Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Dialogue national sur le fichier électoral : Abdoulaye Daouda Diallo exige un rapport avant décembre


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 17 Juin 2016 || 28 Partages

Dialogue national sur le fichier électoral : Abdoulaye Daouda Diallo exige un rapport avant décembre
 

Les deux camps (Coalition «Gor Ca Wax Ja» et l’Entente des forces de l’opposition – Efop) de l’opposition ont enfin accordé leurs violons. Ce qui a permis au ministre de l’Intérieur d’installer la commission de revue du Code électoral présidée par l’ancien gouverneur, Amsata Sall, et de fixer la fin des travaux avant décembre prochain.

 

C’est hier, devant le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, et le Directeur général des élections, Thiendella Fall, que les deux groupes de l’opposition ont accepté la clé de répartition (10 membres pour la Coalition «Gor Ca Wax Ja» et les 5 autres pour l’Efop) pour la formation du pôle de l’opposition. L’ancien Premier ministre (Souleymane Ndéné Ndiaye) et Cie de l’Efop, qui avaient refusé cette clé de répartition la veille, ont accepté de rejoindre l’opposition classique dans la Commission de revue du Code électoral pour pouvoir parler d’une seule et même voix. Une position que le porte-parole du jour de la Coalition «Gor Ca Wax Ja», Déthié Fall, par ailleurs vice-président du parti Rewmi, salue à sa juste valeur. «Nous tenons à saluer l’esprit qui a prévalu et qui a permis de trouver un consensus entre les deux groupes de l’opposition. Hier (avant-hier), il y avait un blocage sur la répartition et surtout, sur les 5 membres qu’on avait proposés au camp de l’Efop. Mais, ils ont finalement accepté la proposition ce matin (hier matin) et leur représentant l’a confirmé devant le ministre de l’Intérieur et le Directeur général des élections», fait comprendre Déthié Fall.

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur s’est félicité de l’esprit de dépassement des différents acteurs pour qu’un consensus puisse enfin être trouvé et que la Commission soit installée. «On a eu à suspendre la séance du mardi passé, parce qu’il y avait quelques difficultés sur le nombre de représentants de chaque pôle. A ce niveau, j’avais invité les uns et les autres à faire preuve de dépassement et des efforts de convergence. Ce qui a finalement été fait. De notre côté aussi, on était obligé de faire un effort supplémentaire pour augmenter le nombre de représentants de 10 à 15. Maintenant que la Commission a été installée, elle doit mener les travaux de manière soutenue», déclare Abdoulaye Daouda Diallo. Selon lui, avec le protocole de la Cedeao, à 6 mois des élections, on ne peut plus toucher les dispositions du Code électoral, sauf s’il y a un large consensus de toute la classe politique. En principe, les élections législatives devraient se tenir en mai ou juin de l’année 2017. «Donc, si on fait le compte à rebours, il nous reste 6 mois pour boucler la révision du Code électoral. Parce que, si on termine les travaux, il faut bien le défendre au niveau de l’Assemblée nationale et sur cette base, il y a aussi un délai à respecter», dit-il.

Le ministre de l’Intérieur et le Directeur général des élections ont installé la Commission de revue du Code électoral, présidée par l’ancien gouverneur et membre de la Commission électorale nationale autonome (Cena), Amsata Sall. D’après le ministre de l’Intérieur, il s’agira pour la commission de privilégier, sans ne rien occulter, les dispositions permettant l’organisation des prochaines élections législatives. Ainsi, la commission se penchera sur les 12 points qui ont été retenus lors de la plénière du 9 juin dernier entre le ministre de l’Intérieur et les partis politiques légalement constitués.

l'obs


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >