Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Exploitations pétrolières/minières : l’ACT d’Abdoul Mbaye exige la transparence dans les contrats


Le Bureau politique de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) s’est réuni hier pour se pencher sur l’actualité nationale et internationale. Sur le plan national les camarades de l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye ont exhorté l’Etat a joué la carte de la transparence dans les contrats avec les sociétés qui exploitent nos ressources minières et pétrolières. Au niveau international l’ACT a déploré les attentats de Nice et la tentative de prise de pouvoir par les armes en Turquie mais aussi les attentats de Médine à la Mecque.

Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 17 Juillet 2016 || 51 Partages

Exploitations pétrolières/minières : l’ACT d’Abdoul Mbaye exige la transparence dans les contrats
Le Bureau politique de l’ACT a pris acte de l’information donnée par la société Kosmos Energy signataire de contrats de recherche et de partage de production d’hydrocarbures avec le Sénégal. Ces précisions font suite au communiqué n°4 du 2 juillet 2016 du bureau politique du parti. Ce dernier tient à ce que cette volonté de transparence soit maintenue tout au long des négociations entre les deux parties. Ainsi, la société Kosmos Energy et toutes autres impliquées dans l’exploitation des ressources minières du Sénégal devront notamment répondre à toute interrogation et demande de précision portant sur leurs relations financières et/ou techniques avec tout tiers concerné par les périmètres d’exploration sur lesquels elles sont autorisées à intervenir.

Toutefois les parti d’Abdoul Mbaye dit regretter que « l’initiative de la transparence ne soit pas venue des Autorités sénégalaises. Il demande à ces dernières de ne pas se soustraire à cette obligation tant pour les opérations passées que futures. Il leur demande en particulier de faire connaître les noms, qualités et compétences des conseillers et agents de l’Etat du Sénégal engagés dans les négociations passées, actuelles et futures avec les sociétés bénéficiant de permis de recherche et signataires d’accords de partage de production » , mentionne le communiqué  du BP. Ajoutant que « Ces précisions relèvent du souci des citoyens sénégalais de pouvoir être édifiés sur la défense de leurs intérêts par des représentants à la fois crédibles et compétents ».

L’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail « exige que tout engagement relatif à la cession future des quotas de production revenant au Sénégal soit le résultat d’une procédure transparente, portée à la connaissance de tous les citoyens, et correspondant aux meilleures pratiques internationales connues », souligne la note parvenu à PressAfrik.

Selon le bureau politique « le peuple du Sénégal n’acceptera pas la conclusion d’accords de cession des royalties reçues en équivalent de parts de production conduits de manière confidentielle au profit de sociétés créées pour la circonstance, inconnues dans le secteur du négoce international et/ou abritant des intérêts de particuliers sénégalais en direct ou en indirect », a fait savoir le communiqué.
Ainsi le Bureau Politique de l’ACT reste en particulier très attentif à la non répétition de pratiques d’appropriation de ressources nationales et de spoliation des peuples par des prédateurs, déjà expérimentée en d’autres lieux et associant :
1.         prise de pourcentage dans les permis de recherche,
2.         création et contrôle d’un véhicule bancaire devant abriter les flux financiers « quasi-illicites »,
3.         contrôle des cessions de parts de production par le biais de sociétés de négoces (traders) choisies sans appel à la concurrence ou créées pour la circonstance, et
4.         création d’une rente sous forme de dividendes et/ou de commissions par un contrat à long terme au profit de la société de négoce, et d’intérêts visibles ou cachés.
 
Tout de même le Bureau politique de l’ACT invite enfin la société CAIRN Energy à s’inscrire dans une démarche similaire à celle de Kosmos Energy. La société Tender Oil & Gas (blocs de prospection Saloum et Sénégal sud) est également interpellée, et devra notamment informer de tout décaissement partiel et effectif des 42 millions $ (environ 25 milliards FCFA) correspondant à leur engagement pris.

Et, pour une exploitation efficiente de nos ressources le Bureau Politique appelle les citoyens et les patriotes du Sénégal à se montrer attentifs et à faire preuve de la plus grande vigilance afin que puissent être préservés les intérêts de notre nation, et en particulier ceux des générations futures, soit donc de nos enfants et petits-enfants. Il recommande le partage de toute information qui pourrait contribuer à la réalisation de cet objectif majeur.

Pressafrik

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >