Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Identification des abonnées: Déjà des bousculades devant les agences


L’ultimatum expire le 11 novembre. Les abonnées aux opérateurs de téléphonie commencent à sentir les contrecoups. Si d’ancuns ont démarré la course à temps d’autres attendent la dernière minute pour identifier leur numéro d’appel. Toutefois, un tour effectué sur les agences situées sur l’avenue Bourguiba a permis à PressAfrik de se rendre compte déjà d’une bousculade. De longues sont constatées surtout au rond-point Jet d’eau.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 27 Septembre 2016 || 949 Partages

Les abonnés des différents opérateurs de téléphonie sont invités à se rapprocher des opérateurs pour s’identifier. Ce, avant la dite limite du 11 novembre 2016. Au-delà de cette date, tous les numéros non identifiés correctement, seront résiliés. Une procédure qui ne se passe pas sans embrouilles. Assiégeant les agences, les abonnés étalent les difficultés qu'ils rencontrent.
 
C’est ainsi qu’ils sont très nombreux à prendre d’assaut déjà les agences des opérateurs de téléphonie. La chaleur accablante de la saison des pluies ne les décourage point. A l’agence Orange du rond-point Jet d’eau, des dispositions sont prises à l’entrée de l’agence. Deux tentes pour s’occuper de l’identification des abonnés. Une longue file le long du mur de l’immeuble est formée.
 
Pape Malick Khouma, étudiant de son Etat a voulu directement passé par le service client. Mais il a été obligé de faire le déplacement jusqu’à l’agence. «Depuis une semaine, j’ai tenté de m’identifier à distance en composant le #236#, mais malheureusement cela ne passe pas. C’est pourquoi, je me suis rapproché du service Orange», a déclaré le jeune étudiant. 
 
La vingtaine bien sonnée, Isseu vit le même calvaire. «J’ai tenté le processus d’identification à deux (2) reprises mais cela ne marche pas. J’ai remarqué que mon abonnement a été résilié.  Je reçois des appels mais je ne peux pas émettre. C'est la raison de ma présence au niveau de ce service orange».
 
Dans cette queue longue de plus d’une trentaine ou quarantaine d’individus, un couple attend avec patience son tour. Préférant garder l’anonymat, il se plaint déjà des longues attentes. «On ne peut plus appeler. Alors, on est venu s'identifier. Cela se fait sans problème. Mais, c’est juste que l’attente est trop longue», souligne l'homme. 
 
Interpellé, une responsable du service Tigo l’agence qui se situe sur l’avenue Bourguiba tente des explications sur les raisons des lenteurs constatées.
 
Elle n’a pas souhaité décline son nom néanmoins elle indiqué que « nous sommes obligés de casser le rythme. Mais sinon tout se passe bien, les acheteurs et des utilisateurs de cartes SIM viennent avec leur carte d’identité pour les Sénégalais et un passeport pour les étrangers pour identifier leurs numéros».  
 
Selon un agent du service Orange, «chaque Carte d’Identité à droit à trois (3) numéros pas plus. Autrement dit, on vous dira que votre numéro est maximisé et vous êtes obligé d’aller à l’agence Orange pour régler le problème».
 
Sur les difficultés rencontrées avec la technique #236# et dont se plaignent beaucoup d'abonnés, «le problème, c'est qu'une fois votre abonnement résilié, vous ne pouvez plus utiliser ce processus», éclaire-t-il. 
 
C’est par le décret N° 2007-937 du 07 août 2007 que l'Etat du Sénégal a rendu obligatoire pour les opérateurs de téléphonie l'identification des acheteurs et des utilisateurs de cartes SIM. Ce décret s'applique à tous les utilisateurs non encore identifiés à sa date de publication. Ainsi, tout utilisateur d'une puce de téléphonie mobile non identifié encoure les sanctions prévues par ce décret, sanctions pouvant aboutir à terme par la suspension de sa ligne ou la résiliation de sa ligne.


Pressafrik

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 15:41 Un acident sur la route de l’aéroport fait un mort