Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Le dividende démographique freiné par la fertilité et le manque d'emplois


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 20 Juin 2016 || 41 Partages

Le dividende démographique freiné par la fertilité et le manque d'emplois
Le dividende démographique au Sénégal est limité par un taux de fertilité ‘’trop élevé’’ de 5 naissances par femme et le manque d’emplois de qualité pour la population active, a estimé lundi à Dakar la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal, Louise Cord.

‘’Par exemple, au Sénégal, le taux de dépendance étant le plus élevé que pour les pays de la sous-région, on estime que le Dividende Démographique contribue seulement pour un demi-point de la croissance économique, alors qu’il devrait atteindre au moins un point entier ou plus’’, a-t-elle dit.
 
Elle s’exprimait à l’ouverture du Symposium de haut niveau sur le dividende démographique et le développement de l’Afrique en présence du Premier ministre sénégalais, Mahammed Boune Abdallah Dionne. 
 
Selon elle, le dividende démographique requiert des politiques publiques favorisant à la fois une transition rapide de fertilité et l’émergence d’une force de travail active, qualifiée et employée. ‘’C’est d’ailleurs la faible efficacité de ces politiques publiques qui font que plusieurs pays africains ne récoltent pas les fruits d’un dividende démographique aussi élevé’’.
 
En Afrique, déclare-t-elle, le défi n’est pas la croissance de la population en soi, compte tenu du fait que beaucoup de pays africains sont en fait sous-peuplés, mais le défi est plutôt dans la structure d’âge des populations.
 
 
‘’Cette structure d’âge peut être mesurée grâce au ratio de la population active par rapport aux dépendants. Dans tous les pays émergents, ce ratio s’est accru à 2 ou 2.5. Cependant, en Afrique, il se maintient à 1.2, et sa croissance reste très lente et est prévue de monter jusqu’à 1.6 en 2050’’, a-t-elle annoncé. 
 
Selon elle, ‘’une faible proportion de population active constitue une pression importante pour l’Etat et peut l’empêcher de profiter du dividende démographique’’.
 
 ‘’Un nombre important de dépendants implique des dépenses sociales accrues, notamment pour l’école et les services de santé, alors que le nombre relativement restreint d’actifs constitue une contrainte pour les recettes fiscales’’, a-t-elle prévenu.

Néanmoins, a-t-elle rassuré, le Sénégal est dans une trajectoire marquée par un fort engagem6ent politique qui peut engendrer des résultats rapides. En effet, son programme de planification familiale a entraîné la hausse du taux de contraception de 12% à 20% en moins de 4 ans, ce qui constitue un exploit, même s’il faut continuer les efforts pour atteindre un taux de contraception adéquat, donc entre 50% et 60%, a-t-elle fait remarquer.
 
 Elle dit être ‘’convaincue que le Sénégal mettra l’accent davantage sur les populations les plus pauvres, car le taux de fécondité des 20% les plus pauvres est de 7 naissances par femme contre 5 en moyenne dans le pays’’.

APS

Dakarflash2




1.Posté par mousseul le 21/06/2016 00:37
C'est aux femmes de prendre leurs destins en main. Le monde a changé et chaque femme doit savoir et pouvoir gérer ses maternités. Pourquoi faire des enfants si on n'a pas les moyens de leur offrir une vie décente ? C'est comme un péché de plonger les enfants dans la galère. Nos femmes, elles seules, doivent planifier leurs maternités pour le mieux - être de leurs familles. "Le lièvre est un bon coureur, mais il ne supporte pas un fardeau ". (sic)

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 07:38 Yahya Jammeh fait fermer les frontières