Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



France/Sénégal : retour sur l’affaire Babacar Guèye, abattu par la police à Rennes


Un jeune ressortissant sénégalais âgé de 27 ans a été abattu de cinq balles au début du mois de décembre, lors d’une intervention de la police à Rennes en Bretagne.

Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 18 Décembre 2015 || 102 Partages

France/Sénégal : retour sur l’affaire Babacar Guèye, abattu par la police à Rennes
Samedi 12 décembre, dans le quartier de Maurepas, petite cité en périphérie du centre ville de Rennes, 200 personnes ont défilé silencieusement. Ils sont là pour rendre hommage à Babacar Guèye, un jeune Sénégalais âgé de 27 ans abattu dans la nuit du 2 au 3 décembre de cinq balles par une équipe de la Brigade anti-criminalité.
 
Ce soir-là le jeune homme est hébergé par un couple d’amis vivant dans ce quartier populaire situé à proximité du campus universitaire de Beaulieu. Dans la nuit, vers 4 heures du matin, les pompiers reçoivent un appel de l’ami de Babacar Guèye en raison du comportement agité de ce dernier. Selon un communiqué du Procureur de la République, « les pompiers ont été appelés pour une altercation (…) au cours de laquelle un individu a fait usage d’un couteau contre celui qui l’hébergeait. »
 
Une fois sur place, les pompiers ont prévenu les policiers, qui, toujours selon le communiqué, ont trouvé un « individu particulièrement agressif qui les a menacés avec un couteau. » Un premier policier, contraint « de reculer » aurait tiré une première fois avec son arme de service, touchant le jeune homme. « Celui-ci s’est relevé et a menacé de nouveau les fonctionnaires qui ont dû reculer jusqu’au dernier étage, sans autre issue, poursuit le communiqué. De nouveaux tirs ont été effectués.» Selon l’autopsie menée sur le corps de Babacar Guèye, cinq impacts de balles, dont deux dans le thorax – qui seraient à l’origine du décès, ont été dénombrés.
Version contestée
 
Une version des faits que les proches de la victime contestent. Dans un communiqué, repris par le Mensuel de Rennes, les organisateurs de la marche silencieuse, proches de la victimes, indiquent que le couple d’amis de la victime auraient alerté la police après que le jeune homme, pris d’une crise d’angoisse en pleine nuit, a tenté de se mutiler avec un couteau à pain.
 
« Au cours de la nuit, Babacar s’est réveillé, comme pris d’une crise d’angoisse. Son ami est venu le calmer et il s’est rendormi. Puis il s’est à nouveau réveillé et il est allé chercher un couteau à pain avec lequel il s’est auto-mutilé. Son ami a essayé de le maîtriser, sans y parvenir, et, ce faisant, il a été blessé. Cet ami a donc appelé les pompiers au secours. » De son côté, une proche de la sœur de Babacar, Awa (qui n’était pas sur les lieux du drame), assure que les blessures, aussi bien sur la victime que sur son ami, étaient minimes.
 
Pour eux, il ne fait aucun doute que l’usage de l’arme était disproportionné de la part de policiers entraînés. Toujours selon la proche d’Awa Guèye, les policiers auraient fait usage du taser mais n’aurait pas touché Babacar. « Une première balle aurait touché l’aine, explique l’amie d’Awa. Elles seraient toutes létales, c’est ce qui est hallucinant. Ensuite ils auraient même menotté Babacar avant de l’emmener ».
 
Deux enquêtes ont été diligentées à la suite des faits. L’une d’elles a été confiée à la police judiciaire, l’autre à l’IGPN. Contacté par Jeune Afrique, le consulat du Sénégal à Paris affirme qu’une « une mission consulaire suit l’évolution de l’enquête », ne souhaitant pas faire plus de commentaires. Le corps du jeune homme a été rapatrié au Sénégal et inhumé le week-end du 13 décembre à Dakar.
 
Une personnalité calme
 
L’amie d’Awa Guèye, qui a souhaité gardé l’anonymat, a rencontré plusieurs fois Babacar, à côté de chez qui elle vivait à Villejean, quartier universitaire en périphérie de la ville bretonne. Elle décrit quelqu’un de calme qui « est arrivé à Rennes en septembre 2014 pour rejoindre sa soeur.» Ana, une proche de la victime décrit un jeune homme « discret, respectueux, serviable et motivé. Mais il était aussi fragile et très anxieux en raison de situation administrative.»
jeuneafrique.com

Dakarflash2




1.Posté par amina et bijou le 18/12/2015 16:18
Trop de stress fait vieillir.
Un esprit qui se repose pas se fatigue.
Un corps sans massage se fane.
Harmony casse ses prix , venez vous evadez
CONTACT. 338279824/ 770617842/773882184

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 15:41 Un acident sur la route de l’aéroport fait un mort