Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Le ministre Arona Coumba Ndoffène Diouf envoie une citation directe à Dieynaba Touré et le dir pub de Direct Info


Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Dakarflash.com, le ministre conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf envoie une citation directe à Mme Dieynaba Touré et le directeur de publication de Direct Info après avoir été accusé de viol. Nous vous proposons la citation in extenso.

Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 11 Juillet 2016 || 914 Partages

L’An Deux Mille Seize
 
Et le,
 
A la requête Arona Coumba Ndoffène Diouf demeurant à Dakar, mais ayant élection de domicile en l’étude de Maître Bassirou NGOM, Avocat à la cour, Scat Urbam angle pentola Immeuble Brahim Diop N° 48 1er Etage App A à Dakar ;
 
 
J’aiMaîtreAdama Dia Huissier de justice à Dakar, soussigné;
 
 
 
DONNE CITATION A :
 
1/ Madame Dieynaba TOURE CNI n° 2752197803420, demeurant à l’Immeuble San Marco, appartement 17, Fann Résidence numéro téléphone 77 110 07 87 et 76 639 09 99, ou étant et parlant à :
 
 
 
2/ Monsieur MadembaRamata Dia Directeur de publication du journal Direct Info en ses bureaux sis à Ngor Virage lot N° 56 à Dakar
 
 
 
3/ Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance Hors Classe de Dakar en son parquet au Palais de Justice de la dite ville, Corniche Ouest, ou étant et parlant à :
 
 
 
 
A comparaitre et se trouver par devant le Tribunal de Grande Instance Hors Classe de Dakar statuant en matière correctionnelle en son audience  du Mardi 12 Juillet 2016 à8 H 30 MN du matin au Palais de Justice de la dite ville Corniche Ouest.
 
.
POUR
 
Attendu que la dame Dieynaba Touré était liée au requérant par un contrat de prestation de service.
Qu’elle devait lui livrer divers documents dont des dépliants pour sa Société sise au point E.
 
Que pour ces raisons et à sa demande elle a été reçue par le sieur AronaCoumbaNdoffène Diouf qui lui a payé entièrement le montant de la commande.
 
Que non contente du montant reçu, elle commença à menacer le requérant de le détruire sous le prétexte qu’elle connait bien le milieu de la presse qu’elle peut manipuler à sa guise.
 
Que le requérant qui devait partir de son bureau pour vaquer à d’autres occupations, ayant constaté le refus de la dame de sortir pour lui permettre de refermer l’a tirée par la force hors de celui-ci, faits et gestes qu’il assume pleinement.
 
Que Malheureusement, la dame Dieynaba Touré a mis à exécution ses menaces en déclarant devant la presse  que le sieur AronaCoumbaNdoffène Diouf a essayé de la violer.
 
Qu’En effet dans la livraison du 14 Juin 20016 N° 1308 du journal Direct Info on peut lire ceci «  le ministre conseiller m’a bousculé avant de me demander de sortir de son bureaux réclamant ainsi une clef de connexion qu’il m’avait remise. »
 
« Et m’a giflé avant de me trainer par le bras me causant des contusions »
 
Qu’elle finit sa narration par dire qu’elle a porté plainte pour violence et tentative de viol sans jamais dire plus haut dans ses explications comment le requérant a tenté de la violer.
 
Qu’elle a juste expliqué qu’elle a été violentée et trainée dehors.
 
Alors la tentative de destruction telle que résultant de ses menaces est bien mise en branle quand elle dit qu’elle a porté plainte contre le requérant pour tentative de viol.
 
Dans le numéro 1316 du 23 juin 2016 du même journal titré «  la victime se lâche » la dame Dieynaba Touré soutient «  Il a bien tenté de me violer en se collant sur moi »
 
Plus loin elle déclare «  je refuse de faire partie de sa collection » laissant ainsi penser que le requérant est un habitué des faits de viol.
 
Attendu que toutes ces déclarations sont sans aucune ambiguïté constitutive de diffamation  en application des articles 248 et 258 du code pénal.
 
Attendu que la dame a utilisé un moyen de diffusion public qui est la presse écrite.
 
Que ses allégations tombent sous le coup de l’article 258 du code pénal tel qu’il a définit la diffamation.
 
Qu’il échet de la déclarer coupable du délit de diffamation
 
Attendu que le journal Direct Info en la personne de son directeur de publication est complice au sens de l’article 46 du code pénal.
 
Qu’il échet de dire et juger que le sieur MadembaRamata Dia, Directeur de publication dudit journal est coupable de complicité de ce chef.
 
Attendu que la victime qui est un homme public respecté et père de famille qui ne cherche qu’à rétablir son honneur bafoué.
 
Qu’il demande juste le Franc symbolique.
 
 
PAR CES MOTIFS
 
 
  • Déclarer l’action recevable en la forme ;
 
  • Déclarer la dame Dieynaba TOURE coupable du délit de diffamation en application des articles 248 et 258 du code pénal. ;
 
  • La condamner à telle peine qu’il plaira après les réquisitions du parquet ;
 
  • Recevoir la constitution de partie civile du requérant ;
 
  • Lui allouer le francs symbolique ;
 
  • Ordonner l’exécution provisoire ;
 
  • Fixer la contrainte par corps au maximum ;
 
  • La condamner aux entiers dépens.
 
 
SOUS TOUTES RESERVES, 
POUR CITATION DIRECTE
DAKAR LE 27 JUIN 2016
 
Et afin qu’ils n’en ignorent,
 
Et, je leur ai étant et parlant comme ci-dessus remis et laissé copie du présent dont le coût est de :
 
 
 
 
 
Bordereau de pièces
 
  • Numéro 1308 du journal Direct Info en date du 14 Juin 2016
  • Numéro 1316 du journal Direct Info en date du 23 Juin 1016

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 22:18 Les menaces de Macky Sall aux voleurs de bétail