Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



El Hadji Diouf s'est retrouvé avec la FSF: «Augustin Senghor n'est pas une mauvaise personne...»


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 24 Novembre 2015 || 23 Partages

Le président de la Fsf Me Augustin Senghor et la star du football sénégalais El Hadji Diouf ont entretenu pendant longtemps des relations tumultueuses et compliquées. L’ancien joueur de la Linguère de Saint-Louis ne manquait jamais de faire des attaques et critiques avec des propos acerbes à l’encontre des responsables fédéraux. Ces derniers avaient réagi en le suspendant de toute activité en équipe nationale avant de lever la sanction en septembre 2012.

Aujourd’hui, les deux parties semblent avoir fumé le calumet de la paix pour mettre au premier plan l’intérêt du football sénégalais aux grands bonheurs des sénégalais. C’est ainsi que lors du dernier match du Sénégal comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018 contre le Madagascar, El Hadji Diouf était venu pour participer à la dernière séance des Lions afin de les motiver.

L’intéressé explique dans le quotidien l’Obs que le différend qui existait entre lui et la fédération a été résolu grâce à des médiateurs pour mettre fin aux disputes et se retrouver autour de l’essentiel.

« Aliou est au début de tout, y compris du respect que je voue à la Fédération. Il y a aussi d’autres personnes au sein de cette Fédération, qui ont joué les bons offices. J’ai vu en eux des professionnels mus par les intérêts du pays. Il faut aussi dire qu’Augustin Senghor n’est pas une mauvaise personne, c’est un chrétien et les chrétiens ont bon coeur », déclare El Hadji Ousseynou Diouf.

Et d’ajouter : « On a organisé réunion sur réunion, beaucoup discuté. C’était un long processus, avec comme intermédiaires, Ibou Guèye, Gaston Mbengue, Ablaye Sow… Malgré nos disputes, on reste des hommes qui peuvent se retrouver autour de l’essentiel. Je ne suis pas rancunier ».

wiwsport

 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:42 Blessure: Diao K. Baldé au régime spécial