Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



L’espace de Ndèye Takhawalou Quarante ans Sénégalaise toujours dans le pétrin


Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 19 Septembre 2015 || 31 Partages

L’espace de Ndèye Takhawalou Quarante ans Sénégalaise toujours dans le pétrin

La chercheuse de regards attendris…

En moi, survit une fillette sans autre envie que d’être regardée. Ce n’est pas une personnalité narcissique. L’exhibition de mes émotions ne découle pas d’une assurance, loin de là. Elle prend sa source dans un mal-être arrimé, depuis toujours, à ma conscience. Les liens avec mon  père m’ont laissé un goût d’inachevé, avec sa mort et depuis, tout est resté en suspens dans  ma vie. Les autres ponctuent toujours avec moi leur affection, il y a une limite au temps et à l’attention qu’ils m’accordent. Ce dont les autres personnes disposent naturellement, moi il me faut l’inventer, car les êtres chers qui devaient m’entourer ne sont plus là.

Je suis une chercheuse de regards attendris et c’est une œuvre plus éreintante que chercher de l’or.

Il n’y a rien de plus précieux dans ma vie qu’un regard chargé de tendresse qui se pose longuement sur moi. Je le cherche avec acharnement pour ne pas dire dans un élan désespéré. Les femmes de mon âge sont entourées d’enfants qui comblent tout vide affectif en elle et moi, parfois, je ne sais pas si je suis une petite fille ou une femme, car je suis déchirée entre l’innocence et l’expérience. Je suis allée trop loin sans jamais bouger de l’enfance quelque part. Mon miroir me murmure mon âge, chaque matin et chaque soir, je m’endors avec des rêves de petite fille dans lesquels je suis une fée avec une baguette magique pour tout changer. C’est ma façon de dompter le drame, d’apprivoiser la tragédie. Si j’étais un mot, je serai «étrange». Je suis libre d’aller partout et je n’ai de place nulle part. Partout où je vais je détonne, c’est comme si c’était écrit sur mon front étrange L’expression consacrée qui me sied le mieux est : «Un cheveu dans la soupe.»

Si j’étais une figure de style, ce serait l’oxymore, car en moi, les contradictions se  retrouvent. Souvent, je me fais peur, mais je m’affronte sans cesse. Je suis celle que je connais la moins et je dois cohabiter avec ce moi qui m’échappe. J’ai l’impression d’usurper l’identité d’une femme qui n’a jamais existé et que je n’ai jamais connue. Je m’apprivoise, tout le temps, sans jamais réussir à faire confiance en l’étrangère en moi.  Elle me surprend avec chacune de ses émotions et il faut que je fasse le vide en moi en les écrivant. Lorsque c’est trop, je redeviens une petite fille secouée de tics nerveux dans un désert affectif sans issu.

Une petite fille perdue qui ne comprend pas pourquoi les autres sont entourés d’êtres familiers et pas elle. Une petite fille qui veut raconter tout simplement sa journée à quelqu’un et s’endormir sous un regard bienveillant. Même cela, la vie me le refuse. Je rêve de partager mes repas, mes rires et mon lit. C’est intenable d’être tout le temps avec soi, il me faut du répit pour m’oublier.

Pouvoir partager est une grâce et c’est triste une femme seule devant une assiette, le soir. C’est triste un lit aux draps à peine défaits, le matin, c’est triste de se remémorer des anecdotes de l’enfance, sans avoir personne à qui les raconter. C’est triste de n’avoir pas une main posée sur son front, un soir de fièvre. Et c’est morbide de ressasser tout cela.

De tout ce qui me fait peur, ma raison est ce qui m’épouvante le plus. Elle passe de la lucidité la plus aigue au flou total, sans transition. Il n’y a pas d’issu à cette situation, il faut se dompter par des cachets et attendre que la femme étrange s’endorme pour que la petite fille se réveille et part d’un rire qui me fait croire que je suis, tout de même, heureuse. A force de lui raconter mes drames, la petite fille est devenue grave et ma grande crainte, c’est qu’elle vieillisse, tout d’un coup, car c’est elle seule en moi qui s’amuse parfois.

Ndèye Takhawalou


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:22 Voici les deux First Lady de la Gambie