Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Gamou 2015 : l’histoire jamais racontée de Khalifa Babacar Sy


Par une nuit à Saint-Louis, alors qu’il était dans une chambre en compagnie de Ibnou Araby Ly, un saint de la confrérie Khadrya, Serigne Babacar fut en proie à des convulsions intenses, au point d’inquiéter son ami. Après avoir retrouvé ses esprits, il se confia à Ibnou Araby Ly : «Le Tout Puissant vient de me faire connaître les 100 noms qui renvoient à Ses attributs. Il m’a demandé d’en choisir Un et j’ai choisi le nom de Baacitou.» Lorsque son interlocuteur lui demanda la signification du nom, Serigne Babacar lui répondit ceci : «Mon rayonnement sur le monde visible sera plus vif aussi longtemps que je serai dans le monde intelligible.» 58 ans après son rappel à Dieu, Serigne Babacar Sy (Rta) est plus que jamais logé dans les cœurs et esprits de plusieurs générations de fidèles de la confrérie Tidjane. A l’occasion du Gamou 2015, qui marque la naissance du Prophète Mouhammad (Psl), L’Obs a fait une incursion dans l’existence de cet être au destin exceptionnel qu’est Khalifa Ababacar Sy. Le 1er Khalife de El Hadji Malick Sy.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 24 Décembre 2015 || 947 Partages

Gamou 2015 : l’histoire jamais racontée de Khalifa Babacar Sy

«Je m’appelle Babacar»

Le mystère qui entoure la dimension ésotérique de Serigne Babacar Sy fut levé par deux (02) lieutenants de El Hadji Malick Sy qu’il avait chargé de faire des retraites divinatoires sur ce qu’il adviendrait de son union avec Rokhaya Ndiaye. Après avoir effectué la mission qui leur était assignée, le moment était venu d’en décliner les contours. Serigne Malick Sarr fut le premier à communiquer les résultats de sa retraite à El Hadji Malick Sy.

«J’ai pu observer une chaîne aux maillons dorés, qui relient le ventre d’une jeune fille au ciel. Il m’a été donné de savoir que la fille en question est une certaine Rokhaya Ndiaye, mais aussi que la chaîne symbolise son enfant, qui aura pour nom Ababacar», lui confia-t-il.

A sa suite, Amadou Barro Ndiéguène lui rapportera ce qu’il avait observé : «J’ai vu une jeune fille du nom de Rokhaya Ndiaye. Elle aura un fils dont l’érudition et l’estime qu’il a auprès du Seigneur seront d’une grandeur telle qu’on leur trouvera des éléments de comparaison avec les vôtres. Il faudra cependant que  vous fassiez certaines prières pour la garder aussi longtemps que vous voudrez, car même étant dans les liens du mariage, elle ne manquera pas de faire l’objet de convoitises de personnes de toutes les races et de tous les horizons.»

Bien qu’ayant mesuré la portée des informations qui lui avaient été fournies et loin de s’extasier comme le feraient certaines personnes, El Hadji Malick Sy adopta cette lucidité propre aux grands hommes, jusqu’à ce que Serigne Babacar naquit, une matinée de l’an 1885, au moment où il terminait son fameux «Taïssir». Ce jour-là, Maodo reçut la visite d’un vieil ami, El Hadji Malick Wilane, qui habitait la localité de Médina Ndiol.

Après les salutations d’usage, El Hadji Malick lui annonça la nouvelle de la naissance de Serigne Babacar et lui recommanda d’entrer dans la chambre pour bénir le nouveau-né. Il ne fit pas trois pas que ce dernier se leva brusquement pour décliner son identité : «Je m’appelle Babacar.»

A l’image des Prophètes Mouhammad (Psl) et Issa, qui ont parlé bien avant d’avoir vécu sept jours, Serigne Babacar a accédé au grade de «Fardiya», qui renvoie au verset de la sourate «Yaasine» dans laquelle Dieu dit : «Quand Il veut que quelque chose soit, il Lui suffit tout simplement de dire sois, pour qu’elle soit.»

