Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


Et si les vice-présidents de l'Assemblée nationale passaient de 8 à 4... pour économiser 500 millions FCFA ?


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 25 Mai 2017 || 30 partages || 0 commentaires

Et si les vice-présidents de l'Assemblée nationale passaient de 8 à 4... pour économiser 500 millions FCFA ?
Faisant le bilan de la législature en cours, Cheikh Oumar Sy, le député Bes du Nak a proposé la réduction du nombre de vice-présidents de 8 à 4 qui permettra d’économiser plus de 500 millions FCFA, pour le recrutement des assistants parlementaires pour les groupes parlementaires (majorité, opposition, indépendant). 
  
Cheikh Oumar Sy a proposé 8 solutions révolutionnaires pour transformer l'Assemblée Nationale sur le plan fonctionnel pour des conditions optimales de performance. 
  
« Réduire le nombre de vice-présidents de 8 à 4 et économiser ainsi plus de 500 millions. Avec cette économie on recrute des assistants parlementaires pour les groupes parlementaires (majorité, opposition, indépendant) pour les assister dans la préparation du vote du budget ainsi que pour les projets de loi et proposition de loi. », a expliqué le député Bes du Nak sur sa page facebook. 
  
Pour lui, il suffit de« revoir les commissions statutaires qui sont obsolètes et très politiques. C'est à cause de leur lourdeur que les députés s'organisent en Réseau Parlementaire. Revoir la loi organique de l'assemblée nationale afin que les députés puissent contrôler l'exécutif comme il se doit (Travail qui a été fait par la 12eme législature mais qui a été bloqué par le sommet). 
  
Cheikh Oumar Sy propose aussi de « supprimer les dispositions qui bloquent les propositions de loi des députés, une mise en place de sous commissions parlementaires qui doivent superviser le travail des agences publiques et permettre à travers des pétitions que les citoyens sollicitent l'ouverture de commissions parlementaires, afin de donner  à l'assemblée (et non aux parlementaires) les moyens nécessaires pour fonctionner avec toute l'autorité qui sied .» 
  
Enfin, le camarade de Mansour Sy Djamil envisage aussi qu’on soumette « le budget national aux universitaires, à la société civile ou à des think thank pour avis avant le vote du Parlement et que tout contrat de plus de 5 ans soit soumis à l'Assemblée Nationale pour approbation. » Car selon toujours Cheikh Oumar Sy, « ni le Président encore moins un Ministre ou Directeur ne peuvent engager l'exploitation des ressources naturelles du pays sans consultation du Parlement. » 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :