Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Dr Waly Diouf : « Il suffit juste de doubler la production de 2015 pour atteindre l’autosuffisance en 2016 »


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 25 Juillet 2016 || 20 Partages

Et si l’atteinte de l’autosuffisance en riz était pour 2016 au lieu de 2017 ! Le moins qu’on puisse dire est que les prévisions du coordonnateur du Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar), Dr Waly Diouf, pour la riziculture pluviale 2016, sont prometteuses. Le coordonnateur du Pnar est convaincu qu’au rythme où vont les choses, l’autosuffisance en riz sera atteinte en 2016. Selon lui, il suffit juste de doubler la production de 2015 pour atteindre l’autosuffisance en 2016. 

« Je suis plus qu’optimiste. Et cet optimisme est tout simplement dicté par l’appréciation que les acteurs font. Pour en revenir au Président du Cncr de Sédhiou, Mouhamed Cissé, quand je lui ai dit que l’objectif est de faire le double de ce qu’on a fait l’année passée, il a tout simplement répondu que non il faut tripler. Mon enthousiasme est assez énorme, mais celui des populations est encore plus énorme », soutient-il. 

« En 2015, sur la riziculture pluviale, nous avons pu multiplier par 3 ce qu’on a eu à avoir en 2014. Si d’une année à l’autre nous avons pu tripler nos productions, nous pensons qu’il doit être possible de multiplier par 2. Et il suffit juste de multiplier par 2 la production de 2015 pour atteindre l’autosuffisance en 2016. Et nous sommes dans cette voie, je suis extrêmement optimiste et nous prions le bon Dieu qu’il nous accorde un hivernage fertile », a dit le coordonnateur du Pnar qui souligne que les mesures prises par le gouvernement du Sénégal, en matière de consommation locale, en privilégiant le riz local à la place des importations, est en train d’être copié par les pays de la sous-région. « Cette mesure, aujourd’hui, fait la fierté du Sénégal, partout et tous les pays cherchent à copier en vérité cette mesure-là. Cela a permis de régler définitivement la question de la commercialisation du riz local au Sénégal. Vous n’entendez plus les acteurs de la vallée, qui d’ailleurs étaient les seuls, dire , : "Voilà on a récolté le riz, on n’arrive pas à le vendre". Ce problème a été définitivement réglée », se réjoui-t-il. 

Selon Dr Diouf l’autre mesure complémentaire a été prise pour la commercialisation du riz local. Et cette mesure consiste à la mise en place, par le Pnar, par l’intermédiaire du ministère de l’Agriculture, d’un fonds de commercialisation d’un montant de 5 milliards, mis à la disposition de l’ensemble des acteurs, au niveau de la Caisse nationale de crédit agricole (Cnca). « De mars 2016 à maintenant, c’est 350 mille tonnes qui ont été accordés à l’importation contrairement aux années précédentes où les importations s’élevaient à des millions de tonnes », renseigne-t-il. 
leral.net

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >