Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Discussion sur le fichier électoral : ces députés qui menacent le Gouvernement


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 12 Août 2016 || 14 Partages

La discussion sur la refonte des listes électorales à l’Assemblée Nationale a tenu toutes ses promesses. Un projet de loi rejeté par l’opposition mais qui a été voté, vu la majorité mécanique de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakkar favorable à ce texte.

 Thierno Bocoum: «Ce projet de loi est un recul démocratique» 

 Le protégé de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, a été l’un des premiers parlementaires à rejeter et voter «Non» contre le projet de loi portant refonte partielle des listes électorales. Pour  Thierno Bocoum, l’Etat est en train de faire du «forcing» et ceci est un «recul démocratique» pour le Sénégal. Il estime que l’opposition est victime du forcing de Macky Sall et alliés.

Mamadou Faye: «La démarche adoptée par l’Etat du Sénégal n’est pas bonne»

Le député Mamadou Faye donne ses raisons de voter contre ce projet. Pour lui, le manque de consensus autour de la question est un facteur non négligeable. «La démarche adoptée par l’Etat du Sénégal n’est pas bonne. Un projet de loi relative à la question des élections nous a été posé. Donc, pour traiter cette question, il faut adopter une stratégie commune et consensuelle visant à inclure toutes les formations politiques de ce pays, pour le renforcement de la démocratie sénégalaise. Mais le gouvernement ne l’a pas fait», s’indigne Mamadou Faye.

Inscription et confirmation des électeurs : Abdoulaye Makhtar Diop avertit le gouvernement

«J’averti notre gouvernement sur le risque de la confirmation de la présence du citoyen de son existence sur le fichier. Il est vrai que dans une bonne gouvernance, il faut rechercher le fondement légal à toute décision, mais il faut également s’attarder sur l’opportunité et l’efficacité de telles décisions. Il n’est pas du tout évident que les Sénégalais des villes comme des campagnes aient suffisamment de ressources et de moyens pour aller s’inscrire et confirmer. Si la volonté est de minimiser l’abstention, il faut certainement d’autres moyens que celui qui est inscrit dans ce projet de loi» , conseille le Grand Serigne de Dakar.

Inscription et confirmation des électeurs : Aïssata Tall Sall s’indigne

 «La refonte est nécessaire voire indispensable, mais c’est dans la mise en œuvre que nous avons un problème parce que si on impose aux Sénégalais physiquement de se représenter devant les commissions administratives pour se faire enrôler, on leur impose un surpoids de travail parce que ces mêmes personnes étaient déjà venues devant ces commissions. Cette nouvelle donne est une façon de restreindre un peu l’exercice de la liberté fondamentale de vote aux citoyens. On ne combat pas l’abstention de cette façon. Je pense que l’absence est une prise de conscience des électeurs par le devoir des politiques d’éveiller leur conscience et d’attirer leur attention ».

Me El Hadji Diouf et sa proposition de motion

Dans sa première prise de parole, puisqu’il est venu en retard, celui qui s’est surnommé le «député du peuple» a voulu introduire une motion pour demander au Président de l’Assemblée Nationale de rejeter le vote du projet de loi. Une demande rejetée par le Président Moustapha Niasse.

Moustapha Niasse recadre le  «député du peuple»

«Cher Collègue, vous pouvez poser une question, mais il n’est pas question de faire une intervention quelconque sur quoi que ce soit. Je ne vous permettrai pas d’intervenir. Il y a un règlement intérieur à suivre dans cette Assemblée. Tant que je continue à être le président de l’Assemblée nationale, je veillerai à ce qu’il y ait de l’ordre dans cette institution», a lancé le Président de l’Assemblée nationale à Me El Hadj Diouf.

Réponse du berger à la bergère

«Vous êtes qui pour me freiner? Je suis aussi député et j’ai le droit de prendre la parole dans cette Assemblée. Je n’accepterai pas que quelqu’un instaure la dictature au sein de l’Assemblée nationale. Ce qui se fait au pays de Yaya Jammeh n’est pas acceptable ici. Il faut que vous le sachiez», lance Me El Hadj Diouf à son Président.

Dans tout ce méli-mélo, le Président, aidé par ses pairs de Benno Bokk Yakkar, a poursuivi le programme normal du jour pour adoption du projet de loi n°21/2016 portant Refonte partielle des listes électorales.

senenews


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:01 Réforme de la Justice : Sidiki Kaba se défend