Khalifa Ababacar et le manteau de lumière descendu du ciel

Le jeune Ababacar n’a pas grandi comme les enfants de son âge. Pas de temps pour les activités ludiques de son âge. Lui, préférait s’abreuver à la source de la connaissance. Il n’a non plus jamais accepté que ses compagnons posent leurs mains sur ses épaules. Il ne tenait jamais de propos désobligeants.

Un jour, un homme qui était venu voir son père se plaignit de ses sautillements : «Qu’il est turbulent votre enfant !» Serigne Babacar se tourna vers lui et réagit : «J’ai coupé le cordon qui te liait à la voie tidjane.» Surpris et assommé par de tels propos, il fixa El Hadji Malick pour chercher un rempart après avoir promené partout son regard.

Ce dernier lui fit cette recommandation : «Il faut t’excuser avant qu’il ne soit trop tard, car je connais Ababacar.» Ayant réalisé que l’enfant qui venait de lui parler n’était pas comme les autres, il ne se le fit pas dire deux fois. A l’âge de la scolarisation, il fut d’abord confié à un marabout appelé Serigne Malick Sarr, premier grand disciple de Seydi El Hadji Malick Sy et père de Serigne Mounirou Sarr.

Il avait le privilège d’être l’homme de confiance chargé de veiller sur sa famille lors de son pèlerinage à La Mecque. Il était également son gendre, car il avait pour épouse Sokhna Fatoumata Sy, fille aînée de El Hadji Malick Sy. Puis ce fut au tour de son oncle, El Hadji Mor Khoudia Sy, établi à Mbirkilane de prendre la relève. Il lui apprit l’écriture et les différentes matières de lecture du Saint Coran, dont le «Tajwid et le Warsh».

Très vite, Ababacar se distingua par ses facultés exceptionnelles de mémorisation du Saint Coran, son intelligence, sa finesse d’esprit, sa belle voix et ses prédispositions mystiques. On raconte qu’un jour, au moment où il était plongé dans ses retraites, El Hadji Malick vit venir ses deux fils, Serigne Babacar et Sidy Ahmed.

Ce dernier pleurait à chaudes larmes. Lorsqu’il lui demanda pourquoi il était dans cet état, Sidy Ahmed lui donna cette réponse : «Lorsque Babacar et moi étions dans la brousse, j’ai vu venir du ciel des anges qui l’ont recouvert d’un manteau de lumière et ils ne l’ont pas fait pour moi.» Seydi Ababacar commença à Tivaouane, sous la surveillance de Seydi El Hadji Malick Sy, à recevoir ce qu’on pourrait appeler une éducation de l’âme.

La retraite de 1111 jours et la rencontre avec Cheikh Ahmed Tidiane Chérif

Son éducation achevée, Seydi Ababacar se fixa d’abord à Rufisque, sur ordre de El Hadji Malick, qui y comptait de nombreux fidèles. Serigne Babacar y avait pour mission de représenter son père, d’enseigner le Saint Coran, le Droit musulman et les principes de la confrérie. Aux uns, il transmettait le «wird» et bénissait les autres.

Il y reprit également sa vie mystique, caractérisée par de longues retraites en brousse et dans sa chambre. Ses déplacements le menèrent aussi à Joal, où il accrut le nombre de sérères ayant embrassé la religion sous la direction de son père. C’est également à Rufisque que Serigne Babacar Sy a effectué sa fameuse retraite spirituelle de mille cent onze (1111) jours à l’issue de laquelle il fit la rencontre de son maître, Cheikh Ahmed Tidiane Chérif, en chair et en os.

Serigne Babacar Sy était aussi viscéralement attaché à la ville de Saint-Louis. Il avait l’habitude de dire à haute et intelligible voix : «Je préfère un camion rempli de fidèles en provenance de Saint-Louis vers Tivaouane que 100 camions venant d’autres localités à destination de Tivaouane.» Seydi Ababacar Sy est dépeint comme un taciturne qui ne s’intéressait qu’aux questions qui le concernaient directement ou ayant trait à l’Islam et à la confrérie. Quelque prolixe que fut son interlocuteur, il s’en tenait toujours à la formule : «Que Dieu te bénisse (Tabaraka Allahou).»

L’Accession au Khalifat

Son père alité, Serigne Babacar dû se rendre à son chevet. Arrivé à Tivaouane en 1922, Seydi Ababacar Sy trouva son père alité. Ce dernier lui confia en substance : «Il n’y a pas de repos ici-bas. Dieu t’accompagnera aussi longtemps que tu feras preuve de courage. Il semble que la tâche d’exercer le Khalifat te revient, puisqu’après moi, tu dois accomplir cette mission. J’espère bien que tu pourras l’assumer, car depuis ta tendre jeunesse, j’ai remarqué en toi trois qualités : le souci permanent de parfaire tes connaissances, ton attachement à la religion et un profond respect, assimilable à une crainte, à mon endroit. Tout ce que je regrette, c’est ta probité trop marquée vis-à-vis des autres et mon intime conviction est qu’on ne saurait jamais guider les gens en ayant cette attitude.»

Aussitôt après le rappel à Dieu de son père, intervenu le 27 juin 1922, certaines personnalités de la cité religieuse firent appel à Serigne Babacar, qui les trouva à la mosquée. «Il faut que quelqu’un succède à ton père et nous estimons que tu n’es pas la personne la mieux indiquée en présence des compagnons de ton père et de tes oncles ici présents», lui dirent-ils.

Les sages de Tivaouane soutenaient, à juste raison, l’argument selon lequel, la confrérie n’est pas un patrimoine familial, en rappelant la chaîne de transmission de Cheikh Ahmed Tidiane à El Hadji Malick et que même Mouhamed Ghali, successeur du fondateur de la confrérie, n’avait aucun lien de parenté avec lui, dont les petits-fils n’ont un quelconque droit à faire valoir pour le Khalifat.

En guise de réponse, Serigne Babacar leur apporta cette mise au point : «Vos suggestions sont trop tardives, les tenants de la confrérie ont fait de moi le successeur de El Hadji Malick Sy, 7 ans avant sa mort. Et même si j’étais issu de Lamine Fandène (dignitaire et propriétaire terrien sérère demeurant à Fandène, une localité située dans la région de Thiès), je serais le Khalife, car c’est un décret divin irréversible devant lequel la nature humaine est impuissante.»

Poursuivant son propos, il se fit plus intransigeant : «En réalité, il n’y a que deux (02) chaises disponibles présentement. Celle du Khalifat et celle du disciple. Pour la première, j’y suis déjà assis. Pour la deuxième, vous feriez mieux de vous y asseoir, de gré, avant que je ne vous y fasse asseoir de force.»

Les beignets de maman Astou Kâne

Qui craint Dieu est craint par les êtres. A-t-on l’habitude de dire. Serigne Babacar Sy est le symbole vivant de cette vérité, par les actes de foi qu’il a posés durant son existence. Les 2 anecdotes suivantes le démontrent aisément. Généralement, les relations grands-pères et leurs petits-fils sont empreintes d’un amour réciproque. Celles qui existaient entre Serigne Babacar Sy et ses petits-fils ne faisaient pas exception à la règle.

Comme l’atteste le fait suivant : à l’image des dames d’un certain âge qui sont la plupart du temps enclines à avoir une occupation pour se dégourdir et retarder la phase tant redoutée de la vieillesse, Sokhna Astou Kane consacrait une partie de son temps à la vente de beignets, très prisés par les enfants du quartier.

Une après-midi, alors que Seydi Ababacar était tranquillement assis en train d’égrener son chapelet, le petit Mansour, qui est le fils aîné de Cheikh Tidiane Sy Al Makhtome, vint vers lui pour lui faire part d’un besoin pressant : «Grand-père, je voudrais que vous ouvriez le couvercle pour m’offrir des beignets», lui dit-il avec insistance, en désignant le bol de beignets soigneusement gardé dans un coin de la chambre. Serigne Babacar sourit de son sourire légendaire, non sans lui chuchoter d’une manière affective et docile : «Ha mon petit-fils, tu me demandes de faire ce que je n’ai jamais fait de ma vie : voler.» Il le prit par le bras et partit retrouver son épouse pour plaider la cause du petit-fils : «Les deux (02) mendiants que nous sommes voudrions que tu leur donnes en aumône des beignets», sollicita-t-il, à la grande surprise de Sokhna Astou Kane, qui n’en crut pas ses oreilles.

«Si ce n’était par égard pour mon père, El Hadji Malick, je ferais parler mes photos»

Comme nous l’apprend feu Mbaye Dondé Mbaye dans une des chansons qu’il lui a dédiées, il n’existe pas un être qui porte Seydi Ababacar Sy dans son cœur de façon sincère, sans avoir eu à communier avec lui et recueillir le flux de lumière qui l’habite. Les faits qui suivent en sont une parfaite illustration. On était en pleine guerre mondiale, El Hadji Doudou Diop Yagui Niane, qui habitait la rue Carnot, et d’autres militaires sénégalais étaient faits prisonniers et ils devaient être exécutés incessamment.

Lorsque vint le tour du disciple de Serigne Babacar Sy qu’il était, Il ouvrit son calepin pour en extraire la petite photo de son guide et lui parla : «Comme les autres prisonniers, je serai tué demain. Ce qui ne m’empêchera pas de vous réitérer ma fidélité. Que je sois mort ou vivant, ça ne changera rien à l’allégeance que je vous ai faite. Du fait de la grande distance entre là où je suis et Tivaouane, je ne peux que vous dire au revoir à travers votre image.»

Après avoir fait ses adieux, il attendit tranquillement dans sa cellule son tour de passer à la guillotine, lorsqu’un sommeil profond et inhabituel le surprit. En rêve, il vit son maître qui était accompagné de son père, El Hadji Malick Sy. Ils le sortirent de la cellule et lui demandèrent de les suivre. Parvenus en un lieu désert, Serigne Babacar me dit : «Rentre chez toi au Sénégal, avec une fermeté effroyable», a-t-il narré. Quand le moment tant redouté arriva.

Un gradé se présenta à lui pour lui faire part de la décision qui était prise le concernant : «Toi, tu ne seras pas tué, mais tu vas rentrer au Sénégal. C’est dans ton propre pays que tu seras sanctionné.» Le lendemain, ils embarquèrent à bord d’un bateau pour Dakar. Dans le navire, l’officier français chargé de le surveiller comme du lait sur le feu, ne cessait de lui faire des remontrances : «Sale nègre, une fois à Dakar, tu verras de quel bois je me chauffe.»

«Sale raciste, quand nous serons à Dakar, tu sauras qui est Babacar Sy», répliqua-t-il. Alors que le bateau n’était pas loin d’accoster, un télégramme en provenance de Paris ordonna que le surveillant retourne manu militari dans son pays. Il fut aussitôt menotté, tandis que celui qu’il était chargé de surveiller avait fini de débarquer pour rallier Tivaouane. Arrivé dans la ville sainte, tout le monde le regarda du fait de l’attrait de la tenue militaire qu’il portait. Après avoir longuement attendu devant la porte du salon la sortie d’une délégation qui s’entretenait avec le Khalife, il fit son entrée dans le salon. Lorsqu’il serra la main de Serigne Babacar Sy, ce dernier l’appela par son nom. Quand il voulut lui raconter la situation qu’il a vécue, le Khalife le fixa du regard, avant de lui faire une mise en garde : «Il ne faut jamais causer du tort à vos semblables, mais quiconque vous touche aura affaire à moi. Ne savez-vous pas que si ce n’était par égard pour mon père, El Hadji Malick, je ferais parler mes photos.»

Le renoncement de soi pour la survie et le salut des autres

De son vivant, Seydi Ababacar Sy avait l’habitude de s’adresser à ses proches en exhibant son chapelet : «Je vivrai autant d’années que le nombre de perles qui composent cet objet de comptage.» Qu’est-ce qui a donc fait qu’il a été rappelé à Dieu avant d’avoir vécu cent (100) ans sur terre ? Cette question qui ne souffre d’aucune impertinence, trouve sa réponse dans les explications de Khalifa Badiane.

Celui qui a vécu les derniers instants de Serigne Babacar nous en dit plus. «Au moment où, dans son salon de la maison dénommée Ndiassane, Serigne Babacar soutenait qu’il vivrait 100 ans, j’étais présent. En plus d’avoir créé un grand vide autour de ma personne, son décès à l’âge de 72 ans m’avait beaucoup affecté. Et pourtant, il avait sollicité les prières de son fils, Serigne Mansour Sy, de Cheikh Tidiane Kane et de Amadou Cissé, le père de l’actuel Khalife de Pire, afin de quitter ce bas-monde bien avant la date prévue.» Il faut rappeler que l’option prise par Serigne Babacar d’affronter la mort ne relevait pas du hasard.

En effet, bien qu’étant le dépositaire du Khalifat, pourtant authentifié du Tout-Puissant dans les mondes, visible et intelligible et reconnu comme tel par des dignitaires de la Voie épris de bonne foi et doués d’intelligence, Serigne Babacar ne faisait pas l’unanimité. Il n’en n’avait pas la prétention, étant entendu que le meilleur des prophètes n’avait pas cette faveur.

A défaut de pouvoir accepter ou d’avoir une attitude de retenue par rapport au décret divin qui avait fait de Serigne Babacar ce qu’il fut, des personnes ont cru devoir pactiser avec le diable pour médire sur sa personne d’une manière gratuite. Rongées par les maladies de la jalousie et du clanisme, bon nombre de ses pourfendeurs mouraient comme des mouches s’ils ne tombaient dans la déchéance physique et morale.

Serigne Babacar Sy ne pouvait pas cautionner pour longtemps que les esprits retors qui dorment en lui punissent ses ennemis d’une manière aussi avilissante, sortit de ses gonds pour faire une déclaration de taille : «Mon existence sur terre ne vaut pas la perte d’autant de vies humaines. Il vaut mieux que je m’en aille pour accueillir ceux que je vais précéder dans l’au-delà.» Dans la matinée du lundi 25 mars 1957 à 08H30mn et suite à une infection pulmonaire chronique, Khalifa Ababacar Sy rendit l’âme dans sa demeure dénommée Kaolack, plus précisément dans la chambre de son épouse Astou Kane et devant des témoins oculaires : ses fils : Mansour Sy, Cheikh Tidiane Sy, Abdou Aziz Sy.

AMARY GUEYE


Dakarflash2




1.Posté par splendidemassage le 24/12/2015 18:29
Promo noël à splendidemassage:
Venez découvrir nos prix spécial
Avec des belles et séduisantes masseuses professionnelles
Dans un cadre calme;propre et très discret
Avec une accueille très chaleureuse
Contacter nous sur ces numéros:
782550186/777946053/783724307ou le 338326330
Vous faites vos choix nous ferons votre joie

2.Posté par massage plaisir le 26/12/2015 12:14
MOI C'EST Felishiaya
Êtes vous déjà était massés par une Cap Verdienne???
ALORS LE MOMENT UNIQUE S'OFFRE A VOUS, PLAISIR ASSURÉE...
seules dans notre appartement meublé et climatisé de grande standing, niché dans un quartier calme et discret.
nous vous invitons a venir découvrir les secrets du massage.
nous vous transporterons au paradis du plaisir.
SATISFACTION ASSURÉE OU REMBOURSER
TEL; 77 381 47 87 / 70 820 94 90 / 77 181 19 99
HORAIRE: 10H A 03H

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 09:01 Frank Ribéry fait ‘le Mouv’ sur scène avec MHD