Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Dialogue national : L’intérêt partisan va-t-il prendre le dessus sur l’intérêt général ?


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 27 Mai 2016 || 22 Partages

 

C’est une sorte de synchronisation chez les leaders de partis politiques. Le dialogue national et/ou politique convoqué ce samedi par le chef de l’Etat va-t-il accoucher d’une souris ? Tout porte à le croire, du côté de l’opposition. Et c’est l’intérêt partisan qui va ainsi prendre le dessus sur l’intérêt national.

Le boycott de l’opposition la plus significative

Au moment où le dialogue sera présidé par le Président de la République, ce samedi, Idrissa Seck sera en conférence de presse, Abdoulaye Baldé en meeting à Ziguinchor, Malick Gakou, lui sera hors du pays. Pape Diop, leader de la Convergence Bokk Gis-gis et Moussa Touré qui dit avoir reçu deux cartons d’invitations comptent boycotter le chef de l’Etat.

Le Pds souffle le chaud et le froid

Jusqu’à 24 heures de la tenue du dialogue national, la position du Pds, principal parti politique de l’opposition, reste inconnue. Selon nos sources, le parti de Me Wade, a comme beaucoup de formations politiques reçu sa lettre d’invitation déposée au niveau de la permanence Omar Lamine Badji.

Le Pds, depuis emprisonnement de Karim Wade, dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis, se radicalise. Non seulement, il a fustigé les conditions dans lesquelles le fils de l’ancien chef de l’Etat a été inculpé, mais surtout la gestion du pays par le successeur de Me Wade.

Même si Me Wade et ses proches n’ont rien dit pour le moment pour leur participation où non au dialogue, force est de reconnaître que la libération de leur candidat, Karim Wade, sera la première condition sine qua non pour prendre part à ce dialogue.

Le peuple, seul juge

Le peuple reste le seul spectateur crédible dans le jeu auquel s’adonnent le pourvoir et l’opposition. Si certains pensent que c’est une bonne chose, d’autres  réinterrogent sur les modalités de ce dialogue, doutant de la sincérité de nos acteurs politiques et pensent qu’ils se réunissent souvent juste pour se faire des accolades politiques, des accolades, histoire d’aplanir les malentendus. Nombreux sont les citoyens qui épiloguent toujours sur le bien fondé de ces concertations dont ils ne connaissent pas les contours. C’est-à-dire, des sujets qui seront abordés, encore moins des arguments développés.

Les plus radicaux, sont allés jusqu’à laissé entendre que le dialogue de ce samedi, 28 mai ne sera qu’un prétexte pour légitimer une opération de débauchage de responsables de l’opposition et de personnalités de la société civile.

Si les responsables de l’opposition dite la plus significative boycottent la rencontre, il est sûr que le dialogue va perdre une partie de sa substance. C’est dans ces conditions que beaucoup de citoyens craignent que la montagne risque d’accoucher d’une souris.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :