Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Dakar espère faire inscrire le bois de vène sur la liste de la convention de Washington (ministre)


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 7 Août 2016 || 29 Partages

Dakar espère faire inscrire le bois de vène sur la liste de la convention de Washington (ministre)
Le Sénégal compte faire inscrire le bois de vène sur la liste de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES, en anglais), a annoncé, dimanche, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé.
 
De cette manière, le palissandre du Sénégal ou vène devrait être mieux protégé contre le trafic international dont cette espèce fait l’objet qui risque de conduire à sa disparition, a-t-il laissé entendre.
 
Le ministre de l’Environnement et du Développement durable s’entretenait avec des journalistes, en en marge de la cérémonie officielle de célébration de la 33ème édition de la Journée nationale de l’arbre, Keur Mbouki, une commune du département de Birkelane (Kaffrine).
 
"Nous nous battons pour que ce commerce du bois de vène du Sénégal soit découragé ou plus contraignant sur l’international", a souligné, Abdoulaye Baldé.
 
"Si cette espèce est inscrite dans cette convention, cela va réduire ou contraindre son exportation vers l’international à partir de pays comme le Sénégal ou encore la Gambie". Cela ferait "de sorte que pour faire sortir cette espèce du Sénégal vers l’extérieur sera plus difficile", a-t-il expliqué.
 
Le CITES, également appelé la Convention de Washington, est un accord international entre Etats, dont le but est de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie de certaines espèces telles que le bois de vène.
 
Selon le ministre de l’Environnement, si cet objectif est atteint, cela veut dire que désormais, pour faire sortir le palissandre du Sénégal sur l’international, il faut au préalable disposer de permis ou de certificats d’importation-,exportation à présenter aux frontières à la douane.
 
Une fois cet objectif visant à protéger davantage cette espèce menacée, "ce qui est sûr, c’est que son exploitation sera plus contraignante, car la douane va demander la présentation d’un certificat d’origine ou permis aux frontière", a-t-il fait valoir.
 
De l’avis du ministre de l’Environnement et du Développement durable, "tant que le commerce du bois de vène est florissant sur l’international, il y aura toujours des velléités de coupes abusives".
 
Le palissandre du Sénégal a été choisi au niveau national comme parrain de la 33e Journée internationale de l’arbre "en raison de ses nombreuses potentialités de production et de service (...)’’, a indiqué M. Baldé.
 
Il a été aussi choisi du fait de son importance "dans la vie de nos sociétés et surtout" compte tenu de l’ampleur de son exploitation illicite et des "fortes menaces qui pèsent sur lui", a-t-il expliqué. 
 
L’édition 2016 de la Journée internationale de l’arbre est axée sur le thème "Promouvoir une économie forestière génératrice de revenus pour les populations locales et créatrice d’emplois verts dans l’esprit des objectifs de développement durable".

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 06:52 Ucad : Le Saes décrète trois jours de grève