Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Gambie : Yaya Jammeh lui ayant ordonné de tire à balles réelles sur les foules, le Général Saul Badji a opposé son refus


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 18 Avril 2016 || 1448 Partages

On comprend un peu plus pourquoi la répression des marches de protestation le jeudi et samedi à Sérékunda, n’ont pas fait de morts sur le champ (les trois personnes mortes l’ont été après leurs arrestation). Le chef des opérations aurait pris sur lui, la responsabilité d’ignorer l’ordre de Yaya Jammeh de tirer à balles réelles sur les manifestants.

« Yaya Jammeh est dans une logique dangereuse. Il a même demandé au général Saul Badjie, au premier jour de la manifestation (jeudi) d’ordonner à l’armée d’utiliser des balles réelles contre les manifestants, mais Saül Badji a refusé d’exécuter l’ordre. Le Général Badjie, doit être félicité pour avoir refusé d’exécuter un ordre illégal provenant d’un dictateur fou. Le Général Badjie est très conscient que Jammeh est mentalement instable et que la plupart des décisions qu’il prend sont irrationnelles », renseigne freedomnewspaper. Et d’ajouter : « Suite au refus du général Badjie d’exécuter ses ordres illégaux, Jammeh a décidé de modifier ses plans en traitant avec le général Bassen et le général Musa Savage ».

D’ailleurs, le média note que le Général Badji qui est contre la logique meurtrière et ethniciste de Jammah a vu les gardes sous ses ordres au niveau du palais présidentiel, en particulier ceux qui ne sont pas de l’ethnie du président, être remplacés et cantonnés à leur caserne. Mieux, de retour de voyage, Yaya Jammeh a zappé son palais, pour piquer directement à Kanilay, son village natal, non loin de la frontière sénégalaise (Casamance).

Saul Badji, le directeur du NIA et le Chef d’Etat major dans le viseur de Jammeh

A en croire freedomnewspaper.com, l’acte posé par le Général Badji en refusant qu’on tire à balles réelles sur les manifestants, risque de précipiter sa chute ou du moins sa mise à l’écart, car depuis un bon moment, Yaya Jammeh se méfierait de lui.

« Il y a une méfiance croissante entre Jammeh et le général Badjie. Ce qui explique la décision de Jammeh de nommer Joseph Bassen au grade de général de brigade. Bassen est utilisé pour former et accueillir des rebelles du MFDC dans l’armée gambienne. Il est maintenant le nouveau commandant de l’armée. Sa récente nomination est un signal fort donné au général Badjie par le dictateur, qui est toujours dans son jeu de diviser pour régner… », soutient le journal. Mais le Général Badji aurait toujours de bons soutiens dans l’armée, malgré l’arrivée des Généraux Bassène, Musa Savage et Umpa Mendy, d’où la méfiance et les craintes de Jammeh à son sujet. D’ailleurs, au premier jour des manifestations, le général Bassène appelé au palais, aurait été chargé officieusement, de « surveiller » le Général Badji qui avait fait quadriller sa résidence par ses hommes.

En plus du général Badji, jusque-là le véritable bras droit de Jammeh, le directeur de la NIA Yankuba Badji (dont les hommes ont tué Solo Sandeng) et Ousmane Badji Chef d’Etat-major, serait dans le viseur du dictateur. Le patron de la NIA pourrait être l’agneau du sacrifice, suite à l’assassinat de l’opposant politique par ses agents.Pour le journal ces derniers pourraient se retrouver hors circuit bientôt, et au meilleur des cas, en prison, à défaut d’être assassinés.

A l’opposé, Freedom note que des officiers comme Nuh Badji et Soulayman Sambou, connus, pour leur « adversité » avec les officiers mandings et autres et étiquetés comme des « exécutants de l’ombre » des sales besognes, pourraient être propulsés au devant de la scène.

jotay.net


DakarFlash3



Nouveau commentaire :