Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


Elections au Kenya: plusieurs morts dans des émeutes, l'opposition ne veut pas reculer


La situation est toujours tendue, au Kenya, 24 heures après la réélection d'Uhuru Kenyatta. Dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, mais aussi dans l'ouest du pays, plus d'une dizaine de personnes ont trouvé la mort ce samedi 12 août. L'opposition a continué de durcir le ton et affirme, sans en avoir fourni la preuve pour le moment, qu’une centaine de personnes ont été tuées par les forces de sécurité. Les autorités, elles, démentent toute répression politique, dénoncent des pillages et des actes criminels.

Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 13 Août 2017 || 194 partages || 0 commentaires

Selon les agences de presse, huit cadavres ont été déposés à la morgue de Nairobi. La plupart des victimes ont été enregistrées dans la capitale kényane, et notamment dans les bidonvilles de Matharé et Kibera. On signale également un tué dans le comté de Kisumu, le fief de Raila Odinga dans l'ouest du pays, ainsi qu'un autre dans le comté voisin de Siaya.
 

Selon la Commission kenyane des droits de l'homme, les journées d'émeutes auraient fait au moins 24 morts dans tout le pays. La grande majorité des victimes se trouvent à Nairobi. L'organisation indépendante a demandé au ministre de l'Intérieur d'ordonner l'arrêt des tirs à balles réelles sur les émeutiers. Sa présidente, Kagwiria Mbogori, a rappelé tout le monde à la loi.
 

« Les Kenyans ont le droit de s'exprimer par des piquets de grève ou des manifestations. Mais en tant que  citoyens, ils doivent respecter la dignité d'autrui, la vie et les biens des autres. De même, les forces de sécurité ont pour mandat de protéger la vie, la propriété et les êtres humains. Ils sont autorisés à contenir les manifestants avec dignité, dans le respect de la loi et en utilisant une force raisonnable », a-t-elle déclaré .
 

Le Conseil national des Eglises a, lui, dénombré 18 morts, la plupart encore dans la capitale. En réaction, leaders musulmans et catholiques ont parlé d'une même voix pour demander aux Kenyans de ne pas affronter la police et aux forces de l'ordre de ne pas tirer sur la foule. Sheikh Adan Wachu, président du Conseil Suprême des Musulmans.
 

« Nous appelons les forces de sécurité d'arrêter d'employer une force excessive pour disperser des émeutes. D'autant que récemment, le gouvernement a fourni du matériel contenant des armes non létales. Il n'y a donc aucune justification pour l'emploi de balles réelles par la police », a appelé Sheikh Adan Wachu.
 

Mais l'opposition campe sur ses positions et annonce que plus de 100 personnes ont été tuées dans la répression des émeutes. « Le ministre de l'Intérieur et la police se sont mis d'accord. Ils ont décidé de tirer pour tuer », explique le sénateur Johnston Muthama. Interrogé pour savoir comment l'opposition pouvait avancer le chiffre d'au moins 100 victimes ? L'élu répond que ces corps ne sont pas visibles dans les morgues. Ils auraient d'après lui été mis dans des sacs et cachés, afin de dissimuler les preuves.
 

« C'est un Etat de terreur, un régime fasciste », a réagi l'ancien ministre James Orengo. Il soutient qu'une unité paramilitaire d'élite, spécialement entraînée pour mater les émeutes, serait à l'œuvre. « Pour trouver ces victimes, normalement vous devriez aller à la morgue. Mais cette fois ils ont de l'avance. Ils mettent ces cadavres dans des sacs. Et où vont ces sacs est très difficile à savoir. Ces sacs avaient été distribués avant l'élection. Nous avions alerté, mais personne ne nous a écoutés. Cette répression a été préparée méticuleusement. Ils savaient qu'ils allaient voler le vote, que les gens seraient mécontents. Tout était prêt pour réprimer. »

 

Les politiciens nous divisent, notamment au niveau ethnique. Mais en plus à Kibera, les gens ont faim et n'ont pas de travail. Ils peuvent être plus facilement manipulés.


source : Rfi

Dakarflash4



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Août 2017 - 09:00 Retour samedi au Nigeria du président Buhari