Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


Khalifa Sall adresse une lettre au peuple: » j’ai été privé de liberté de mouvement pour m’empêcher de prendre part à la campagne «


Le maire de Dakar brise le silence depuis sa cellule à Rebeuss. C’est à travers une lettre qu’il a adressé son projet de société de sa coalition au peuple sénégalais. Par ailleurs, note L’Obs il a dénoncé l’acharnement du régime contre sa personne.

Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 14 Juillet 2017 || 1574 partages || 0 commentaires

Khalifa Sall adresse une lettre au peuple:  » j’ai été privé de liberté de mouvement pour m’empêcher de prendre part à la campagne «

Dans une lettre le maire de Dakar écrit au début  « khalifa Ababacar Sall vous écrit » il poursuit: « En violation de mes droit politique, j’ai été privé de liberté de mouvement pour m’empêcher de prendre part à la campagne électorale. N’en déplaise à mes adversaires politiques même en prison notre projet est en mouvement. Et je garde la liberté de de le porter à ma qualité de tête de liste nationale de la coalition Mankoo Taxawoo senegaal aux législatives du 30 juillet 2017.

Je participe à cette campagne électorale pour faire valoir mes droits politiques. Je participe à cette campagne électorale, parce que je n’accepte ni la résignation ni le silence auquel le pouvoir veut me réduire. Seul dans ma cellule ou en liberté avec vous, le Sénégal reste ma seule préoccupation.

Depuis 5 ans le peuple sénégalais subit les violences, les injustices et les échecs de la politique du pouvoir : violation de liberté publiques, recul démocratique et instrumentalisation de la justice à des fins de règlements de comptes politiques, inféodation de l’assemblée nationale au pouvoir de l’exécutif, endettement excessif (ration supérieur à 62 % en 2017) et déficit (budgétaire hors norme 4,8% en 2016).  « 

Le candidat de Taxawu Sénégaal appelle à voter son projet pour transformer l’Assemblée nationale.


Dakarflash6



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Juillet 2017 - 20:48 Processus électoral, ils ont échoué partout