Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Fuites au Bac 2017 : Que Justice soit rendue


C’est une véritable catastrophe. Ce qui vient de se passer avec le Bac 2017, est sans nul doute, l’une des catastrophes qui vont déteindre sur la crédibilité de tous les diplômes obtenus au Sénégal en 2017.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 6 Juillet 2017 || 361 partages || 0 commentaires

 

Des fuites dans les épreuves de Français, d’histoire et de Géographie, de Mathématique et récemment de Philosophie, sont un précédent trop dangereux pour le Sénégal, souvent cité en exemple partout à travers le monde sur la qualité de ses ressources humaines.
 

Désormais, tout cela est mis à rude épreuve, par des gens malintentionnés, mus que par l’appât du gain facile.
 

Dans un pays soucieux de l’Education de ses enfants, eût égard à la gravité de la faute, les responsables, au plus haut niveau du système éducatif doivent rendre le tablier.
 

La responsabilité du ministre de l’Enseignement Supérieur engagé
 

Le ministre de l’Enseignement Supérieur s’est maladroitement illustré, récemment à Ziguinchor où il était en déplacement. En effet, au moment où les professeurs de philosophie ont décelé une fuite lors des anticipées de cette manière, et exigeant la reprise des épreuves, le ministre n’a trouvé de mieux que de faire dans la menace, parque s’inscrivant en faux par rapport à cette fuite.
 

Comme si cela ne suffisait pas, il a annoncé depuis la partie méridionale du pays, que les épreuves des anticipées de philosophie ne seront pas refaites.
 

Chose qui a suscité la colère du Cusems-Saems. Aujourd’hui, prenant le peuple à témoin, ils ont eu raison sur toute la ligne.
 

En sus, ce qui est également déplorable et regrettable dans l’attitude du ministre, c’est le fait qu’aucune mesure conservatoire n’a été prise pour que les soupçons de fuite ne se répètent plus.
 

… Et le Directeur de l’office du Bac
 

Au Sénégal le ridicule ne tue point. Car, comment le Directeur de l’office du Bac ose dire à la phase du monde, qu’il ne compte pas démissionner suite à la fuite décelé dans l’organisation du Bac 2017, alors qu’il est le principal organisateur du Bac.
 

Aujourd’hui, partout à travers le pays, son départ est réclamé.
 

Le chef de l’Etat doit sévir et immédiatement
 

Si les autorités en charge de l’organisation du Bac ne souhaitent pas démissionner pour rester à la disposition de la Justice, le chef de l’Etat, lui que  le peuple a plébiscité le 25 mars 2012, doit sévir immédiatement. Car, cela y va de son honorabilité.
 

Macky Sall, a, dés son arrivée aux affaires fait de la transparence dans la gestion des affaires publiques son cheval de bataille.
 

Sous son Magistère, des citoyens, de hauts rangs ont eu maille à partir avec la justice pour enrichissement illicite. Certains sont toujours dans les liens de la détention pour de présumés détournements de deniers publics.
 

Aujourd’hui, cette affaire de fuite est l’objet de citoyens Sénégalais, qui ont failli à l’éthique et à la déontologie. Ils sont coupables d’avoir entre autres divulgué des secrets. Donc sont poursuivis d’avoir commis de fautes graves. Ils doivent être punis conformément à la loi en vigueur. Sinon, la Justice à double vitesse tant décriée par une horde de Sénégal aura de beaux jours devant elle.

 

 


Dakarflash6



Nouveau commentaire :