Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Conseil FIFA : Me Augustin Senghor après sa défaite, «Il y a une logique de système réelle et implacable»


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 30 Septembre 2016 || 6 Partages

Conseil FIFA : Me Augustin Senghor après sa défaite, «Il y a une logique de système réelle et implacable»
Arrivé 4è au terme des élections, le patron du foot sénégalais prend avec philosophie sa défaite, surtout qu'à la CAF, avoue-t-il, il y a une logique de système bien réelle. 
 

«J’étais à ces élections face à trois membres du Comité exécutif de la CAF. À ce titre-là, je me considérais comme un outsider qui pensait pouvoir jouer sa partition. Du fait que ce sont de nouveaux postes, il y aurait de la place pour promouvoir du sang neuf dans des instances de décision de la CAF et de la FIFA. Mais bon, il y a une logique de système qui est quand-même réelle et implacable.

Les candidats qui ont une responsabilité dans le Comité exécutif sont passés. Malgré tout, les élections ont eu lieu dans le fair-play. Ça reflète la représentativité et la légitimité actuelles de nos dirigeants. J’ai effectivement battu campagne. Je viens de parler de logique de système. Nous sommes dans un système qui est assez verrouillé. Ça, personne ne l’ignore.

Battre campagne, c’est parler à tous les électeurs. Ça, on l’a fait. Que ce soit moi-même ou mon secrétaire général et toutes les personnes qui sont avec moi, on l’a fait bien avant qu’on ne se retrouve ici, au Caire. Mais comme je le dis, il y a des alliances qui se font.

Les Anglophones qui sont assez représentatifs avaient souhaité avoir une représentation au sein de la FIFA parce qu’ils n’en avaient pas. Ils se sont mobilisés pour voter pour le Ghanéen Kwesi Nyantayak. D’un autre côté, on a eu le 2ème vice-président (Ndlr : le Guinéen Almamy Kabele) qui est à la CAF depuis très longtemps.

Il a joué des rôles importants aux côtés du président Hayatou. En unissant leurs forces, c’était largement suffisant pour avoir le nombre de voix requis qui étaient de 28 pour la majorité absolue. N’étant dans aucune des deux logiques, c’est-à-dire ni la logique linguistique, ni la logique politique, il fallait s’y attendre.

«Tôt ou tard, le Sénégal accédera aux instances de décision»

Il n’y a pas le feu. On s’est considéré comme des outsiders. On a mis en avant une candidature de principe. Ce qui est important, tout s’est passé de manière démocratique. Il n’y a pas de regret. Même si ce n’est pas avec moi, nous pensons que tôt ou tard le Sénégal accédera aux instances de décision à la faveur des évolutions qui vont venir dans les prochains mois, laisse entendre le patron du foot sénégalais dans le journal Stades.

 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:35 FC Barcelone - Real Madrid : les compos probables