Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Douze djihadistes de l'EI tués dans le premier raid russe sur Raqa


L'armée russe a annoncé vendredi avoir frappé pour la première fois Raqa, le fief du groupe État islamique, lors de bombardements qui ont également visés les provinces d'Alep et d'Idleb. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ce raid a fait douze morts parmi les djihadistes.

Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 2 Octobre 2015 || 8 Partages

Douze djihadistes de l'EI tués dans le premier raid russe sur Raqa
Selon le ministère russe de la Défense, des bombardiers tactiques Soukhoï-34 ont frappé notamment un "poste de commandement qui était camouflé à Kasrat Faraj, au sud-ouest de Raqa". D'après les informations dont disposent l'OSDH, il s'agirait d'un site à proximité de l'aéroport militaire de Tabqa.

L'ONG indique également vendredi avoir reçu des informations faisant état du décès de sept civils, dont deux enfants, à la suite de frappes russes menées dans la province d'Idleb, une partie du territoire syrien où l'Etat islamique n'a pas su prendre pied.

Les premières frappes russes en Syrie avaient fait 28 morts mercredi selon l'Observatoire, qui compile le bilan de morts depuis le début du conflit syrien il y a quatre ans et demi.

Vendredi, le président de la Commission des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Alexeï Pouchkov, indiquait sur la radio française que les frappes russes devraient durer "trois à quatre mois". 

Pour les Etats-Unis et ses alliés, les opérations russes ne sont que des manoeuvres destinées à remettre le président Assad en selle. Moscou est ainsi soupçonné de mener ses raids contre des groupes rebelles comme l'Armée syrienne libre, alors que la cible affichée de cette intervention est l'Etat islamique.

Accusations de la Turquie
Vendredi, c'était au tour d'Ankara de porter ses accusations envers le Kremlin. Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a accusé la Russie de frapper les positions de l'opposition syrienne modérée. "L'opération a été montée entièrement contre les positions de l'Armée syrienne libre", a affirmé Ahmet Davutoglu, faisant allusion au principal groupe armé modéré qui lutte contre la président syrien et soutenu par la Turquie. "Il s'agit clairement d'un soutien au régime syrien qui est sur le point de tomber", a-t-il assuré.

Le conflit généralisé ravageant actuellement la Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression par le régime du président Assad de manifestations pacifiques avant de sombrer dans une guerre civile ouverte avec de multiples belligérants. En un peu plus de quatre ans, 240.000 personnes ont perdu la vie et des millions de personnes ont été déplacés.
7sur7

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >