Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

L'association des parents des victimes du Joola accuse : "Le Procureur de la République ne travaille pas et..."


Dans le cadre de la commémoration du 15e anniversaire du naufrage du bateau le Joola, l’Association des parents des victimes du bateau le Joola a organisé un panel à la mémoire de des victimes. Réunissant tous les proches de ces dernières, parents, amis, oncles, enfants, ils ont saisi l'occasion pour étaler leurs doléances. Selon leur président Idrissa Diop, «si aujourd’hui on en est à ce point, c’est parce que le Procureur de la République qui est le maître des poursuites, ne travaille pas ».

Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 27 Septembre 2017 || 35 partages || 0 commentaires

L'association des parents des victimes du Joola accuse : "Le Procureur de la République ne travaille pas et..."
 
La place du Souvenir a refusé du monde à l’occasion de la commémoration de l’an 15 du naufrage le Joola. Venues faire des prières et poser des serbes, les familles des victimes en ont profité pour s’adresser aux autorités sénégalaises qu’elles accusent d’être les seules responsables si après 15 ans, personne ne sait ce qu'il s’est réellement passé. 

«Tout le monde s’étonne, tout le monde dit qu’on n'a rien retenu du Joola, on sait qu’il y a un accident, le bateau le Joola a disparu, il a fait 2000 milles morts et c’est tout. Un accident, c’est une combinaison de faits, un processus d’événements qui a conduit à cet accident -là. Ce processus on doit le savoir, dire ce qui s’est passé et à chaque étape du processus, on doit trouver un responsable. ET, il faut les sanctionner», a déclaré le président de l’Asociation des parents des victimes du bateau le Jool. 

En panel pour la 15e  commémoration du Joola, Idrissa Diop de rappeler que: «moins d’un an après le drame du Joola, le Procureur de la République a classé le dossier sans suite parce que le président d’alors l’avait voulu sans que la justice sénégalaise ne connaisse ce dossier pour qu’aucune enquête ne soit ouverte. Avec toutes les lacunes du président Wade dans ce dossier, il n’avait pas intérêt qu’on poursuive l’enquête». 

A l’en croire, "si Macky Sall décide de sortir le bateau et qu’il nous laisse faire, nous allons régler le problème définitivement avec les autres pays des victimes dont nous sommes en collaboration. Parce que ces gens-là sont prêts à tout investir pour que la lumière soit faite. Mais c’est le Sénégal qui refuse". 

Indexant le Procureur de la République d’être le seul responsable de cette fuite de responsabilité, il a soutenu qu’ : «il est le maître des poursuites et il doit poursuivre et si il refuse de travailler, il faut que les Sénégalais commencent à trouver un moyen de sanctionner les juges. Il ne peut pas jouir de notre liberté comme il le veut». 

«Si président Macky Sall a la conscience tranquille dans cette affaire, qu’il prenne la décision de le réouvrir le dossier, car la politique peut déclencher la justice», a-t-il lancé. «C’est au Sénégal seulement qu’on peut perdre 2000 mille personnes et dire devant tout le monde que les familles doivent souffrir», s'indigne Idrissa Diop 

Le sociologue Djiby Diakhaté, qui a pris part à ce panel à campé son discours sur le comportement de l’homme noir plus particulièrement du Sénégalais. S’appuyant sur la pensée du philosophe Georges Ardy qui disait que : « le noir n’est jamais instruit par l’expérience passée, il a souligné qu’ : «il faut aller vers une insurrection mentale». 

 La cérémonie a été marquée par une séance de dépôt de serbes par les enfants des victimes à la mémoire des 12 nationalités qui ont fait partis du naufrage. 
 
 

Dakarflash6



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >