Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


Fuites du BAC 2017 - Quand la presse internationale "s'y mêle"


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 7 Juillet 2017 || 724 partages || 1 commentaires

DAKARFLASH - Les cas de fraudes notés lors de certaines épreuves du bac de cette année ont fini de se propager comme une traînée de poudre dans le monde. Quelques journaux d'informations en ligne que nous avons consultés ont traité cette information qui n'a pas fini d'occuper les sujets de discussions dans notre pays.

"Au Sénégal, les corrigés du bac étaient disponibles sur WhatsApp avant les épreuves", titre le journal d'information en ligne "LeMonde", qui revenait sur le scandale des fuites au Baccalauréat de cette année. Le journal qui a traité l'information parle d'un "élève qui aurait reçu les corrigés par WhatsApp" du côté du centre de l'école Immaculée-Conception de Dakar.

L'affaire a vite déclenché un tollé puisque les fuites se sont multipliées depuis les épreuves anticipées de philosophie du 7 juin. Et depuis ce mercredi 5 juillet, "un malaise profond" s'est emparé du système éducatif sénégalais.

Cette situation qui aura fini d'indigner les acteurs de l'éducation au Sénégal. Ce qui a fini d'amener certains enseignants à réclamer la reprise des épreuves. Pour rfi.fr, les syndicats d'enseignants sénégalais suggèrent tout bonnement l'annulation de toutes les épreuves. 
 
Même son de cloche du côté de BBC Afrique qui parle cependant d'annulation des épreuves de français, d'Histoire et Géographie. Le portail est même revenu sur Babou Diakham, directeur de l'Office national du Baccalauréat, qui a rappelé qu'il a été "nommé par décret" et par conséquent ne démissionnerait pas.

L'Agence de Presse Française reprise par Africanews parle, quant à elle, d'éventuelles sanctions avec déjà une enquête ouverte pour situer les responsabilités. La DIC et la gendarmerie sont déjà dans le coup, expliquent-ils.

Crédibilité perdue pour le Bac Sénégalais ?
 
Une chose est sûre, ce problème de fuites des épreuves qui est d'une grande ampleur risque de ternir l'image de l'enseignement au Sénégal. Des cas de fraudes qui pourraient bien affecter la crédibilité de cet examen alors que le baccalauréat sénégalais était reconnu et surtout réputé être l'un des meilleurs.
 
LA REDACTION DE DAKARFLASH

 

DakarFlash3




1.Posté par khady le 07/07/2017 19:07
c la faute de votre liberté de presse. vous parler trop et voilà le résultat .

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >