredi 7 Décembre 2016 - 17:48 Les Kardashian refusent que Blac Chyna prenne leur nom