Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



« J’ai marché sur des corps, il y avait du sang. Dans la rue il y avait des morts »


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 13 Novembre 2015 || 223 Partages

« J’ai marché sur des corps, il y avait du sang. Dans la rue il y avait des morts »

Trois fusillades ont éclaté à trois endroits différents de Paris et des déflagrations ont été entendues aux alentours du Stade de France, à Saint-Denis, vendredi 13 novembre, au soir. « Des bruits de pétards », puis « des scènes de guerre », « des flaques de sang », les nombreux témoignages qui affluent après les différentes fusillades à Paris et Saint-Denis décrivent tous des scènes d’horreur.

 

  • Au restaurant Le Petit Cambodge

Rue Bichat (10e), près du restaurant Le Petit Cambodge où une fusillade a eu lieu, une femme d’une trentaine d’années, hébétée, les yeux rougis par les larmes, est arrivée sur les lieux juste après les tirs : « J’étais en scooter avec des amis quand je suis arrivée. Il y avait des gens par terre, j’ai d’abord cru qu’une voiture était rentrée dans le restaurant Le Petit Cambodge, dont la vitrine était défoncée. Je n’ai pas compris ce qu’il se passait. Il y avait plein de gens par terre, énormément… Je dirais, de mémoire, une quarantaine, il y avait quatre ou cinq personnes qui étaient debout, pas plus. (…) Je n’ai par contre pas vu de sang. Les pompiers sont arrivés vite, mais c’était très calme, ça m’a frappé. Je pense qu’il y avait des Anglo-Saxons car une fille un peu hébétée m’a dit “gunshot gunshot”. »

Un second témoin, résidant près de la rue Bichat, dit avoir entendu « trois tirs de grosses rafales, le premier tir était hyper long ».

  • Au Bataclan, dans le 11e arrondissement :

Dans cette salle de spectacles, lieu d’une autre fusillade, Julien Pearce, journaliste qui se trouvait sur place : « J’étais au concert, il était environ 21 h 35, 21 h 40 […] quand il y a deux ou trois individus – deux pour sûr – qui sont rentrés et qui ont commencé à tirer à l’aveugle avec des armes automatiques, dont un avec une kalachnikov. »

Près d’un millier de spectateurs étaient venus voir le groupe de rock Eagles of Death Metal : « Le concert battait son plein » au moment de l’attaque, raconte ce même témoin.

« Ça a duré au moins dix, quinze minutes. Ils ont rechargé, ils ont eu tout le temps qu’il fallait. Ils ont rechargé trois ou quatre fois et ça a duré bien dix minutes. Ils tiraient en pointant vers le bas, avec la crosse sur l’épaule. […] A un moment on s’est réfugiés derrière la scène, et on était bloqués, et quand les tirs se sont arrêtés on a profité de l’accalmie pour prendre l’issue de secours, et là on a vu plein de gens dans la rue qui étaient couverts de sang, qui avaient des plaies par balle. »

Un autre témoin présent au concert évoque la présence de trois tireurs :

« Tout le monde s’est baissé et s’est marché dessus après les coups de feu. La scène s’est affaissée tellement il y avait de monde. Je me suis couché contre la console de son. Puis 20 à 30 balles ont été tirées, ils tiraient au hasard. J’ai vu des fusils d’assaut. J’ai marché sur des corps, il y avait du sang. Dans la rue il y avait des morts. »

Une prise d’otages est toujours en cours à l’intérieur du Bataclan. La police a évacué les bars et les restaurants aux alentours. La maire de Paris, Anne Hidalgo s’est rendue près de la salle peu après 23 heures. Elle se trouve actuellement sur place et organise les secours avec les services de l’AP-HP et de la protection civile.

  • Au café La Belle Equipe dans le 10e arrondissement :

Un peu avant 22 heures, selon le témoignage d’une riveraine, un homme est descendu d’une voiture, au croisement de la rue Faidherbe et de la rue de Charonne dans le 10e arrondissement, pour tirer avec une arme de gros calibre sur la terrasse du café La Belle Equipe. Un journaliste du Monde présent sur place a pu apercevoir plusieurs blessés.

« J’ai entendu des détonations, je suis allé à ma fenêtre, raconte une riveraine. J’ai une vue directe sur le café. J’ai vu un homme descendre d’une voiture et tirer sur la terrasse, au jugé. Il a tiré à plusieurs reprises. Par rafales. J’ai entendu des cris. Puis l’homme est remonté dans sa voiture et reparti, comme ça… » Sur place, plusieurs corps sont à terre. Les pompiers et les policiers arrivent peu à peu et établissent un périmètre de sécurité.

  • Au Stade de France

Au moins deux déflagrations ont également été entendues aux abords du Stade de France, où se jouait un match de l’équipe de France de football, sans qu’il soit possible de faire le lien entre ces événements.

Les explosions ont eu lieu dans une brasserie et un restaurant McDonald’s selon des sources policières. Le match contre l’équipe d’Allemagne s’est poursuivi mais le stade a été bouclé dans un premier temps et un hélicoptère a survolé l’enceinte. François Hollande et Bernard Cazeneuve, qui assistaient à la rencontre, ont quitté le stade pour rejoindre le ministère de l’intérieur où ils devaient faire le point de la situation, a fait savoir l’Elysée.

Selon un journaliste du Monde présent sur place, il y a eu un gros mouvement de foule après la fin du match. Les spectateurs ont été invités à quitter l’enceinte par trois portes (nord, sud et ouest), selon des annonces du speaker et les écrans géants. Ce journaliste a pu constater que les personnes qui essayaient de sortir par les portes sud sont revenues en courant à l’intérieur du stade.

Vers 23 h 30, les spectateurs, qui avaient envahi dans le calme la pelouse, ont été évacués par l’enceinte par les portes ouest. A l’extérieur du stade, selon des témoins, les CRS encadrent tout le parcours et dirigent les gens vers le RER.

Selon nos informations, les spectateurs sont bloqués dans le RER à Saint-Denis. Le RER ne part pas pour cause de « colis suspect à la gare ».


Le monde

Dakarflash2




1.Posté par harmonymassage le 14/11/2015 10:24
Pour vous débarrasser de vous soucis quotidiens.
ET avoir bonne mine a tout moment.
NUL PART AILLEURS. une seule destination.
``AU PAYS DES MERVEILLES.``
773882184/772696125/770617842

Nouveau commentaire :