Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Contre la détention arbitraire de Karim Meissa Wade : Une plainte déposée contre l’Etat aux Nations Unies


L’Observatoire citoyen pour la défense des institutions (Ocdi) a déposé une lettre au siège des Nations Unies hier à Dakar, pour demander «la libération» de Karim Meïssa Wade, «conformément» à l’Avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire. L’organe a récemment confirmé son Avis du 20 avril 2015 jugeant arbitraire la détention de l’ancien ministre d’Etat.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 13 Février 2016 || 162 Partages

Le refus de l’Etat du Sénégal d’appliquer l’Avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire n’est qu’une partie remise dans le combat pour la libération de Karim Meïssa Wade. Outre le Parti démocratique sénégalais (Pds), qui use des moyens à sa disposition pour la libération de son candidat, une bonne partie de la société civile se joint au combat. Les organisations des droits de l’Homme ont, en vain, plaidé pour la libération de Karim Meissa Wade, «conformément» à l’Avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire. L’Observatoire citoyen pour la défense des institutions (Ocdi) ne se limite pas à la parole. Ce mouvement citoyen pose des actes pour la libération de Karim Wade. «Nous avons déposé un courrier au siège des Nations Unies pour demander la libération de Karim Wade, conformément à l’Avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire. Ils nous ont fait la décharge», rapporte Hawa Abdoul Bâ, coordonnatrice de l’Ocdi.  Par cette démarche, les membres de ce mouvement «veulent attirer l’attention des Sénégalais, qui doivent se rendre compte qu’il y a un compatriote détenu arbitrairement». Et même si l’Etat se montre (encore) réticent à libérer le candidat du Pds, «nous espérons» par cette plainte, que le «Sénégal retrouvera la raison». Ces activistes ont laissé un message au représentant de Ban-Ki-Moon à Dakar. «Nous avons demandé aux Nations Unies de mettre la pression à l’Etat du Sénégal pour qu’il applique l’Avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire», précise Hawa Abdoul Bâ.

Elles étaient une vingtaine de femmes de l’Ocdi à faire le déplacement aux Almadies pour le dépôt de la plainte. Ces femmes avaient prévu de tenir un sit-in devant le siège des Nations Unies à Dakar pour «dénoncer l’entêtement du régime de Macky Sall». Seulement, elles ont été obligées de repartir aussitôt après le dépôt de la plainte, puisque «nous n’avions pas d’autorisation». Hawa Abdoul Bâ et Cie tenaient une banderole sur laquelle l’on pouvait lire : «Libérer Karim».

L'obs


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 19:08 Beyoncé, déjà nominée 62 fois aux Grammy Awards

Mercredi 7 Décembre 2016 - 17:48 Les Kardashian refusent que Blac Chyna prenne leur nom