Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Fatou Camara réagit: « Si j’étais une fille facile, je n’aurai pas repoussé les innombrables avances de Yaya Jammeh…»


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 8 Octobre 2015 || 173 Partages

Fatou Camara réagit: « Si j’étais une fille facile, je n’aurai pas repoussé les innombrables avances de Yaya Jammeh…»

DakarFlashNEWS - Tout ce qu’elle a dit aux agents de la National Intelligence Agency (NIA) lors de son arrestation en 2013 a été publié hier par le site favorable au régime gambien, observer.com. Sa soi-disant aventure avec le journaliste Sénégalais Souleymane Jules Diop, ses relations d’affaires avec Viviane Chidid, Ndiaga Ndour et les confidences que Dj Boub’s lui aurait fait. Rien n’a été laissé en rade. La réaction de Fatou Camara ne s’est pas fait attendre.

C’est d’abord sur son site qu’elle se fait entendre en ébruitant les « turpitudes » de Yaya Jammeh. A l’en croire, ce dernier a été secoué par « les dernières révélations que j’ai faites sur lui ». Fatou Camara se réjouit d’avoir aidé deux jeunes filles qui étaient abusées sexuellement par le président Gambien à se libérer de « cet enfer ». « C’est pourquoi Jammeh m’en veut », explique-t-elle dans une vidéo postée hier sur Youtube.

« Les agents secrets ont travesti mes mots pour me mettre en mal avec les Sénégalais mais cela ne m’ébranle pas », martèle la journaliste gambienne qui ne nie pas tout de même qu’elle connait Souleymane Jules Diop. « C’est un journaliste avec qui tout le monde aimerait avoir un tête à tête. Mais on n’a jamais été au Baramundi », précise-t-elle.

« De toute façon, c’est ma vie privée et je ne suis pas folle pour l’étaler sur du papier tout en sachant que cela peut un jour être utilisé contre moi par ce régime dictatorial de Jammeh », ajoute Fatou Camara. « Si j’étais une fille facile, je n’aurai pas repoussé ses innombrables avances. Yaya Jammeh m’a toujours couru après sans succès. Je lui ai fait savoir que je ne sors pas avec des hommes mariés mais il ne l’entendait pas de cette oreille. Il en a beaucoup souffert et remettait en question sa virilité », révèle la journaliste qui se dit plus que jamais déterminée à combattre le président Gambien. « Un combat dans lequel des armes non-conventionnelles seront utilisées par l’autre camp, mais nous nous sommes préparés à toute éventualité. Ce n’est pas des ragots d’un régime aux abois qui nous arrêteront », se blinde-t-elle. 


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:36 Une page se tourne pour Amel Bent