Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



DISPOSITIONS DE LA LOI SUR LA REFONTE DU FICHIER ELECTORAL: L’opposition dénonce une violation des droits des électeurs


Face à la volonté du pouvoir de procéder à une refonte du fichier électoral, le Front national pour la défense de la République (FPDR) parle d’une violation du droit de l’électeur et des velléités de fraudes. Pour autant Mamadou Diop Decroix et ses camarades appellent le gouvernement à privilégier davantage la discussion avec les différents acteurs.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 9 Août 2016 || 16 Partages

DISPOSITIONS DE LA LOI SUR LA REFONTE DU FICHIER ELECTORAL: L’opposition dénonce une violation des droits des électeurs

Beaucoup de divergences opposent la majorité présidentielle et l’opposition suite aux travaux de la revue du code électoral. Mais selon Mamadou Diop Decroix, cette fois ci, il ne s’agit pas d’une histoire entre majorité et opposition, mais d’une affaire qui concerne d’abord et avant tout, le citoyen sénégalais. A en croire le leader de And Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (AJ/PADS), ‘’depuis 2012, la machine électorale est en train de toussoter’’. Car, a-t-il dit, ‘’la méthode envisagée par l’Etat pour enlever le stock mort du fichier électoral, pose problème. ‘’Dans l’exposé des motifs de la loi sur la refonte du fichier électoral, le dernier paragraphe dit tout : l’objectif de cette refonte est d’opérer un audit physique de tous les électeurs par leur passage à des commissions administratives instituées pour recueillir la confirmation de leur inscription’’. De ce fait, relève Mamadou Diop Decroix, ‘’celui qui ne confirme pas son inscription est radié d’office’’.

Pour le coordonnateur du FPDR, ‘’aucune disposition de la constitution n’oblige à un électeur d’aller confirmer un exercice qu’il a déjà effectué’’. ‘’Je me suis inscrit, on me demande maintenant d’aller confirmer mon inscription. Si je ne confirme pas, je suis radié’’, a-t-il rouspété. Avant de poursuivre : ‘’on veut déplacer des millions de gens qui vont aller physiquement se présenter. Et ceux qui sont en voyage, ceux qui sont malades ou empêcher, vous les radiez ? Mais quelqu’un peut être sur le fichier et ne pas voter parce qu’il n’a pas envie de voter, ce n’est pas une obligation. Demain il peut avoir envie de voter et dans ce cas, qu’est-ce qu’il va faire s’il est enlevé ?’’, s’est-il lamenté.

Dans l’exposé des motifs de la loi qui est présentement examiné en commission, il est dit que les listes provisoires nouvellement établies seront publiées. Et, l'électeur muni de son récépissé de confirmation, ne figurant pas sur la liste, peut dans son délai de 15 jours, demander son intégration auprès de la commission qui y procède sans délai. Mais selon Mamadou Diop Decroix, cela n’est pas faisable dans un pays où la plupart des populations ne lisent pas et ne comprennent pas français. C’est pourquoi il attire l’attention du gouvernement sur la démarche concernant les recours en cas d’omission. A cet effet, il souligne : ‘’ils disent que si la commission refuse, vous devez aller voir le juge. C’est-à-dire, si un électeur risque de voter pour l’opposition, on peut lui refuser l’inscription. Et s’il n’est pas inscrit, il va voir le juge. Mais ce dernier n’a pas une obligation de l’intégrer. Il y a là une violation de la liberté de l’électeur’’.

Enquête


Dakarflash2



Nouveau commentaire :