Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Cologne: heurts entre manifestants d'extrême droite et policiers


La police a demandé aux manifestants de se disperser. Ces-derniers étaient descendu dans la rue pour exprimer leur hostilité envers les réfugiés.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 9 Janvier 2016 || 8 Partages

Plusieurs centaines de partisans de l'extrême droite ont commencé à se rassembler samedi après-midi à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, théâtre de violences le soir de la Saint-Sylvestre, avec face à eux de nombreux contre-manifestants.

Des heurts ont éclaté entre des manifestants et la police qui a utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau. Après avoir reçu des bouteilles et des tirs de feux d'artifice d'un groupe de manifestants, les forces de l'ordre ont mis fin au rassemblement, demandant aux gens présents de se disperser.

Un appel du mouvement islamophobe "Pegida"

Avec des pancartes "Rapefugees not welcome" ("les réfugiés violeurs ne sont pas les bienvenus"), détournant le message de bienvenue aux migrants, des centaines de personnes ont convergé en début d'après-midi vers les abords de la cathédrale de cette ville rhénane, agitant des drapeaux allemands. Elles répondaient à l'appel du mouvement islamophobe Pegida "Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident", créé à l'automne 2014 à Dresde, qui tente de récupérer l'émotion créée en Allemagne par les vols et les agressions sexuelles le soir du Nouvel An.

Ces dernières impliqueraient des réfugiés. "L'Allemagne a survécu à la guerre, à la peste et au choléra, mais survivra-t-elle à (Angela) Merkel ?", était-il écrit sur une pancarte, dans une allusion à la politique d'accueil des réfugiés de la chancelière allemande.

Un millier de contre-manifestants

"Merkel est devenue un danger pour notre pays, Merkel doit partir", a renchéri un porte-parole au mégaphone, tandis qu'une femme se présentant comme Christiane, mère de quatre enfants, affirmait "se sentir dépouiller de sa liberté".

A quelques encablures et par-delà d'importants barrages de police, un millier de contre-manifestants se sont regroupés au cri de "Nazis dehors !" et avec des pancartes clamant que "le fascisme n'est pas une opinion, c'est un crime". "Nous sommes là pour les faire taire. Il est inacceptable que Pegida exploite l'horrible violence sexuelle perpétrée ici au Jour de l'An et répande ses conneries racistes", a déclaré Emily Michels, 28 ans, armée d'un mégaphone.

avec bfmtv.com





Nouveau commentaire :